jeudi 21 avril 2016

(9) La dispensation du mystère T. Austin-Sparks (volume 2)

Préface de la deuxième édition

                 Durant l'année 1939, nous avons publié deux volumes sur La dispensation du mystère. Le volume 1, le plus important des deux, a couvert un domaine plus large sous le titre Toutes choses en Christ. Ce dernier a été réimprimé et réédité et est toujours disponible. Le volume 2 fut plus spécifique en ce qui concerne le ministère de Paul et l’Église. Ce second volume était épuisé depuis un certain temps, et bien que nous ayons eu beaucoup de demande à son sujet, il y a eu une retenue inhabituelle à le réimprimer sous sa forme originale. Mais il y a eu un fardeau croissant de mettre par écrit l'essence de ce ministère particulier du "Mystère" et, sous cette pression que nous estimons de Dieu nous avons rédigé le présent volume qui, bien que modifié à plusieurs égards par rapport au précédent volume 2, est une focalisation de cette "Révélation" accordée à l'apôtre. Dans la présence irrésistible d'un si grand dévoilement, ce serait une chose impossible de donner une présentation adéquate et, bien que tellement chargés et pressés, nous éprouvons finalement un profond sentiment d'échec. Nous ne pouvons faire que "jeter à la surface des eaux" et croire qu'en tant que message de Dieu en un temps opportun, il peut toucher quelques cœurs préparés. Ce n'est pas une exposition dont on a besoin, mais d'une révolution semblable à celle qui a eu lieu chez l'apôtre quand "il plut à Dieu de révéler en lui son Fils." Que la prière contenue dans Ephésiens 1:17-21 soit exaucée dans la cas de beaucoup de lecteurs.

Forest Hill, Londres
T. Austin-Sparks  1966


Chapitre 9

L’ÉGLISE LOCALE  

                    Il est d'une importance considérable de noter que "l'épitre aux Éphésiens" à été envoyée à des églises locales, bien que l'épitre soit une majestueuse présentation de l’Église dans son entier, mettent en évidence chaque dimension des éternités, des mondes et des âges, et présentant les profonds conseils de Dieu. Ce fait a quelques implications très provocatrices et très scrutatrices.  Nous devons rappeler à nos lecteurs la réalité d'une chose telle qu'une révélation authentique et précise de ce qu'est l’Église et donc la base de son unité. Le fait qu'il y ait un tel souci mondial en ce qu concerne l'unité des chrétiens et une telle activité en relation avec cette unité, peut être quelque chose à prendre en considération, et un tel souci devrait nous trouver de plein cœur en sympathie avec cela. La grande différence se trouve entre, d'une part, un effort massif pour résoudre le problème de l'extérieur en essayant de recoller ensemble tous les morceaux brisés d'une certaine manière, d'en faire un tout, et d’autre part, un souci de recouvrer la puissance spirituelle qui favorisera un rassemblement et un ajustement spontanés. L'un représente le rassemblement et l'assemblage organisés, composés, comme ceux d'une machine, l'autre est une relation organique, spontanée d'une vie corporative. Le premier se disloquera de façon répétée. Le dernier finira par mettre en évidence une "Église sans tache, ni ride, ni rien de semblable".

                    Mais qu'en est-il de l’Église en tant que représentation locale ? Nous devons nous souvenir que lorsque Paul écrivit cette épitre et l'envoya aux églises dans les lieux, il était très bien au courant des tendances, ou même des mouvements réels vers la "déviation" et la rupture, dans les églises. Il avait prédit cela quant à Éphèse, lorsqu'il avait quitté les anciens  de cette église près du bateau, étant en route pour Jérusalem : "Je sais qu'il s'introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels.. et qu'il s'élèvera du milieu de vous des hommes ... pour...entraîner ... après eux" (Actes 20:29-30). C'était un commencement  de division. Mais ici, de sa prison à Rome, il écrira : "...tous ceux qui sont en Asie m'ont abandonné ..."

