mercredi 30 septembre 2015

1 Jean 2:17 T. Austin Sparks

Le monde et ses désirs passent, mais l'homme qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. Chers enfants, c’est la dernière heure. (1 Jean 2: 17,18 NIV)

Sur de vastes étendues de la terre , le peuple de Dieu est  éprouvé, dispersé, dépouillé de tout ce qu’il a. La question est: Pourquoi le Seigneur le  permet-il? Pourquoi en est-il ainsi, si le Seigneur est sage,  tout-puissant, et plein de grâce? C’est pour révéler dans quelle mesure le peuple de Dieu dépend du Christ Céleste ou dépend il de l'ordre terrestre des choses, même l'ordre chrétien.

«Ce qui était dès le commencement .... Petits enfants, c’est la dernière heure ... celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement». Voyez-vous le lien? Si à la fin, à la dernière heure, les choses sont comme au commencement, alors elles demeureront à jamais, mais si elles sont devenues quelque chose d'autre, elles disparaîtront. C’est toute la question de la relation avec le Seigneur Céleste, le fait que le Christ a transféré toutes choses au Ciel et que rien de moins qu’une vie en union céleste avec Lui résistera à l'épreuve à tout moment.

Pourquoi l'isolement? Pourquoi les épreuves? Pourquoi la solitude dans la vie spirituelle? Pour nous délivrer  des choses en elles mêmes, même les choses chrétiennes, afin que le but de Dieu qui est que Christ soit tout et en tous soit atteint.  Pas les choses, mais  Christ; pas le christianisme, mais Christ; pas les oeuvres chrétiennes, mais Christ.

Par T. Austin-Sparks à partir de: Ce qui était dès le commencement - Chapitre 1

S'AJUSTER AU GOUVERNEMENT DU SAINT-ESPRIT par Chip Brogden

Ce texte a été transcrit à partir d'un message audio. La forme parlée en a été conservée.

    « Nous te remercions Seigneur et nous te louons pour Ta Parole et pour Ton Saint-Esprit qui nous donne perspicacité, illumination, révélation, dans la Personne de Jésus-Christ. Que Jésus grandisse alors que nous examinons les choses que le Saint-Esprit désire nous enseigner aujourd'hui, dans le puissant Nom de Jésus, Amen ».

    Laissez-moi vous expliquer, du mieux que je le peux, ce que je suis en train d'entendre et de voir par l'Esprit de Dieu. Il est en train de me faire passer par une période d'ajustement très profond et pénétrant. J'aime tellement ce mot ajustement. Ajustement. Je sais qu'il est inconfortable et déconcertant d'avoir la sensation que tout ce que vous pensiez connaître est erroné (ou au mieux, incomplet), et de voir Dieu vous montrer un chemin différent, une voie plus excellente, et un chemin qui, en général, n'est pas celui que vous auriez choisi et sur lequel vous vous seriez engagé de votre plein gré. Personne n'apprécie particulièrement de s'engager dans un tel processus.

    Cependant, nous avons tous besoin d'un ajustement majeur. J'ai une parole qui m'a beaucoup servi pendant des années, et j'aimerai la partager avec vous maintenant: le but de la révélation n'est pas de JUSTIFIER nos illusions, mais de les ÉLIMINER. Ne cherchez pas une confirmation du Seigneur à vos pensées et votre perception des choses, mais désirez plutôt perdre vos illusions; désirez être délivrés de toutes vos illusions sur Dieu, toutes vos perceptions et conceptions erronées sur Qui Il est et sur ce Qu'Il fait. Cherchez à Le connaître, Lui et Sa Volonté, et peu importe si cela est contraire à tout ce que vous avez entendu, appris et expérimenté jusqu'à ce jour.

    La Bible nous appelle à grandir dans la grâce et dans la connaissance du Seigneur Jésus; et cette croissance n'est possible que par révélation. L'ajustement accompagne cette révélation, et cet ajustement est continuel, il se poursuit jusqu'à ce que nous soyons parfaits et complètement ajustés, en ligne, avec le cœur et l'Esprit de Dieu, Son Dessein, Sa Volonté et Son Royaume.

      La repentance, dans son sens le plus exact, est un ajustement du cœur, de l'esprit, des pensées, et des attitudes de l'âme; et cela conduit (ou devrait conduire) à un ajustement concernant des choses que nous avions l'habitude de faire et que nous ne faisons plus ou des choses que nous ne faisions pas et que nous commençons à faire. C'est la révélation de quelque chose qui amène un changement de cœur, qui pousse à un changement de pensée, d'où découle un changement de comportement et qui doit avoir pour résultat un changement de direction. C'est cela, la repentance. Non pas verser de chaudes larmes, ou prendre de bonnes résolutions, puis à peine sorti, continuer d'agir comme auparavant. Mais la repentance est un ajustement complet à Dieu - un ajustement à Son Dessein, Sa façon de voir les choses, Son cœur, Sa Volonté.

    Et tout cela parce que, comprenez-le, Dieu ne s'ajustera jamais à nous - et Il ne l'a jamais fait. Ce qui signifie que Dieu ne se résoudra jamais à quelque chose d'inférieur à Sa pleine pensée, Sa pleine intention. Il cherche quelque chose, et Il ne se compromettra jamais, et ne baissera pas le niveau de Ses attentes pour mieux répondre à nos désirs. Il est évident que le Royaume de Dieu et la Volonté de Dieu n'ont pas pour objectif d'être centrés sur ce que nous voulons ou ce que nous désirons. Et c'est pour cela que nous prions «Que Ton Règne vienne, que Ta Volonté soit faite, sur la terre comme au Ciel ». J'ai découvert qu'il est impossible de prier ainsi chaque jour, d'en faire l'objectif et le centre de notre vie de prière, et, en même temps, de continuer de s'attendre à ce que les choses aillent dans le sens de notre volonté propre. C'est tout simplement impossible. La prière est un ajustement, et si nous ne nous ajustons pas dans la prière, c'est que nous n'avons pas réellement prié.

    « Non pas ma volonté, mais la Tienne » - voilà l'ajustement ultime. Le Seigneur Jésus Lui-même s'est retrouvé dans une situation d'agonie où Il a dû adresser ces paroles à Dieu en prière: « Non pas Ma volonté, mais la Tienne ». Je n'ai jamais entendu le Seigneur me dire: « Bon, Chip, je n'ai pas d'idée sur ce sujet. Tu as marqué un point. Maintenant que tu en parles, en fin de compte, il semble que tes voies soient les meilleures! Je vais finalement m'aligner sur ta volonté. » Pas une seule fois Il n'a agit ainsi, et je Le connais suffisamment pour dire sans équivoque qu'Il ne s'ajustera jamais pour s'adapter à mes attentes. De la même manière, Il ne s'ajustera jamais, Lui ou Son Dessein éternel, pour s'adapter à vous ou à vos attentes. Au contraire, Il nous met au défi jour après jour de renier notre volonté propre, nos pensées personnelles, et nos propres désirs et besoins, pour s'ajuster à Lui, pour quitter notre propre terrain et pour venir sur Son Terrain.

    Si vous avez déjà fait l'expérience de cet ajustement venant du Seigneur, vous devez savoir qu'il s'agit d'un processus continuel. Nous avons besoin, vous et moi, de nous ajuster constamment à Dieu. Nous avons tendance à changer facilement d'avis et à être instables. Nos pensées se dispersent et sont souvent troublées et contradictoires. Nos cœurs insensés sont remplis d'égocentrisme et d'une recherche de satisfaction personnelle.

    Même dans nos moments les plus saints, quand nous pensons être réellement en train de suivre Dieu et d'accomplir Sa Volonté, bien des fois nous sommes en fait en train de suivre notre propre agenda, et il arrive si souvent que nous confondions ce que nous voulons avec ce que Dieu veut! Mais vous savez à quel point cela peut être décevant. Y a-t-il un seul chrétien sur la surface de la terre qui ne croit pas, qui ne croit pas vraiment, que la chose qu'il est en train de faire est la volonté de Dieu? Feriez-vous de façon délibérée une chose dont vous savez qu'elle est contraire à la volonté de Dieu? Si vous faisiez cela, vous sauriez que c'est un péché, mais je parle ici de toutes ces choses que nous faisons et je m'adresse notamment à ceux qui se sentent appelés par Dieu dans un ministère ou un autre.

    Y a-t-il une seule personne engagée dans son ministère qui ne croit pas à 100% que c'est la volonté de Dieu pour elle? Hé bien, cette pensée ne traverse jamais leur esprit. « Dieu m'a appelé et je fais cette chose pour Lui ». Certes, j'ai agi ainsi, beaucoup ont agi de cette façon, et permettez-moi d'affirmer que cela nous entraîne dans une situation bien précaire. Cela nous amène dans un endroit où nous sommes si sûrs, si positifs, si certains que ce que nous faisons est une bonne chose que nous ne sommes plus du tout ajustables.

    L’œuvre du Seigneur devient plus importante pour nous que le Seigneur de l’œuvre. Et bien des gens sont incapables de faire la différence entre les deux; pour eux, l’œuvre du Seigneur et le Seigneur de l’œuvre sont une seule et même chose. Pourtant, j'affirme qu'il y a une différence entre les deux; entre l’œuvre du Seigneur et le Seigneur de l’œuvre. Et je dois confesser que j'ai passé la plus grande partie de ma vie, depuis l'âge de 12 ans, à poursuivre cette chose appelée « le ministère».

     Dieu a commencé à m'ajuster de façon radicale il y a 10 ans, et cet ajustement a été si sévère, si profond, que j'ai été exclu de la dénomination à laquelle j'ai appartenu pendant 16 ans. Vous avez sans doute déjà lu ou entendu mon témoignage; je ne vais donc pas vous ennuyer à nouveau avec cela. Le point important est que Dieu a commencé un travail d'ajustement en nous et ce processus est en cours. Il est continuel. Mais il vous faut être ouverts à ce travail d'ajustement - et si peu de gens le sont. Ils ne peuvent ni ne veulent être ajustés par moi, par Dieu, par personne. Ils sont peut être appelés, ils sont peut être doués, mais la chose même à laquelle Dieu les appelle, le don même qu'Il leur fait, devient un piège pour eux. Cela les éloigne de Jésus.

    Combien d'exemples vécus par des personnages de la Bible dois-je utiliser pour vous démontrer cela? Vous pouvez regarder Abraham. Il y a le fils de la promesse, Isaac, et en Isaac réside tout l'appel de Dieu concernant ce qu'Abraham doit faire ou être. Et puis, Dieu demande à Abraham de sacrifier Isaac, « Oui, tu M'as bien entendu: donne le Moi. Rends le Moi ». La réponse qui pourrait être faite serait la suivante «Eh bien, Dieu, tu m'as donné ce fils, ce fils est un miracle! Ce fils représente Ton alliance et Ta promesse et tout repose sur Isaac. Et maintenant tu dis: Sacrifies-Moi Isaac comme un holocauste. Cela n'a pas de sens! Tu ne peux pas agir ainsi! Comment peux-tu me faire cela? » Pourtant Abraham n'a pas prononcé une seule parole, il s'est contenté de suivre les instructions, mais en tant qu'être humain, on peut imaginer que les pensées se bousculaient dans sa tête. Y-a-t-il quelqu'un, parmi vous qui m'écoutez maintenant, qui ne remettrait pas en question la Volonté de Dieu s'Il vous appelait à abandonner votre fils unique ou l'un de vos enfants? Êtes-vous si pieux et spirituels que vous accepteriez cette demande sans poser la moindre question et que vous commenceriez à y obéir? Non, vous comme moi, remettraient cette décision en question! Et il y a bien peu de chances que nous le ferions.

    Mais quel est donc le principe? C'est que la chose même à laquelle Dieu vous appelle, la chose la plus importante qu'Il vous donne, peut devenir un piège. Je ne connais pas un homme sur dix mille, moi y compris, qui ferait ce qu'Abraham a été appelé à faire. Quelle est l'application pour vous et pour moi? C'est que Dieu demande que nous abandonnions ce que nous aimons le plus. La chose que nous préférons, même si c'est une bonne chose, même si c'est quelque chose qu'Il nous a donné, peut devenir une idole si nous n'y prenons pas garde. Et c'est le triste héritage et la tragédie de bien des églises, ministères, et œuvres effectuées pour Dieu. Toutes ces choses seront consumées et réduites à rien comme de la paille.

    Pourtant il n'y avait aucun problème avec Isaac. Isaac était bon, fidèle, obéissant - il faisait la joie du cœur de son père. Et, de la même manière, il n'y a rien de mauvais dans l'appel de Dieu et le don de Dieu; rien de mauvais à avoir un ministère s'il représente une expression réelle de Christ. Cela n'a rien à voir avec le ministère, mais cela a tout à voir avec le ministre. Le message peut même être bon, mais bien souvent les messagers laissent beaucoup à désirer. La prophétie peut être techniquement correcte, mais le prophète, la personne, est complètement à coté de la plaque.

    J'ai expérimenté cela il y a quelques semaines « Frère Chip, lisez ma prophétie, et dites-moi ce que vous en pensez ». Bon, c'est une chose dangereuse que de me demander cela, surtout si vous ne recherchez pas vraiment la vérité. Je préférerai ne pas vous dire ce que je pense, parce que le plus souvent, ce sera la fin d'une amitié. Mais elle me dit: « Frère Chip, lisez ma prophétie, et dites-moi ce que vous en pensez ». Je ne la connaissais pas très bien, donc j'ai dit « OK, je vais la lire et vous dirai ce que j'en pense » Et l'Esprit de Dieu m'a donné du discernement. Je n'ai pas seulement vu les choses telles qu'Il les voyait, mais j'ai aussi vu que cette personne n'accepterait pas mon conseil. Et cela a rendu les choses vraiment plus faciles pour moi, j'ai su que je n'aurai qu'à lui dire la vérité, qu'elle la rejettera et que nos chemins se sépareraient. Ainsi, voilà ce que je lui ai dit: « La prophétie est techniquement correcte, les passages cités sont corrects. Il n'y a rien de mal dans cette prophétie, pas de problèmes avec les paroles, mais il manque bien des choses au prophète. Ensuite, je lui ai détaillé, point par point, trois ou quatre domaines qui n'étaient pas en ordre dans sa vie; la façon dont elle agissait conformément à son idée du ministère; son esprit religieux; son hypocrisie; tout cela. Vous voyez je ne m'occupe pas des paroles, je m'occupe de la personne qui donne les paroles. Et comme prévu, elle a rejeté en bloc mes conseils, m'a traité de tous les noms, et en agissant ainsi, elle a simplement démontré, sans même s'en rendre compte, que ce que je disais la concernant était vrai. Je pense qu'elle a reçu davantage que ce qu'elle attendait, n'est-ce pas? Je pense qu'elle aurait pu supporter mes critiques concernant ses paroles mais elle n'était pas prête à supporter le moindre ajustement concernant son cœur, son esprit ou ses actions.

    Vous comprenez peut-être maintenant pourquoi je ne parle plus dans les églises, et que je parle même rarement au sein de petits groupes. C'est un type d'ajustement profond auquel bien peu de gens acceptent de se soumettre. Ils offrent tout à Dieu sauf ce qu'Il leur demande. Ils protégeront Isaac jusqu'à leur dernier souffle si nécessaire, plutôt que de l'offrir en sacrifice. N'est-ce pas ainsi qu'agit l'instinct naturel? « Bon, c'est la promesse de Dieu! C'est un ministère au moyen duquel les nations seront bénies. Nous nous sommes réunis dans des maisons pendant 25 années ou cette église existe depuis 100 ans et Dieu nous a interdit de la sacrifier, de l'abandonner ou même de remettre en question son existence. Notre vie entière a été consacrée à obtenir cette place et maintenant que nous avons obtenu ce que Dieu nous avait promis, vous êtes en train de nous dire que nous devons l'abandonner. Hé bien, non, nous ne l'abandonnerons pas. Nous ne sacrifierons pas Isaac. » Et à ce moment là, cela meurt. Pourquoi? Parce que cela ne porte plus la marque de la Croix.

    La marque de la Croix signifie que nous offrons volontairement en sacrifice tout ce que Dieu nous demande et nous Lui faisons confiance pour qu'Il le ressuscite des morts au moment et à l'heure de Son choix, ou qu'Il ressuscite quelque chose d'autre, quelque chose de meilleur à la place. Il rendit Isaac à Dieu et Dieu renouvela Son alliance avec Abraham et lui rendit Isaac. Ainsi, si vous connaissez quelque chose du principe de la Croix, vous pouvez donc aisément voir la leçon que nous apprend l'histoire d'Abraham, sinon, je prie que Dieu ouvre vos yeux à la Vérité. « A moins que le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul. Mais s'il meurt, s'il meurt, s'il meurt, il porte beaucoup de fruits. » D'où vient l'abondance de fruits? Elle vient de la mort, de l'abandon du Moi.

    Dieu tire la vie de la mort et pour nous amener sur le terrain de la résurrection, Il doit nous faire passer par l’œuvre de la Croix. Peu importe votre ministère, vos dons ou votre appel, si votre vie, votre être profond, ne porte pas la marque de la Croix, alors tout ce que vous faites est souillé par le Moi. Ce n'est pas pur. Il y a du mélange. Et ceux d'entre nous qui sommes travaillés à ce sujet peuvent facilement voir l'impureté chez les autres. Pourquoi? Parce que Dieu est constamment aux prises avec l'impureté qui réside en nous.

    Tenez, regardez Moïse. S'il y a bien quelqu'un qui avait été appelé et à qui Dieu avait accordé des dons, c'est bien Moïse. Mais voilà ce que vous devez comprendre, écoutez ce que je dis; les dons et les appels de Dieu ne sont pas le but. L'important c'est la personne qui est appelée et qui reçoit les dons. Est-ce que cette personne va pouvoir être ajustée par Dieu ou va-t-elle s'attendre à ce que toute chose et toute personne, y compris Dieu, s'ajuste à elle? Va-t-elle se soumettre à la Croix ou va-t-elle se cramponner obstinément à sa propre vie? Trouver des frères et sœurs doués, des frères et sœurs appelés, n'est pas difficile. Ce qui est difficile c'est de trouver des frères et sœurs crucifiés; des gens qui ont accepté ce principe de la Croix et qui sont mort à leurs propres voies.

    Moïse avait reçu des dons de Dieu. Il avait reçu l'appel de Dieu. Mais il voulait faire les choses selon ses propres conceptions. Vous voyez donc qu'il y avait de l'impureté là dedans. Tant de gens sont doués et appelés, mais ce n'est pas cela qui qualifie une personne. Je préfère voir quelqu'un de simple, d'ordinaire, sans don apparent, ni conscience d'un appel extraordinaire, mais qui est brisé! Il peut être ajusté. Dieu peut utiliser quelqu'un comme cela; Il peut en faire quelque chose. Mais les gens doués et appelés doivent d'abord être brisés avant de pouvoir être utilisés. Vous n'aimez pas cela, moi non plus, mais il en est ainsi dans  la Parole de Dieu.