                    Deux épitres seront bientôt écrites à Timothée (qui se trouvait probablement à Éphèse) qui traiteront des débuts du changement du christianisme originel en tout ce qu'il est devenu actuellement. Elles étaient destinées à mettre en garde contre le système ecclésiastique, le cléricalisme, le ritualisme, le système sacramentel, etc;, qui ont envahi l’Église et ont changé son caractère primitif. Non ! Paul n'avait pas la tête dans les nuages et les pieds hors de terre quand, délibérément, il écrivit cette épitre au sujet de ce qu'est l’Église. Sans aucun doute, sa référence à la guerre spirituelle était liée au ait qu'il savait très bien que la bataille était due à sa relation particulière avec ce sujet même, montrant quelle grande conséquence cela représente pour les forces sataniques. C'est impressionnant de constater combien toute prise de position en faveur d'une véritable expression du Corps de Christ, est accompagnée de plus d'antagonisme que toute autre chose. S'il s'agit d'une congrégation, c'est-à-dire, un nombre de chrétiens différents venant à un lieu donné pour un "culte public", sans aucune vie d'église corporative ni aucun ordre divin, ou s'il s'agit d'une salle d'une mission utilisée principalement pour prêcher l’Évangile aux perdus, ou encore s'il s'agit d'un centre prédication où les gens vont pour écouter un prédicateur bien connu -- toutes ces manifestations se poursuivront d'une manière tranquille avec peu d'opposition venant de l'intérieur ou de l'extérieur. Mais, qu'il y ait un mouvement vivant une réelle expression unie d'un témoignage au Christ corporatif sous l'onction du Saint-Esprit, alors la bataille est engagée et tout sera essayé pour détruire cette expression corporative, pour la discréditer, ou, en quelque manière, pour annuler ce témoignage-là.

                    Le livre de Néhémie est une très bonne illustration de cette hostilité aux multiples aspects. De nouveau, nous indiquons "les Éphésiens" comme rattachant l'antagonisme spirituel acharnée au dessein essentiel de l'épitre. Dans cette première indication, l'universel se trouve transféré au local, et le local prend son caractère de l'universel. Une vraie représentation du Corps élu de Christ est une menace permanente et un signe qui présage un grand danger pour le royaume satanique, parce que c'est l’Église qui,-- finalement -- va déposséder et prendre la place des "princes de ce monde des ténèbres" et gouverner avec Christ. Plaise à Dieu que le peuple de Dieu considère toutes les divisions  et tous leurs troubles internes à cette lumière, au lieu de toujours les attribuer à "des causes secondaires" ! C'est la première implication du fait que Paul transmet aux églises locales toute l'immense révélation du "mystère". Il y a plusieurs autres traits caractéristiques et facteurs dans cette épitre qui ont des portées tellement immenses. Il y a ce facteur que l'apôtre mentionne avec l'un de ses grands superlatifs : "et quelle est envers nous croyons l'infinie grandeur de sa puissance se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. Il l'a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts..." (1:19-20); "...nous qui étions morts par nos offenses nous a rendu vivants..." (2:1) L'église représentée localement doit être et doit incarner le témoignage rendu à "la puissance de Sa résurrection". Elle doit, dans son histoire et son expérience constante -- comme étant plus que de la doctrine -- déclarer que Christ est ressuscité.

                    L'impression donnée de façon essentielle doit être celle de la vie. Le témoignage doit être celui-là, quoique vous puissiez être éreinté, las, trop fatigué même pour faire le trajet; découragé et abattu; épuisé physiquement, mentalement et spirituellement -- vous partez renouvelé, rafraîchi, revigoré et relevé. L’activité de la vie divine a simplement résulté en une élévation spirituelle. Notez la façon dont cela a été dit : "l'activité de la vie divine". Nous n'avons pas dit "la vie de l'activité humaine". Il y a une illusion chez beaucoup de chrétiens et dans de nombreuses "églises" que l'activité représente essentiellement la vie spirituelle. De là, il y a beaucoup d'activité, des tours de force, des programmes, des attractions, "des efforts spéciaux", et un cercle sans fin de "choses spéciales". Tout ceci a trop souvent lieu dans le but de donner l'impression de la vie, ou même de créer, de stimuler "la vie". Cela peut être la vie des œuvres mais ce ne sont pas les œuvres de la vie. La vie veut œuvrer, mais les œuvres ne sont pas toujours la vie. Ce fut le reproche fait à l'église d’Éphèse : "Je connais tes œuvres, mais ..."  (Apocalypse 2:2-4). La vie divine est spontanée et n'est pas forcée. Les morts (spirituellement) sont ressuscités mais par par des moyens artificiels. Le Seigneur de l’Église est le Seigneur des ressuscités, et son témoignage est la vie de résurrection. Aussi "la puissance de Sa résurrection" doit être l’empreinte d'une véritable église néotestamentaire. Si souvent, nous citons les paroles même de notre Seigneur, presque comme une formule "...là où deux ou rois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux". En même temps l'atmosphère peut être lourde, manquant d'inspiration et privée de l'exercice du ministère de la vie divine. Est-ce que cette ambiance est compatible avec la vie du Seigneur ressuscité ?

                    Nous continuons d'examiner les implications de cette épitre. Si l'église locale est un vrai microcosme de l’Église universelle, alors cette épitre nous montrera que, dans la représentation locale, il devrait y avoir -- et il peut y avoir -- abondance de nourriture saine et édifiante. Notre épitre a nourri et stimulé des croyants pendant de nombreux siècles et cependant ses valeurs nutritives ne sont pas épuisées. Le ministère, dans une véritable expression locale du Corps de Christ, doit être un ministère sous l'onction, et parce qu'il en est ainsi, aucune âme affamée ne devrait s'en aller sans avoir été nourrie. Pas simplement des allocutions ou des discours préparés et qui invitent des personnes à se lever, mais un message venant du ciel, qui pousse les auditeurs à déclarer : "Aujourd'hui, nous avons été réellement nourris". Ceci signifie qu'étant nourri, le peuple du Seigneur grandit en stature, en capacité et en responsabilité spirituelles.  

                   Nous avons montré précédemment que l'homme, auteur de l'épitre, est identique à son message dans une histoire spirituelle. Nous chercherons maintenant à montrer qu'à plusieurs égards, l'histoire de l’Église, universelle ou locale, doit suivre cette histoire spirituelle de l’apôtre.

                   1.    L'église en tout lieu doit être née dans le ciel. C'est la communion fraternelle d'un ensemble ou d'un corps de croyants nés d'en-haut. Ce qui doit donc être vrai de chaque croyant individuel, doit l'être de la compagnie considérée comme un tout. Cela va droit à la racine même de la conception de l’Église, et ce sera bien si nous établissons immédiatement que, dans les Écritures aucune autre chose n’est connue ou reconnue comme ayant droit à ce nom -- l’Église chrétienne. Cela passera au crible notre façon de considérer les choses et l'amènera à éliminer une somme immense de choses qui empruntent le nom mais qui ne sont pas la réalité. La chrétienté ou le christianisme sont devenus une chose colossale qui est la demeure de tout genre d'oiseaux de la création. Essayer d'en faire une unité est une supercherie de la part de celui à qui appartiennent ces "oiseaux du ciel"; sur un plan naturel, les uns meilleurs, les autres pires, mais loin d'être tous nés de nouveau ou d'en-haut (Jean 3:5-13) Ceci signifie simplement que chaque compagnie locale de croyants, juste à son commencement comme telle, doit être une œuvre que le Saint-Esprit souverain a produit. Vu que l’Église, tire son caractère de sa  "Tête", de son "Premier-né", de Sa "Pierre angulaire", du "Fondement", elle doit avoir, dans chaque représentation, son origine dans le ciel et incarner la vie du ciel. Cela signifie qu'une formation par l'action de l'homme est exclue. Ce n'est pas une institution, elle jaillit de la vie. Il doit être possible de dire de toute église locale -- ou de l’Église en quelque lieu --  "ce fut un acte de Dieu". Remarquez, nous sommes en train de chercher à atteindre la racine de cette question de savoir ce qu'est l’Église et ce qu'elle n'est pas. Notre profonde et réelle préoccupation cherche à savoir ce qu'elle est. Étudier -- dans les Évangiles -- ce que Jésus a dit à propos de Lui-même et à propos des hommes et vous avez la clé de ce qu'est réellement l’Église.