    Moïse agissait dans la force de sa personnalité. Il avait raison quant à son don et quant à son appel mais Dieu a dit, « Cela ne suffit pas. Ton don et ton appel ne sont pas suffisants. Tu vas devoir passer quelques temps dans le désert. Tu as vécu trop longtemps comme un prince en Égypte, et tu dois arrêter de penser et d'agir comme un Égyptien si tu veux que ton don et ton appel trouvent leur expression la plus pure. Le désert va t'apporter cet ajustement dont tu as désespérément besoin. Je veux que tu saches que je ne suis pas pressé. Je ne vais pas me précipiter. Je ne vais pas agir en me conformant à ton planning et ton échelle de temps, Moïse. Dix ans, vingt ans, quarante ans - cela ne fait aucune différence pour Moi. Je veux obtenir quelque chose de toi, et je ne me reposerai pas tant que Mon objectif n'aura pas été atteint en toi. Alors, et seulement à ce moment là, je pourrai t'envoyer et t'utiliser pour délivrer Mon peuple, comme quelqu'un qui est non seulement appelé, mais aussi choisi!»

    Ainsi, Moïse s'est enfui hors d’Égypte, et il n'avait nulle part où aller sinon dans le désert. Ce n'est pas quelque chose qu'il aurait choisi de lui-même. Il a été poussé dans cette direction. Et tout cela faisait partie du plan souverain de Dieu pour lui. C'était très sévère. Ce fut très profond. Et ce fut très révélateur. Moïse a eu à se débarrasser de beaucoup de déchets. Il devait désapprendre bien des choses. Il a passé quarante années, caché dans le désert, à garder des moutons. De nos jours, on dirait qu'il a été un éboueur pendant quarante années; il n'y a aucun mal à cela, mais cela n'est pas très attrayant. C'est un travail honnête, mais qui n'est pas prestigieux. C'est un travail dur, salissant, malodorant, et c'est le type de travail que la plupart des gens ne veulent pas faire - et spécialement les gens qui se sentent appelés au ministère, c'est quelque chose qu'ils dénigrent. Ils veulent une position quelque part dans l'église! Voilà leur entraînement: porter la bible du pasteur ou faire quelque chose d'important! Prêcher quelques sermons. Vous voyez? Ils ne sont pas allés dans le désert. Il n'ont pas passé du temps dans des régions désolées. Il n'y a pas de processus de mort, d'ensevelissement, et de résurrection à l’œuvre dans leur vie; ils cherchent encore des choses pour eux-mêmes, tout en pensant qu'ils cherchent réellement ce que Dieu veut. Et il est très difficile pour quelqu'un comme cela d'être ajusté à Quelqu'un d'autre ou à autre chose qu'aux idées préconçues qu'il se fait sur le ministère.

    L'ironie dans tout cela est que Moise a fini par être le plus grand prophète de l'Ancien Testament mais Moïse a d'abord dû être ajusté. A la fin de ces quarante années dans le désert, il a pu dire « Seigneur, je ne sais pas parler. S'il te plait, envoie quelqu'un d'autre. » Voilà le type de personne que Dieu peut utiliser. Quarante années de construction, quarante années de dépouillement, et maintenant, après quatre vingt années, il est brisé, humble, doux, malléable, flexible et ajustable. C'est ce genre de personne que Dieu peut utiliser, quelqu'un qui ne recherche pas les choses, mais qui se contente de rester caché. Dieu peut faire confiance à quelqu'un comme cela. Mais cela ne rate jamais, ceux qui s'empressent de chercher les places en vue, désirant parler, sont ceux qui n'ont pas grand chose à dire, et dont il n'y a pas grand chose à recevoir. Ils sont prêts à parcourir le monde pour aller prêcher un sermon, mais ils ne traverseront pas la rue pour aller écouter quelqu'un d'autre. Ils n'ont pas d'histoire profonde et secrète avec Dieu dans le désert. Ils sont juste animés d'une soif de prêcher, d'une envie d'être pasteur ou d'être responsable de quelque chose. Croyez-vous que Dieu va approuver et valider cette soif charnelle pour des choses spirituelles? Est-ce représentatif de l'esprit, du caractère et de la nature du Seigneur Jésus?

    Jésus a dit: « Ce qui vient de la chair est chair ». Et en vérité, beaucoup viendront vers Jésus en ce jour et diront: « Seigneur, Seigneur, nous avons fait toutes ces choses pour toi » et Il jugera toutes ces œuvres comme étant charnelles, issues de volonté et de pensées personnelles. Il les appelle « des ouvriers d'iniquité » alors même qu'ils l'appellent Seigneur! Et ils sont tous très occupés à faire ces choses que font la plupart des ministères - prophétisant au nom du Seigneur, chassant des démons au nom du Seigneur, accomplissant des miracles au nom du Seigneur - si cela ne décrit pas le ministère, alors qu'est ce que c'est? N'est-ce pas exactement ce que les chrétiens recherchent si avidement? Des paroles prophétiques, de la puissance, des signes et des prodiges... n'est ce pas ce pas cela qui excite tant de gens? Alors pourquoi Jésus n'est-il pas impressionné par cela? Le point fondamental est que l’œuvre du Seigneur est devenue plus importante que le Seigneur de l’œuvre. « Je ne vous connais pas » leur dit-Il, ce qui veut dire qu'il n'y aucune relation proche avec Jésus, pas d'intimité, pas de communion, pas de vie de prière, pas d'étude des Écritures, pas de recherche de Sa volonté et de Son Royaume - seulement une recherche charnelle pour eux-mêmes, et pour ce qu'ils appellent si bien « ministères ». Cela ne les empêche pas de faire leur travail en Son nom, mais si ce travail n'amène pas les gens dans une connaissance plus profonde de Christ, alors, selon l'appréciation de Dieu, ils sont des ouvriers d'iniquité, parce que vous ne pouvez pas conduire quelqu'un dans un endroit où vous n'êtes jamais allés vous-mêmes.

    Voila donc une chose à laquelle il faut réfléchir et je ne suis pas en train de suggérer que je suis parfaitement ajusté avec le dessein et l'intention de Dieu ainsi qu'il convient à un véritable ministère spirituel. Mais je m'excuse auprès de Lui et auprès de vous pour ces moments où j'ai failli à le représenter correctement. Je me suis repenti de cela et je continuerai à chercher Sa face et Sa volonté jusqu'à être parfaitement ajusté à Lui en toutes choses. La vérité est que je ne suis pas un pasteur. Je ne suis pas quelqu'un qui peut vous apporter un message chaque semaine. Je ne suis pas un théologien qui peut dénouer toutes les nuances doctrinales, et démêler toutes les opinions et questions diverses concernant la théologie ou la doctrine. Je suis premièrement une sentinelle, et en second lieu, un enseignant. Et je ne peux transmettre que ce que Dieu m'a donné à dire, quand Il me le donne.

   L'idée d'avoir une parole quotidienne ou une émission hebdomadaire ou un enseignement mensuel, est bonne et noble, mais en vérité, c'est une façon pastorale de voir les choses et Dieu ne m'a pas demandé cela. C'est comme si j'avais peur qu'en cessant d'apporter la Parole, quelqu'un puisse se détourner, de Dieu ou de moi je ne sais pas, mais quoiqu'il en soit, je ne suis pas responsable de votre croissance et de votre développement spirituel. Ma responsabilité est de diriger votre attention vers Christ et d'annoncer les conseils éternels de Dieu, et Ses desseins concernant Son fils, et d'être un instrument d'ajustement pour votre vie. Voilà la face publique de ce ministère. La face privée, cachée, est de servir le Seigneur dans la prière. Je suis appelé à être avec Jésus. C'est mon appel. Mon don, c'est Christ Lui-même. Il est mon Don. Je veux être réduit à Lui.

    Toutes ces autres activités ont certes leur place, mais ces activités ne sont pas Christ, et ces activités peuvent très facilement prendre la place de Christ si on n'y prend pas garde. En résumé, je pense que l'absolue nécessité pour moi et pour vous - car nous sommes les mêmes - est que nous avons besoin d'être gouvernés par le Saint-Esprit. Voilà la clé: être gouverné par le Saint-Esprit. C'est ce qui répond à toutes les questions concernant que faire, où le faire, que dire, quand faire telle ou telle chose ou s'il faut faire cette chose ou celle-la. Ce n'est pas une question d'agenda ou de temps ou de demandes et d'attentes des gens. Si ce sont ces choses qui me gouvernent, alors je peux tout autant prendre une place dans une église, annoncer mon sermon une semaine à l'avance, et suivre un chemin prévisible. Mais cela, à mon avis, ce n'est pas ce que signifie être gouverné par le Saint-Esprit.

    Être rempli du Saint-Esprit est une chose. Mais être gouverné par le Saint-Esprit, c'en est une autre.

    J'ai été rempli du Saint-Esprit pendant la plus grande partie de ma vie. Je peux déterminer précisément le jour et l'heure à laquelle j'ai reçu le baptême du Saint-Esprit et les dons qui l'accompagnent. Cela ne veut pas dire que j'ai toujours été gouverné par cet Esprit qui habite en nous. Qu'en est-il pour vous? Vous pouvez être rempli de l'Esprit, mais ne pas être gouverné par Lui, et c'est pourquoi les gens charismatiques et prophétiques font partie des gens les plus charnels que j'ai pu rencontrer dans ma vie.

    La Bible dit que nous devons continuellement être remplis par l'Esprit. Paul dit « Ne vous enivrez pas de vin, mais soyez remplis de l'esprit. » et ce mot « être rempli » est un verbe qui indique en grec une action continue. Cela signifie être constamment rempli, continuellement rempli. Il en est de même avec le fait de manger et boire Christ. « Celui qui mange continuellement Mon Corps et boit continuellement Mon Sang a la Vie » dit-Il. Il ne s'agit pas d'avoir un certain type d'expérience à l'autel, ou d'expérimenter telle manifestation supposée de la présence de Dieu dans votre chair. Il s'agit de continuellement vivre, demeurer, habiter et persévérer en Christ moment après moment. Et si vous vous placez sous le gouvernement du Saint-Esprit, Il vous ramènera au principe de demeurer en Christ et d'accepter l’œuvre de la Croix en vous, encore et toujours. C'est le chemin dans lequel le Saint-Esprit vous conduira.

   Voilà ce qu'est la direction de l'Esprit et Il travaillera en vous longuement pour arriver à cette fin, mais si vous refusez constamment ce gouvernement, alors l'Esprit est attristé et il peut même finir par s'en aller. Et je pense que c'est ce qui se passe pour ces multitudes de gens qui appellent Jésus « Seigneur », qui font des choses en Son nom mais qui ne savent pas réellement Qui Il est. Si votre seule évidence d'une vie remplie de l'Esprit se résume à une expérience en 1968 dans une réunion quelque part dans un camp, alors il y a quelque chose qui ne va pas du tout. Une personne remplie de l'Esprit est soit sous le gouvernement du Saint-Esprit soit en route vers ce gouvernement. Y rester ou y retourner n'est pas une option. Soyez continuellement remplis de l'Esprit. Et vous pouvez croire ce que vous voulez concernant l’œuvre, mais la question centrale est le fruit de l'Esprit ou son absence, démontrant si l'on est vraiment ce qu'on dit être.

    Jésus a dit qu'un bon arbre ne produit pas de mauvais fruits, et un mauvais arbre ne produit pas de bons fruits, et c'est au fruit que l'on reconnaît l'arbre, pas à ses feuilles. Bon ou mauvais, pour le meilleur ou pour le pire, vous allez produire quelque chose. Donc la question n'est pas de savoir si vous allez produire du fruit, mais quel type de fruit vous allez produire.

    Ainsi, si nous nous plaçons sous le gouvernement du Saint-Esprit, cela veut dire que nous essayerons d'aller dans tel ou tel endroit mais l'Esprit ne nous le permettra pas. Ou, nous essayerons de rester silencieux, cachés, dans tel endroit, mais l'Esprit nous contraindra à dire quelque chose ou à agir. Ou, nous chercherons à éviter certaines personnes, endroits ou choses, mais le Saint-Esprit dira « va là bas, et ne doute pas, car c'est moi qui t'envoie. » Et Il ne vous envoie pas toujours vers quelque chose qui a les apparences du succès! Cela peut ressembler à un échec. La crucifixion n'a jamais l'air d'un succès vu de l'extérieur. Mais voyez-vous, c'est une chose bien différente que de se fixer soi-même des buts, dire qu'on veut faire telle ou telle chose à tel ou tel moment, et qu'on ira ici ou là; vous ne voyez pas cela dans la Bible. Vous les voyez de plus en plus se soumettre au gouvernement du Saint-Esprit. Et ils ont vite appris qu'obéir à l'Esprit signifie Vie et Paix, sinon extérieurement, du moins intérieurement. Tant que c'est Lui qui fait les choses et Lui qui en est à l'origine, tout va bien. Mais dès que nous lâchons Sa main, nous abîmons tout. Encore et encore.

    Ainsi, pour moi, cela signifie que nous pouvons avoir ou ne pas avoir un message quotidien ou une émission hebdomadaire ou des réunions deux fois par mois dans une maison ou des ateliers, des réunions ou des conférences. Je ne suis plus préoccupé par ces choses. Je ne suis préoccupé que par cette seule chose; que j'aille ou que je reste, que je parle ou que je me taise, que j'écrive quelque chose chaque jour ou que je n'écrive plus jamais rien, que je semble être actif ou inactif, suis-je gouverné par le Saint-Esprit? Parce que c'est la seule base réelle d'un ministère spirituel.

    Maintenant, si tout cela vous concerne et trouve un écho dans votre cœur, vous devriez vous poser la question: comment reconnaître la différence? Comment savoir si je suis guidé par l'Esprit ou par ma propre nature égocentrique? Hé bien, ne me le demandez pas, car je ne peux pas vous le dire. Je ne peux répondre à cela. Vous avez à faire la même chose que moi: placez-vous devant Dieu et demandez-Lui de vous chercher et de vous le révéler.

   Quand vous êtes dans un de ces moments difficiles où vous devez exercer le discernement, vous êtes contraints d'aller devant Dieu pour chercher et trouver, et c'est ainsi que vous grandissez. Cela fait partie de votre croissance. J'ai identifié une condition chez les chrétiens que j'appelle « le googleisme spirituel » ( du nom d'un moteur de recherche sur Internet « Google » NDT) Et cela signifie qu'au lieu de nous tenir devant Dieu, nous humiliant nous-mêmes, et recevant des réponses depuis le Trône, nous allons sur Internet, soumettons notre problème à Google, et essayons d'obtenir une réponse de cette façon. Certes c'est rapide, pratique, et vous obtiendrez certainement quelque chose, mais je pense que cela offense l'Esprit du Dieu Vivant. Pourquoi? Parce qu'Il désire que vous alliez à Lui, pour apprendre de Lui, et cela prend du temps et de la patience, et c'est pour cette raison que tant de gens ne le font pas. C'est pour cela que la plupart des gens, même après toutes leurs recherches de réponses, en sont toujours au même point de départ. Je ne suis pas en train d'être dirigé par Google, ni par ce qu'a fait Watchman Nee ou T.Austin-Sparks. Ils ont bien servi leur génération, mais ils ont disparu. Le problème n'est pas « Qu'a dit le Seigneur à un tel ou un tel? » Cela ne peut que m'emmener jusqu'à un certain point. Que me dit le Seigneur, maintenant? C'est une vérité actuelle qui va rencontrer le besoin de Dieu au moment important.

    Je veux être continuellement ajusté à Dieu et être continuellement gouverné par l'Esprit de Dieu. Et c'est de cette façon que je peux satisfaire le cœur de Dieu. Peu importe que cela satisfasse ou non les autres, ni que cela ait un sens pour eux. Et c'est pourquoi je vous invite à vous joindre à moi dans ce voyage, il commence en ayant la volonté d'être ajusté à Dieu, embrassant le principe de la Croix et en étant gouverné par le Saint-Esprit. Le résultat final est une pureté qui ne peut être atteinte par des moyens charnels.
J'espère que vous ferez de ce message et de ces paroles un sujet de prière.

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org  Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse

mardi 29 septembre 2015

1 Corinthiens 2:14 T. Austin Sparks

L’homme naturel ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu. (1 Corinthiens 2:14 ESV)

L'activité mentale, la vie émotionnelle et la volonté sont exactement ce que le Nouveau Testament appelle l'homme naturel, qui, en tant qu’homme de l’âme,  est incapable d'accepter ce qui vient de l'Esprit de Dieu. Presque tous les soi-disant réveils ont été sur cette base. Ils étaient des mouvements puissants par la sollicitation des émotions: persuasion et argumentations ont été utilisées pour influencer la compréhension et la volonté. Quel fut le résultat? L'homme naturel a été introduit dans le christianisme et on en a fait un chrétien.

 Nous ne pouvons cependant pas  reconnaître les pensées de Dieu en cela et cela n'a rien à voir avec être né de nouveau. Il se peut que des nouvelles naissances aient eu lieu dans les réveils mentionnés ci-dessus. Mais il y a une différence entre une nouvelle naissance psychologique et une nouvelle naissance dans l'Esprit. La première pourrait temporairement avoir toutes les caractéristiques d'une véritable nouvelle naissance. Et pourtant, tout cela peut ne rien à voir avec l'Esprit, et dans d'innombrables cas, il n'y a rien de l’Esprit en cela. ‘C’était une œuvre humaine... Le christianisme est devenu un système d'interprétation humain des pensées de Dieu. La mort spirituelle plane sur cela. Il n'y a pas de témoignage vivant pour Dieu. Dieu nous a donné un fardeau dans nos cœurs concernant Ses pensées. Nous ne parlons pas pour critiquer. Nous parlons parce que nous le devons ....

Les gens qui se lèvent  sans réserve pour les droits de Dieu seront toujours considérés comme des ennemis par ceux qui rejettent les pensées de Dieu .... Partout où un système religieux a commencé à régner, il s’est toujours dressé contre eux en disant qu’ils entraînaient le peuple de Dieu dans la confusion. C’est ce qui rend si difficile et si coûteux le ministère.

Le prophète est prêt à rencontrer cette opposition. Il est mal compris, il est calomnié et considéré comme un ennemi; il est marqué comme celui qui trouble Israël. Mais il a une vision. Il ne se sert pas. Il sait que son point de vue ne laisse aucune place à l'ambition personnelle. Il a vu Dieu. Il est relié à Dieu. Et dans la position particulière qu'il a avec Dieu, la différence entre le divin et l'humain lui a été révélée. Avec cette vision, il a été préparé à assumer le coût que le service de Dieu exige.

Par T. Austin-Sparks de: "Les droits de Dieu" - Chapitre 4

RIEN DE BON par Chip Brogden

« Je sais qu'en moi (c'est-à-dire dans ma chair) n'habite rien de bon » (Romains 7:18a).

   C'est un grand jour pour le Seigneur quand un disciple de Jésus finit par apprendre cette leçon de base: en « moi », en moi-même, n'habite rien de bon. Les gens ont beaucoup de difficultés à apprendre cela. Jésus dit que sans Lui nous ne pouvons rien faire. Ce verset est bien connu. Pourtant les chrétiens persistent à vouloir faire tant de choses indépendamment de Lui. Nous pensons qu'il nous faut tout simplement faire quelque chose. Et alors même que la Bible dit qu'il n'y a rien de bon en nous et que la chair ne sert à rien, nous passons beaucoup de temps à faire des choses charnelles indépendamment de L'Esprit de Jésus en pensant qu'elles sont bonnes et profitables.