                    2.       Cela conduit à la chose suivante quant à l'église "locale". Si l’Église est née du Saint-Esprit, elle est née d'un travail d'enfantement du Fils de Dieu. Donc la loi du travail d'enfantement doit se trouver juste à l'origine de toute véritable représentation de l’Église universelle ou locale. Dans le Nouveau Testament, l’Église universelle et les églises locales sont issues d'un réel travail d'enfantement. Le travail d’enfantement, l'agonie et le souffrance de Christ ont donné naissance à l’Église, à la Pentecôte. Ceux qui constituèrent son noyau furent baptisés dans Sa passion. Ils souffrirent le brisement de leur âme lorsque Jésus mourut. D'où leur joie extatique lorsqu'Il ressuscita. Dans leur cas, le passage de Jean 16:21-22 fut accompli littéralement. Cela nécessite aucun développement. Mais qu'en est-il des églises ? Pouvons-nous mettre le doigt sur une église du Nouveau Testament qui ne soit pas née dans la souffrance et de la souffrance ? Dès qu'une telle église naissait, la bataille pour sa vie même et son existence, commençait. Lapidations, emprisonnements, coups de fouet, poursuites, machinations, persécutions de tout genre, se trouvaient à l'apparition de chacune de telles représentations potentielles de Christ corporativement. Quelqu'un devait payer un prix et les églises étaient le prix du sang et des larmes. Lorsque la puissance est perdue, peut-être par la négligence, la bêtise, la querelle, la division, le formalisme ou la perte du sens de la valeur de la vérité, ou pour toute autre raison, l'unique chemin du recouvrement sera celui d'un nouveau baptême dans la douleur, le remord, les larmes et le travail d'enfantement. C'est assurément la juste interprétation de la seconde lettre aux Corinthiens à la suite de la première. C'est aussi sûrement la clé pour la situation dans la plupart des églises des deux et trois chapitres de l'Apocalypse. C'est précisément sous-entendu dans le cas de Laodicée. Une église qui ne souffre pas pour sa vie, est, par toutes les lois de la nature de la grâce, une église faible et inefficace.
.
                    3.        En suivant encore la ligne de l'histoire de Paul et de l’Église, nous devons dire qu'une expression locale de l’Église -- et de tous ses membres -- doit être le résultat d'une rencontre avec Dieu en Christ. Tout ministère corporatif ou personnel qui doit être aussi fécond que le fut celui de Paul, même à un degré plus limité, doit connaître une telle rencontre à son début. La Croix et la Résurrection de Christ furent cela pour le noyau, la compagnie représentative. La Croix fut dévastatrice et désolante pour toute la suffisance personnelle, l'assurance personnelle, la confiance en soi, l'orgueil, l'ambition et la présomption de l'homme. La Résurrection fut l'invasion et la prise de pouvoir de la part de la vie de l'Autre. Ceci se voit très clairement dans le cas de l'homme qui, plus qu'aucun autre, a représenté ce noyau, à savoir, Simon Pierre. Il fut un homme brisé et fracassé par la Croix, mais reconstitué sur une autre base par la Résurrection. Quant au grand dévoilement du "Mystère" de Christ et de Son Corps -- l’Église -- la dévastation et la survie même de Paul eurent lieu par cette rencontre sur la route de Damas. Une telle rencontre, tôt ou tard, personnelle et collective, doit se trouver à la fondation d'une vraie vie corporative. Cela peut avoir lieu au début ou plus tard. Cela peut être un recouvrement nécessaire après une faillite. Maintes églises et maints serviteurs de Dieu ont eu leur histoire coupée en deux par une telle rencontre. Avant cela, un ministère ordinaire limité et comparativement sans puissance. Après cela, une libération et un élargissement, accompagnés de beaucoup de fécondité spirituelle. Un petit livre publié par "the Moody press Chicago" ayant pour titre : "Expériences de crises dans la vie de chrétiens éminents" est un exemple de cette réalité dans un bon nombre de cas.