    Ce problème fait partie de notre nature adamique et il est à l'oeuvre en nous, bien avant que nous soyons nés de nouveau. Avant de devenir chrétienne, une personne pense être intrinsèquement bonne ou morale. Elle se dit qu'elle n'est pas aussi mauvaise que les autres. Mais ceux qui connaissent Dieu savent que pour pouvoir entrer dans le Royaume de Dieu, on doit d'abord reconnaître que notre justice est comme des haillons souillés, que tous sont déchus de la grâce, que personne n'est juste à Ses yeux. Nous protestons en disant que nous ne sommes pas si mauvais, mais Dieu dit que les pensées du coeur de l'homme sont mauvaises dès sa jeunesse (cf. Genèse 8:21). Pour être sauvée, une personne doit cesser de penser qu'elle est juste par elle-même et accepter le verdict de Dieu. Peu importe si elle pense être bien par rapport au reste du monde, elle est une pécheresse qui a besoin d'un Sauveur. Elle ne peut naître de nouveau à moins de reconnaître et d'accepter ce que le Seigneur dit à son sujet et sur sa condition.

    Nous qui avons reçu le Seigneur comme notre Sauveur, nous sommes parvenus au moins une fois dans notre vie à la connaissance de nous-mêmes. Il est arrivé un jour où nous avons désespéré de nous sauver nous-mêmes, et au lieu de nous accrocher à notre propre justice, nous avons confessé nos péchés et reconnu notre besoin d'un Sauveur. A ce moment là, Christ nous a acceptés comme Ses disciples. La confession de notre péché ne nous a pas empêchés d'entrer dans le Royaume; au contraire, cela nous a ouvert la porte pour y entrer. Par contre, les « justes à leurs propres yeux » sont disqualifiés à cause de leurs propres bonnes oeuvres. Le Seigneur juge les choses d'une façon bien différente de nous.

CONNAITRE CHRIST, CONNAITRE LE MOI

    En devenant de nouveaux disciples, nous sommes réellement passés par la Porte Étroite mais il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas et bien d'autres encore à apprendre. Nous en connaissons très peu sur Jésus, et nous en connaissons peu sur nous-mêmes. Et ainsi, le Seigneur commence à nous conduire le long du Chemin Étroit. Il veut premièrement nous montrer deux choses; qui nous sommes, et Qui Il est. Cela va ensemble. La connaissance de soi est tout aussi importante que la connaissance de Christ. La révélation de Christ commence lorsque Dieu ouvre nos yeux pour connaître Jésus. La révélation de Soi commence lorsque Dieu ouvre nos yeux pour nous connaître nous-mêmes. Lorsque nous voyons l'insuffisance du Moi et la toute suffisance de Christ, nous désespérons tout naturellement de nous-mêmes et regardons à Christ. D'un autre côté, si nous ne nous voyons pas correctement, nous finirons invariablement par imaginer que nous sommes un peu meilleurs que nous le sommes vraiment. Nous prendrons la force de la chair pour de la force spirituelle. Nous confesserons de notre bouche que nous ne pouvons rien faire sans Jésus, mais dans la pratique nous essayerons de faire par nous-mêmes beaucoup d’œuvres. Avec le temps toutes ces choses n'aboutiront à rien. Nous échouerons des centaines et des milliers de fois jusqu'à ce que nous ayons appris la leçon - si cela vient de moi, si cela vient de ma chair, ce n'est pas bon.

    Avant qu'il n'ait vu le Seigneur, Paul avait confiance en lui-même et était dangereux. Ceux qui ont confiance en eux montrent par là qu'ils ne se sont jamais vus eux-mêmes ni n'ont vu le Seigneur. J'ai peur que bien des gens pensent que Jésus est seulement venu pour leur donner un coup de main et les aider à se sentir mieux. Aujourd'hui les livres chrétiens les plus populaires nous expliquent comment avoir une meilleure vie, comment prospérer, comment être un « gagnant », comment faire pour que cela aille mieux, comment penser positivement, être positif, avoir des pensées qui nous encouragent. On se focalise sur la façon de rendre la vie ici sur terre plus agréable, rendre les croyants plus indépendants et leur donner plus confiance en eux. Cela n'est peut être pas le but avoué mais c'est le résultat inévitable et si quelques versets peuvent être utilisés dans ce processus, c'est d'autant mieux. Ce serait une erreur de faire passer la sainteté pour quelque chose de misérable et qui serait une suite de corvées: mais ce serait une plus grande erreur encore de dire à quelqu'un qu'il est merveilleux avant qu'il n'ait d'abord désespéré de lui-même et qu'il ait appris la leçon que Paul a apprise: « Je sais qu'en moi (c'est-à-dire dans ma chair) n'habite rien de bon »

    La pensée positive est appropriée aussi longtemps que je vis en accord avec la Vérité, mais si je ne suis pas soumis à Jésus et que je vis une vie selon mes pensées alors je ne suis pas en mesure de me juger moi-même d'une façon positive: je suis positivement trompé. Nous n'avons pas besoin d'estime de soi, nous avons besoin d'estime de Christ. Plus nous voyons Jésus, moins nous nous confions en nous-même. C'est pour cela qu'une fois cette leçon apprise, Paul a écrit: « Nous ne mettons point notre confiance dans la chair » (Philippiens 3:3b). Il fait ensuite la liste de ce qui semble important pour la religion, en terme de statut, de rang social, d'éducation, de bonnes oeuvres - tout ce qui tend à faire que quelqu'un se sente sûr de lui et juste. Dans une grande exclamation, Paul dit, « Pourtant, je considère tout cela comme de la boue, afin de gagner Christ. » Il met simplement de côté ce que d'autres passent toute leur vie à essayer d'obtenir. Voici un homme qui connaît la toute suffisance de Dieu ainsi que sa propre insuffisance.

    Peut-être que quelqu'un dira, « tout cela est bien pour les nouveaux croyants. Mais je suis chrétien depuis des années. J'ai une bonne relation avec Dieu, j'ai eu mes propres expériences spirituelles et j'ai fait de grands progrès. Ce message est bien pour les plus jeunes, les chrétiens les moins matures, mais cela ne s'applique pas à moi. » Au contraire, la marque de la maturité spirituelle consiste à perdre toute confiance en soi-même. La réelle croissance spirituelle c'est accroître sa confiance dans le Christ, et perdre confiance en soi. « Il doit grandir, mais je dois diminuer » (Jean 3:3). Vous avez toujours à nouveau besoin de comprendre ces Lois spirituelles. Tous ceux qui pensent ne pas avoir encore besoin de l'entendre ne l'ont, en réalité, pas entendu la première fois.

L'EXEMPLE DE JOSEPH

    Nous avons un bon exemple de cela dans la vie de Joseph. Étant jeune, Joseph a réalisé que Dieu l'avait choisi dans un but précis. Dieu a confirmé cet appel particulier en donnant à Joseph un rêve prophétique concernant son avenir. Joseph aurait dû garder ces choses précieusement dans son cœur et attendre patiemment que Dieu accomplisse Sa Volonté. Mais étant jeune et plein de confiance en lui-même, Joseph n'a pas pu résister à l'envie de partager ses rêves avec son père et ses frères. Le résultat en a été que ses frères sont devenus jaloux de lui et ont failli le tuer. Joseph a été vendu comme esclave et a passé de nombreuses années en prison. Il semblait que ses rêves n'allaient jamais se réaliser. Pourtant Dieu utilisa toutes ces circonstances pour enseigner à Joseph à ne pas avoir confiance dans la chair.

    Après plusieurs années de préparation divine, Joseph a été conduit au palais pour interpréter le rêve du Pharaon. C'était pour Joseph l'opportunité de se sortir tout seul de cette terrible situation. Quelqu'un avait enfin reconnu qu'il avait un don et pouvait le récompenser généreusement pour cela. Mais le jeune Joseph, rempli de confiance en lui-même, avait disparu. Il avait fini par apprendre cette leçon de base, « pas moi mais Christ.» « Peux-tu interpréter mon rêve? » demande le Pharaon. « Ce n'est pas moi mais Dieu qui te donnera une réponse. » a répondu Joseph. (cf. Genèse 41:16). Et Il l'a fait car on pouvait maintenant faire confiance à un Joseph vidé de lui-même. Joseph a même manifesté une sagesse et une maturité plus grandes encore dans sa façon d'agir avec ses frères, en démontrant une grâce et un amour surnaturels envers ceux qui lui avaient voulu du mal.

   Toutes nos circonstances, tests et difficultés, sont là pour nous amener à l'endroit où nous pouvons dire avec Joseph: « Ce n'est pas moi ». Dieu permet que bien des choses se mettent en travers de notre chemin, alors même que nous aurions pu les éviter si nous n'étions pas si sûrs de nous et si confiants en nous-mêmes. Dieu a besoin de travailler longtemps et profondément en nous pour parvenir à Ses fins, mais qu'il est merveilleux le jour où, ayant finalement appris la leçon, nous courbons la tête, et nous Lui soumettons toutes choses. Ensuite Il peut vraiment nous utiliser; mais même s'Il ne nous utilise pas, nous sommes néanmoins à Lui. Lui étant soumis, nous sommes satisfaits quel que soit l'endroit où Il nous a placé, que nous soyons dans une prison ou sur un trône.

L'EXEMPLE DE PIERRE

   Pierre est un autre bon exemple du processus par lequel chaque vrai disciple finit par apprendre qu'il n'y a rien de bon dans sa chair. Pierre a commencé sa marche avec Jésus de la même façon que nous, en reconnaissant son péché et en disant, « Éloigne toi de moi Seigneur, car je suis un homme pécheur. » Certains mettent en avant leur propre justice et pensent qu'ils font une immense faveur à Dieu en devenant chrétien. Mais Pierre a fait un début remarquable en se reconnaissant clairement lui-même comme un pécheur, et ainsi le Seigneur a pu le prendre tel qu'il était et commencer à le discipliner.

   Cependant, après avoir fait des progrès, Pierre est retombé dans ses travers. Il avait suivi Jésus pendant trois ans et se réjouissait de sa communion avec Lui. Il avait vu et fait des miracles au Nom de Jésus. Selon les apparences extérieures, il n'était plus un « homme pécheur », mais il était devenu un « homme spirituel ». Dans le passé, Pierre se considérait lui-même indigne d'être dans la présence de Jésus. Mais rapidement on a retrouvé cet « homme pécheur » débattant avec les autres disciples pour savoir lequel d'entre eux serait le plus grand! Cela nous montre qu'il nous faut atteindre une mort plus profonde, et que plus nous devenons « spirituels », plus nous sommes facilement trompés par notre propre spiritualité.

    Si le dentiste vous propose d'enlever une dent saine, vous allez sûrement refuser. Mais si cette dent est pourrie, il ne faudra pas longtemps avant que vous alliez voir le praticien pour qu'il vous l'enlève. Plus vous souffrez, plus vite vous cherchez un soulagement. De même, quand le Seigneur parle pour la première fois de porter la Croix, nous sommes tentés de répondre comme Pierre: «Pas cela Seigneur! Cela ne t'arrivera jamais! » Nous ne voyons pas la nécessité de la mort parce que le Moi ne nous a pas encore fait assez souffrir. Quand nous en avons assez de souffrir à cause de notre chair alors nous sommes heureux de demander à Dieu de nous diminuer pour qu'Il puisse grandir. Avant cela, aucun enseignement, argument, ou doctrine ne sera suffisant pour convaincre une personne.

    Pierre a persisté ainsi jusqu'à l'ultime fin. Il était un cas difficile, mais le Seigneur était patient. Quand Jésus a dit que tout le monde allait L'abandonner, Pierre a protesté et a affirmé que même si les autres disciples Le quittaient, il n'abandonnerait jamais Jésus. Vu de l'extérieur il a agi et parlé comme un croyant et disciple engagé. Mais quand la tentation est survenue, il n'a même pas pu rester assez longtemps éveillé pour prier. Peut-être ne pensait-il pas que la prière était nécessaire; il se sentait assez fort pour résister sans prier! Ensuite, quand Jésus a accepté de se faire arrêter, Pierre a essayé de Le défendre avec une épée. Tous ces exemples démontrent combien était petite la connaissance que Pierre avait de lui-même.

    Ce n'est qu'après avoir renié par trois fois le Seigneur que Pierre a fini par apprendre la même leçon que Paul: « Je sais qu'en moi (c'est-à-dire dans ma chair) n'habite rien de bon. » Après avoir renié le Seigneur, il est parti et a pleuré amèrement. Il avait fini par être brisé, il se haïssait lui-même pour ce qu'il avait fait. Il avait enfin vu quelque chose de lui-même et il était honteux. S'il avait été capable de renier le Seigneur Jésus alors il était capable de n'importe quoi. Assez étrangement, plus Pierre pensait être indigne, plus le Seigneur a essayé de le restaurer et de l'encourager! Le Seigneur ne brise pas le lumignon qui fume encore. Quand Pierre était fort et arrogant, le Seigneur l'a affaibli par une réprimande. Quand Pierre a été suffisamment faible et humble, le Seigneur l'a fortifié par des encouragements. Quel Seigneur glorieux nous avons, Qui nous rencontre exactement là où nous sommes et s'occupe de nous au mieux!

NOS ÉCHECS SERVENT AUX DESSEINS DE DIEU

    Jésus n'a pas été surpris ou déçu lorsque Pierre a chuté. De la même manière, Il n'est pas surpris ou déçu quand vous échouez. Il est plutôt en train d'attendre que vous échouiez pour pouvoir être réduit à Lui. Il ne se fait pas d'illusion sur vous et Il vous connaît de fond en comble. Il sait que même si votre esprit a la volonté, votre chair est faible. Le problème n'est pas notre faiblesse - le problème est notre manque de volonté à reconnaître notre faiblesse. Paul n'avait pas confiance dans la chair, il pouvait donc dire « je me réjouis dans mes faiblesses, pour que la puissance de Christ puisse demeurer sur moi » (2 Corinthiens 12:9b). Mais nous ne nous réjouissons pas de notre faiblesse comme Paul l'a fait. Soit nous refusons de l'admettre, soit nous la cachons, soit nous essayons de l'améliorer, soit nous essayons de vivre avec, en essayant de compenser dans d'autres domaines. Les gens se battront et argumenteront avec moi sur ce point car ils veulent désespérément sauver quelque chose pour eux-mêmes. Ils ont une estime d'eux mêmes fragile et cette sorte de nouvelle est trop pénible à supporter pour eux.

    Mais je tiens à vous faire part d'une grande nouvelle, chers amis chrétiens! Cette faiblesse du Moi est la vraie clé pour vivre la Vie Chrétienne. Aussi pénible que cela puisse être, les larmes amères de l'échec produisent l'eau qui arrosera la Graine Précieuse qui est plantée dans votre cœur et qui la fera grandir. Désespérer de nous-même est la clé qui ouvre la porte à toute la puissance, la victoire, et la fertilité en Christ que nous recherchons « Je SAIS qu'en moi (c'est-à-dire dans ma chair) n'habite rien de bon. » Je LE SAIS, dit PAUL. Rien de bon. Je sais qu'en moi, dans ma chair, dans mon Moi, il n'y a rien de bon. En dehors de Lui je ne suis rien. Il est TOUT. CHRIST EN MOI est ma seule Espérance. Dans une partie de moi, ma chair, n'habite rien de bon. Dans l'autre partie habite Christ.

    Pourquoi manquez-vous de puissance? Pourquoi êtes-vous incapables de marcher dans la victoire continuelle? Pourquoi ne voyez-vous pas plus de fruits? Parce que la puissance, la victoire et la fertilité ne sont disponibles que pour une personne qui se tient sur le terrain de la résurrection. L'huile d'onction sainte ne devait pas être versée sur la chair. Dieu ne donne pas ces choses à ceux qui vivent encore pour eux-mêmes. La vie de résurrection est pour ceux qui sont déjà morts - comment en serait-il autrement? A moins qu'un homme ne passe par la mort il ne peut rien savoir de la résurrection. Si une personne n'est pas prête à prendre la Croix alors elle ne mourra pas, et si elle ne meurt pas, alors elle ne peut ressusciter. Si elle n'est pas ressuscitée alors elle ne peut pas s'élever avec Christ et être assise avec Lui dans les Cieux, car « la chair et le sang ne peuvent entrer dans le Royaume de Dieu » (1 Corinthiens 15:50).

    Une de vos promesses favorites est sûrement Philippiens 4:13 « Je peux tout faire par Christ Qui me fortifie ». Gardez pourtant à l'esprit que le même homme a aussi dit cela, « Je suis crucifié avec Christ » (Galates 2:20). « Je peux faire toutes choses à travers Christ Qui me fortifie, mais cette Force est rendue parfaite dans ma faiblesse. » (cf. 2 Corinthiens 12:9). Rappelez-vous aussi que « En dehors de Moi, Vous ne pouvez rien faire » est aussi une promesse en or. Parce que je vous promets que tout ce que vous ferez sans Jésus ne vous servira à rien!

COMMENT ENTRER

   Pourquoi est-il si difficile pour un homme riche d'entrer dans le Royaume de Dieu? Parce que les richesses créent l'illusion du contrôle et cela produit la confiance en soi. L'argent est comme une drogue qui nous fait nous sentir invincibles. Une fois l'argent disparu, l'illusion est détruite et il en découle une humilité naturelle. Ceux qui sont riches en expériences spirituelles trouvent également difficile d'y rentrer. Bien souvent, les personnes qui se considèrent elles-mêmes comme « apostoliques » ou « prophétiques » ou « spirituelles » ou « appelées à un ministère » représentent un défi incroyable. Il est très difficile de leur enseigner quoi que ce soit ou même de discuter avec elles parce qu'elles ne sont pas pauvres en esprit, elles sont riches en esprit. Elles aiment argumenter, faire des histoires, débattre et trouver des fautes chez les autres. Comme le jeune Joseph, elles ont toujours un rêve, une vision ou une parole, mais elles manquent de sagesse et de maturité. C'est le genre de personnes qui parcourront la moitié de la terre pour prêcher un message mais qui ne traverseront pas la rue pour écouter quelqu'un. Elles veulent être vues et entendues, mais elles ne peuvent pas supporter, voir ou entendre les autres.

    Les amis, cela peut être difficile d'y rentrer, mais ce n'est pas impossible. C'EST impossible pour les hommes, c'est vrai; mais avec Dieu, toutes choses sont possibles. Plus vite nous acceptons l'impossibilité pour l'homme, plus vite nous acceptons la possibilité pour Dieu. Voici la façon dont nous y entrons: « J'ai été crucifié avec le Christ, pourtant je vis; non pas moi, mais Christ vit en moi » (Galates 2:20). La solution de Dieu à nos problèmes est de nous clouer à la croix avec Jésus. Si nous acceptons cette sentence de mort, tous nos problèmes mourront avec nous. Les problèmes ne mourront pas avant que nous ne soyons morts nous-mêmes. Mais le jour où nous cessons de nous efforcer et que nous acceptons humblement la Croix, nous verrons que tout est prêt. Nous pouvons protester de notre innocence et mourir lentement comme les deux voleurs, ou nous pouvons calmement nous remettre entre les mains de Dieu et rendre l'esprit.