                    4.       Si l’Église universelle est au-dessus de toutes les différences, alors l'église locale doit être supranationale, supra confessionnelle, supra interconfessionnelle, en esprit en communion fraternelle et en activité. Nous avons souvent dit que Christ ne peut pas être limité ou ajusté de façon exclusive à une certaine catégorie qui se trouve dans ce monde. Son caractère dépasse toutes les catégories. Sa nationalité, Son temps, Son enseignement et Sa personne conviennent et satisfont au besoin de tous, mais il ne peut être l'unique propriété de quiconque. Nous avons vu des œuvres de l'imagination artistique de l'homme, ayant pour objet de représenter la grande scène du chapitre cinq de l'Apocalypse: "...et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers." Dans le tableau de l'artiste, celui-ci a peint, avec toute la meilleure intention du monde, des gens de toute nation, de toute couleur, de tout physique, de toute tenue, de tout teint, de tout âge et de toute stature. Eh bien, comme nous l'avons dit, le mobile et l'intention étaient bons, mais qui peut dépeindre des corps de résurrection ? "...en le rendant semblable au corps de sa gloire..." (Philippiens 3:21) "...il ressuscite corps spirituel..." (1Corinthiens 15:44)
Nous pouvons être tout-à-fait sûrs que tout ce qui a été introduit comme le résultat de la faillite de l'homme, suscitant l'aliénation et ce qui est "étranger", aura disparu pour toujours.

                    Le point est que si Christ et ce qui est dit de Lui par le Saint-Esprit, est la constitution de l’Église, alors notre rencontre, notre communion fraternelle, notre communion doit être sur la base de ce qui est de Christ dans tous les croyants. Nous faisons allusion à la vie de base de tous les véritables chrétiens. Quand il s'agit de l’œuvre du Seigneur, il peut y avoir des choses que nous ne pouvons pas accepter, tandis que nous nous maintenons toujours sur la base d'une seule vie. C'est assurément la signification de la Table du Seigneur. Dans "Éphésiens" Paul voit une seule église, tandis qu'ils sait tout ce qui concerne les nombreuses églises. Il peut y avoir un million de pains et de coupes et de tables dans le véritable christianisme évangélique, parmi toutes les nations sous les cieux. Mais le Seigneur ne voit qu'un pain et qu'une coupe. Même quand le pain local est brisé et "partagé", le Seigneur ne voit toujours qu'un seul pain. Christ peut être partagé mais ne peut être divisé. Il demeure un seul Christ en "des myriades de myriades" de croyants qui partagent Sa vie. Quand le Seigneur opère quelque chose en nous et ainsi change notre pensée à l'égard d'adhésions antérieures, la tentation et la bataille peuvent si facilement être de se séparer en esprit de ce qui -- jusqu'ici -- n'ont pas ainsi changé, et alors l'inclinaison presque incorrigible conduit à faire une "secte" de cet aspect particulier ou de cette expérience particulière. Tandis qu'il peut y avoir de réelles valeurs et des valeurs vitales dans les traitements de Dieu envers nous, et nous désirons que tous les autres les connaissent et les expérimentent, nous ne devons jamais faire de notre expérience  un mur entre nous et les véritables enfants de Dieu. L'unique voie d'espoir et de perspective est de fermer nos yeux à beaucoup de choses qui peuvent choquer nos sensibilités spirituelles (pourvu qu'il ne s'agisse pas de péché dans la vie) et de se maintenir sur une ligne positive de communion fraternelle en Christ autant qu'il est possible par la grâce de Dieu. Nous devons fuir toujours comme la peste toute attitude ou conversation qui peuvent être interprétées à juste titre, comme de la supériorité spirituelle. Des malentendus à cause de l'ignorance, d'un préjugé ou d'une investigation insuffisante, sont inévitables, mais même de telles choses ne doivent pas permettre de fermer nos cœurs et de nous renfermer sur nous-mêmes. Tandis que la muraille de la nouvelle Jérusalem représente effectivement une limite claire et une démarcation de ce qui se trouve "à  l'extérieur" quant à Christ, nous devons nous souvenir qu'elle a "douze mille stades" dans chaque direction, et ce symbolisme a pour dessein de faire connaître combien Christ est grand et, donc, combien Son Église est grande.