   En quoi devons-nous entrer? La première chose à faire est d'arrêter de faire. Ensuite, apprenons à dire des paroles comme: « Aujourd'hui Seigneur, j'abandonne. Je suis fini. Je me soumets. Je sais maintenant que dans ma chair, il n'y a rien de bon. En dehors de Toi je ne suis rien, et indépendamment de toi je ne peux rien faire. Je ne sais même pas comment prier. J'accepte la sentence de mort, et je me confie en toi pour me ressusciter d'entre les morts. Que tu puisses grandir en même temps que je diminue. J'ai appris que je ne peux pas, donc je ne ferai pas. Je remets mon esprit entre Tes mains. Tu es la Résurrection et la Vie, et je m'attends à Toi pour me ressusciter des morts. Je ne me ressusciterai pas moi-même. Que Ta force soit rendue parfaite dans ma faiblesse. »

    Quand c'est une réalité pratique pour une personne, et pas seulement une théorie, cela ressemble à la chose suivante: j'avais l'habitude d'être confiant en moi-même et très sûr de moi, mais aujourd'hui je n'ai plus confiance en moi. J'avais l'habitude d'être très actif, mais aujourd'hui je suis content d'être calme. Si Dieu se manifeste en moi, je Lui obéirai sûrement; mais s'Il ne bouge pas, je n'ose pas aller plus loin que Lui. Je vais travailler, mais je ne vais pas travailler selon la chair. A la place, je vais travailler selon Sa Puissance qui agit puissamment en moi, cette puissance qui me fortifie pour faire toute chose, cette puissance qui est rendue parfaite par ma faiblesse. Je ne cache plus ma faiblesse, je me réjouis en elle, et je regarde à Christ en moi pour être vainqueur. Je me suis soumis à Lui comme un esclave, comme un prisonnier du Seigneur. Si je vis, je suis au Seigneur. Si je meure, je suis au Seigneur. Dans la vie ou dans la mort, je Lui appartiens.

    Les amis, Jésus n'a PAS dit, je suis « La Crucifixion et la Mort. » Il a dit, « Je suis le Résurrection et le Vie. » Méditez sur la différence! La Résurrection et la Vie sont de l'autre côté de la Croix que Jésus nous demande de prendre. La Croix est la Porte de la Vie qui nous mène dans le Pays Promis de la Résurrection. Embrassons la Croix et la gloire dans la Croix, car c'est la puissance de Dieu pour notre salut. Amen

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org  Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse



lundi 28 septembre 2015

Matthieu 16:12 T. Austin Sparks

Alors ils comprirent que ce n’était pas du levain du pain qu’il leur avait dit de se méfier, mais de l’enseignement des pharisiens et des sadducéens.. (Matthieu 16:12 )

Il est venu dans cet univers quelque chose qui le perturbe. Toutes ces guerres terribles, dont vous connaissez quelque chose, sont le résultat de cette influence perturbatrice qui est venue dans l'univers. Il y a quelque chose dans cet univers qui sollicite la nature humaine. Comme l'alcool, elle amène les hommes à se battre les uns contre les autres. Elle maintient le monde dans l'agitation. Elle produit toute cette excitation de la nature humaine mauvaise.

Donc, encore une fois, ce quelque chose qui est venu dans cet univers a entrainé un élargissement qui est tout à fait contre nature - un faux développement .... L'apôtre Paul dit,  "Par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun de vous de n’avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun." Tout ce qui nous rend anormalement grand est mauvais, que ce soit la vie individuelle, ou que ce soit ce qu'on appelle le travail de Dieu, en essayant de le rendre plus grand que sa véritable mesure spirituelle, en le gonflant au-delà de son véritable degré spirituel; c’est  quelque chose de mauvais, c’est le levain ....

Alors que dire de ce levain qui rend les choses attrayantes pour notre goût naturel? Paul a dit à Timothée: «Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs," Et il poursuit en disant qu'ils croient au mensonge à la place de la vérité. Pourquoi donc? Parce que ces enseignants font appel à la vie naturelle.. Ils appellent  parfois  le mal bien. Les gens n'aiment pas les enseignants qui leur disent ce qui est mal, que cette chose ou cette chose est contraire à Dieu. Ils aiment le pain levé, ce qui plaît à la chair ....

L'enseignement du Nouveau Testament est: "Gardez-vous pur." Assurez vous que vos vêtements ne sont pas tâchés. Marchez dans ce monde pécheur comme  ne faisant pas partie de sa nature. Bien qu'il y ait du levain partout,  soyez des pains sans levain. Le monde  peut ne pas vous aimer , le monde n’aime pas le pain sans levain. Cela ne plaît pas à la chair, mais le pain qui est pur est agréable à Dieu.

Par T. Austin-Sparks à partir de: «Que tous soient un, comme nous sommes un» -  Réunion 30

1 Jean Partie 7 Dieu est la vie Ed Miller (1 Jean 5)

Pour les précédents partages :

partie 1 publiée le 12/07/2015
partie 2 publiée le 13/07/2015
partie 3 publiée le 14/07/2015
partie 4 publiée le 26/07/2015
partie 5 publiée le 28/08/2015
partie 6 publiée le 07/09/2015