                   Quand Paul se mit à écrire la première lettre aux Corinthiens, il savait qu'il allait avoir affaire à l'esprit sectaire et partisan. Donc, il commença l'épitre sur le véritable terrain et registre de la communion fraternelle : "...à ceux qui ont été sanctifiés en Jésus-Christ, appelés à être saints, et à tous ceux qui invoquent en quelque lieu que ce soit le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, leur Seigneur et le nôtre". Avec cette même mesure, il termina l'épitre aux "Éphésiens"  "que la grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus-Christ d'un amour inaltérable". 

                     5.       S'il est vrai, comme nous avons essayé de le montrer, que l'histoire de Paul a incarné les principes de la révélation qui est devenue sa part dans la "Dispensation", un trait caractéristique supplémentaire de cette histoire doit être relevé et repris dans l'église locale. Il s'agit d'une prise de possession extraordinaire de la part de Christ, "...j'ai été saisi par Jésus-Christ" (Philippiens 3:12). Le mot "saisi" est fort. Il signifie être en état d'arrestation, être maîtrisé, être la propriété de quelqu'un et être placé sous son contrôle.  C'est le mot utilisé par Jean n au verset cinq, en ce qui concerne la lumière et les ténèbres: "...et les ténèbres ne l'(la lumière) ont pas dominée (saisie) (selon une note en bas de page de la version "Colombe"). Ce mot est également utilisé en relation avec la puissance des démons dans le cas de la possession. Comme résultat de cette saisie, Paul a constamment parlé de lui-même comme étant le "prisonnier de Jésus-Christ et "l'esclave de Jésus-Christ" et comme "portant sur son corps les stigmates de Jésus-Christ". Cette expérience, née d'un évènement, signifiait pour Paul la perte de toute indépendance, de toute direction personnelle, de tout gouvernement personnel et la fin d'être régi par le monde. Cela signifiait la Seigneurie absolue de Christ. C'était un homme qui avait pour Jésus-Christ un intérêt et un souci qui le dominaient suprêmement; Non pour une chose ou une autre, mais pour une Personne. Sa première exclamation, lors de sa rencontre, fut : "Qui est-tu Seigneur ?", et dans la capitation il continua : "Seigneur que veux-tu que je fasse ?" Cette Seigneurie n'était pas une simple doctrine pour lui, c'était une complète domination. De façon très personnelle : quant aux nombreux doubles appels dans une rencontre avec Dieu -- comme : "Abraham, Abraham !", "Jacob, Jacob !", "Moïse, Moïse !", "Samuel, Samuel !", "Marthe, Marthe !", "Simon, Simon !" -- le dernier ne fut pas le moindre : "Saul, Saul !". Un tel sens réel d'être appelé pour un dessein, doit être un composant de toute véritable église locale et un élément constitutif de cette église. Perde le sens d'une vocation, d'une intention et d'une destinée vitales, c'est perdre le dynamisme et devenir une existence plutôt qu'un impact.

Enregistrer un commentaire