Le texte qui suit est la transcription d'un message donné en anglais. La forme orale a été conservée, mais des titres de sections ont été ajoutés pour faciliter la lecture. (NdT)
Bonjour et bienvenue dans notre septième leçon sur cette merveilleuse épître de 1 Jean.
Prions:
Père nous Te remercions pour ces merveilleux moments que nous pouvons prendre devant cette Bible ouverte, en faisant confiance au Saint-Esprit pour qu’Il nous dévoile le Seigneur Jésus. Nous prions que Tu puisses nous garder dans notre méditation. Alors que nous arrivons à ce chapitre final de 1 Jean, nous prions que Tu puisses imprimer cela dans notre cœur. Nous Te remercions par avance de ce que Tu viens à notre rencontre. Que notre médiation pour Toi puisse t’être agréable. Au nom précieux de Jésus. Amen.
RÉSUMÉ
Nous sommes arrivés à la fin de notre petite étude sur l’épître de 1 Jean. Le message de ce livre est la communion avec Dieu, la communion avec le Seigneur. Nous utilisons 1 Jean 3:3 comme notre verset clé qui dit: « Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. »
J’ai présenté le message de ce chapitre en suivant les quatre titres de Dieu que l’on trouve dans ce livre.
  • 1 Jean 1:5: Dieu est lumière
  • 1 Jean 2:29: Dieu est juste
  • 1 Jean 4:8: Dieu est amour
  • 1 Jean 5:11: Dieu est la vie éternelle
Nous avons besoin de ces quatre révélations de Dieu tout comme une table a besoin de ses quatre pieds. C’est sur ces quatre vérités au sujet de Dieu que repose la réalité de notre communion avec le Seigneur.
Dans notre discussion nous avons déjà vu trois titres. Dieu est lumière et nous devons Le voir dans Sa lumière. En d’autres termes, alors que nous étudions la Bible sous la conduite du Saint-Esprit, le Saint-Esprit met Christ en lumière selon notre faim et nos capacités. Nous devons donc marcher dans la lumière comme Lui est dans la lumière. Comme Dieu est juste, alors que nous Le contemplons, nous sommes transformés à Son image. Nous sommes conformés à Lui.
Dans notre précédente leçon, nous avons vu la troisième révélation du Seigneur, Dieu est amour. Voilà maintenant de quelle façon ces révélations sont en lien les unes avec les autres. Dieu est lumière, nous Le voyons. Dieu est juste, en Le voyant nous sommes changés. Dieu est amour, nous commençons maintenant à Le refléter. Les autres peuvent ensuite Le voir par l’amour qui est répandu dans notre cœur. Voici les trois premiers pieds de la table. Nous Le contemplons, nous devenons comme Lui et ensuite nous commençons à Le refléter et les autres peuvent Le voir par notre amour.
Les quatre premiers chapitres de 1 Jean nous enseignent de quelle façon marcher dans la lumière, comment marcher dans la justice et comment marcher dans l’amour. Cela nous emmène maintenant dans le chapitre final qui est Dieu est la VIE avec un V majuscule, un I majuscule et un E majuscule. Qu'est-ce que cela signifie que Dieu est la VIE?
LA VIE ÉTERNELLE EST UNE PERSONNE, LE FILS UNIQUE VENU DU PÈRE
Qu’est-ce que cela signifie que nous marchons dans la VIE? Il est bien plus facile de comprendre ce que signifie marcher dans la lumière, dans la justice ou dans l’amour. Que signifie marcher dans la VIE? Laissez-moi vous montrer de quelle façon ce titre la Vie est utilisé à travers toute l’épître.
1 Jean 1:1-3 dit: « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, - car la vie a été manifestée, et nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée. »
Dans ces deux versets, Jean utilise l’expression la Parole de Vie, la Vie et la Vie éternelle. Si vous considérez la fin du verset 2, vous verrez qu’il ne considère pas que c’est une chose, mais qu’il parle d’une personne dont le nom est la Parole de Vie, dont le nom est la Vie, dont le nom est la Vie éternelle qui a été manifestée. Qui est cette Vie? La réponse est le Seigneur Jésus Lui-même. Il est appelé la Vie, la Parole de la Vie et la Vie éternelle.
1 Jean 5:20-21 dit: « Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu'il nous a donné l'intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. C'est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. » C'est lui qui est le Dieu véritable et la vie éternelle.
Rappelez-vous que le même homme qui a écrit l’épître de 1 Jean a aussi écrit l’évangile selon Jean. Jean 17:3 dit: « Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » Qu’est-ce que la vie éternelle? C’est la connaissance de Dieu. La vie éternelle c’est qu’ils puissent Te connaître. Je vous rends attentifs à cela parce que j’ai raté ce point pendant de nombreuses années. Je pensais que Jésus était quelque part dans le ciel et que la vie éternelle était quelque part ailleurs dans le ciel de l’autre côté. En d’autres termes, je pensais que la vie éternelle était une chose, quelque chose que Dieu nous donne, une vie qui était éternelle. En d’autres termes, je pensais que c’était une vie qui continuait et continuait et continuait sans arrêt. Je pensais qu’il s’agissait d’une durée éternelle qui ne faisait que continuer et continuer.
Je n’ai pas vu la relation entre les mots Vie, la Vie éternelle et le mot Jésus. 1 Jean 5 :11-12 dit: « Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie. »
En d’autres termes, vous ne pouvez pas séparer la vie éternelle de Jésus. C’est en Lui. Si vous l’avez Lui, vous avez la Vie. Si vous ne l’avez pas Lui, vous n’avez pas la Vie. La vie éternelle est en Christ et c’est plus qu’une durée éternelle. Lorsque l’apôtre Jean appelle Jésus la parole de Vie, la vie manifestée, la vie éternelle, il est en train de parler d’une personne. Comme je l’ai dit, pendant des années je pensais qu’il s’agissait d’une quantité. Je pensais que c’était une vie qui durait pour toujours. Mais ce n’est pas le cas, il s’agit d’une qualité de vie, plutôt qu’une quantité de vie.
LA VIE ÉTERNELLE EST LA VIE DE CELUI QUI EST ÉTERNEL
Cela inclut une durée sans fin, ne me comprenez pas mal. Je ne veux pas dire que nous n'allons pas vivre pour toujours. Nous vivrons pour toujours, mais j’aime le dire de cette façon, la façon dont Jean le dit, la vie éternelle est la vie de Celui qui est éternel. Qu’est-ce que cela signifie que d’avoir la vie éternelle? Cela signifie avoir la vie de Celui qui est éternel, qui vit dans notre cœur. C’est une Vie Divine. C’est le Fils de Dieu Lui-même. C’est ce qui est merveilleux dans ce chapitre final.
Dans le chapitre 4, nous avons parlé du fait d’être transformé et du fait que Dieu vit en nous et que la vie chrétienne ce n’est pas nous qui vivons pour Dieu, mais c’est Dieu qui vit pour Dieu en nous. Ce n’est pas la même chose, c’est une direction toute différente. Je parle comme un fou, mais imaginez que je puisse avoir la vie de Michel-Ange en moi. Je pense que je serais alors un bon peintre et un bon sculpteur. Si j’avais la vie de Tiger Woods en moi, je pourrais être un bon golfeur. Si j’avais la vie de Félix Mendelssohn, j’en connaîtrais un peu au sujet de la musique. Si j’avais la vie d’Einstein, je pourrais faire des mathématiques.
Nous avons la vie de Dieu. Dieu est juste. Dieu est pur, Dieu est fidèle, Dieu est amour. A quoi ressemblera ma vie si je me soumets à Lui et à Sa vie? C’est à cela que nous arrivons dans ce chapitre final. C’était facile lorsque nous avons dit que le chapitre 1 parle de marcher dans la lumière, que le chapitre 2 parle de marcher dans la justice et que les chapitres 3 et 4 parlent de marcher dans l’amour. Mais qu’est-ce que cela signifie que de marcher dans la Vie ? J’aimerais que vous remarquiez l’accent qui est mis dans le chapitre 5.
  • Verset 5:1: « Quiconque croit... »
  • Verset 5:4: « Parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi. »
  • Verset 5:5: « Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? »
  • Verset 5:10: « Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage en lui-même; celui qui ne croit pas Dieu le fait menteur, puisqu'il ne croit pas au témoignage que Dieu a rendu à son Fils. »
  • Verset 5:13: « Je vous ai écrit… vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. »
Nous trouvons toujours à nouveau le mot « croire » dans ce chapitre. Il s’agit de la victoire de la foi. C’est parce que Dieu a besoin d’un objet qu’Il en parle dans ce chapitre final. J’ai également mal compris cela pendant des années. J’avais l’habitude de glorifier la foi. Je pensais que plus j’avais de foi plus je pouvais être un bon chrétien. Je priais pour avoir plus de foi, une plus grande foi et une foi plus forte. Je considérais cela comme la monnaie du ciel. En d’autres termes, lorsque j’étais riche en foi je pouvais alors acheter de nombreuses choses de Dieu et si j’avais plus de foi je pouvais acheter encore plus. Lorsque j’étais malade et que j’avais assez de foi, je pouvais même acheter la guérison, parce que tout dépendait de la foi.
En réalité la foi n’est rien. La foi a besoin d’un objet, et la seule raison pour laquelle la foi est bonne est à cause de ce en quoi ou en qui vous vous confiez. Christ est l’objet de la foi, mais moi j’avais de la foi dans ma foi. Vous ne pouvez pas avoir de foi dans votre foi, vous devez avoir la foi dans le Seigneur. C’est à Lui que vous faites confiance. Nous devons regarder à travers notre foi vers le Seigneur Jésus et non pas à notre foi. Le point important est que nous devons regarder au Seigneur Jésus car c’est Lui l’objet de la foi.
Il y a un mouvement parmi les jeunes gens appelé WWJD1, (What Would Jesus Do) ce qui signifie « Que ferait Jésus » en français. Les jeunes portent cela souvent sous la forme d’un bracelet, de chaînette ou sur la ceinture. L’idée est que la vie chrétienne est une imitation de Christ. Vous vous demandez ce que ferait Jésus dans cette situation et ensuite vous Le copiez. Vous vous demandez: « Que ferait Jésus dans ma situation? Comment est-ce qu’Il agirait? Comment est-ce qu’Il réagirait? Où est-ce qu’Il irait? Qu’est-ce qu’Il déciderait? Quels seraient Ses plans? L’idée est d’avoir cela toujours à l’esprit et c’est pour cela qu’ils ont un bracelet sur lequel est inscrit WWJD, que ferait Jésus à ma place. Cela les aide à se remémorer le chemin à suivre.
Cela semble très spirituel, mais je pense que cela pourrait être mal compris et même un peu dangereux. Je pense que cela rate totalement le point de 1 Jean 1-5, la communion avec Dieu. La vie chrétienne ce n’est pas imiter Dieu. Ce n’est pas se poser la question de « que ferait Jésus à ma place? » Ce n’est pas Le copier. Vous ne pouvez pas copier le Seigneur. Vous ne pouvez pas le suivre. La vie chrétienne n’est pas notre capacité à imiter Dieu. C’est Sa capacité à se reproduire Lui-même en nous. Nous marchons par la foi, nous nous approprions Sa vie. Il ne s’agit pas de ce que nous faisons mais de ce que Lui fait. Nous devons faire confiance au Dieu vivant.
1 Jean 5:11 dit: « Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils. » C’est un don, Il nous a donné la vie éternelle et cette vie est dans Son fils. C’est tout aussi simple que de prendre. La vie chrétienne c’est simplement s’approprier Dieu par une simple foi.

Tout cela pour dire que je sais ce que cela signifie que de marcher dans la lumière, je sais ce que cela signifie que de marcher dans la justice, je sais ce que cela signifie que de marcher dans l’amour, mais qu’est-ce que cela signifie que de marcher dans la vie? La réponse est: cela signifie marcher dans la foi. C’est de cette manière que Jean présente cela dans le chapitre 5. C’est marcher dans la foi, c’est mettre sa confiance dans Celui qui est vivant. C’est mettre votre confiance dans Sa vie qui agit en vous et à travers vous.

Après que Dieu nous appelle à marcher dans la lumière, dans la justice et dans l’amour, Il ferme le livre en disant que tout cela est à nous par une simple foi d’enfant. Nous avons besoin de marcher dans la vie et de nous approprier Sa vie. Êtes-vous familiers avec la définition technique du mot « mort » dans le Nouveau Testament? Qu’est-ce que signifie la mort? Il s’agit d’une séparation. C’est de cette manière que la Bible utilise le mot mort.

Jacques 2:26 dit: « Comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les œuvres est morte. » Dans la parabole du fils prodigue le père pouvait dire en Luc 15:24: « Car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils commencèrent à se réjouir. » Le fils était séparé, mais maintenant il est de retour. Je vous rends attentifs à cela parce que si cela est la séparation qu’est-ce que la vie? C’est l’opposé de cela. La vie c’est l’union. A travers tout le Nouveau Testament lorsqu’il est parlé de la vie, vous pouvez remplacer cela par l’union. La raison pour laquelle vous êtes tant en sécurité est parce que votre nom est écrit dans le livre de vie. Votre nom est écrit dans le livre de l’union et nous sommes unis avec Dieu.

Alors que nous terminons ce chapitre sur la communion avec Dieu, il n’est pas étonnant qu’il termine avec la simplicité de la foi et à l’appel de marcher en union avec Dieu. C’est cela l’idée derrière la vie, c’est marcher en union avec Dieu. Jean termine le livre avec cette grande vérité et nous demande simplement de marcher dans la foi. Voici 1 Jean 5:1-5 dit: « Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l'a engendré aime aussi celui qui est né de lui. Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. Car l'amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi. Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? »

Ce chapitre final s’ouvre en nous rendant attentifs à deux choses dans ma vie et dans votre vie qui seront vraies si nous avons saisi cette différence entre copier Dieu et s’approprier Sa vie. Une première indication qui montre que quelqu’un met sa confiance dans le Seigneur et qu'il vit par Sa vie se trouve dans le verset 5:3. J’aime la manière dont cela est exprimé dans ce verset. 1 Jean 5:3 dit: « Et ses commandements ne sont pas pénibles. » C’est une glorieuse vérité. Si vous comprenez réellement la différence entre essayer de copier Dieu pour vivre la vie ou essayer de vivre par Sa vie, par la foi en Lui, vous verrez qu’une des différences est que vous ne lutterez pas avec l’obéissance. Ses commandements seront un délice plutôt qu’un fardeau.

Les commandements de Christ sont très lourds à porter pour ceux qui essaient de L’imiter. J’ai vécu de l’autre façon pendant des années. Au début de ma vie chrétienne, je me disais que j’étais un chrétien et que c’était donc ma responsabilité de présenter l’autre joue. Mais avez-vous déjà essayé? Voici une liste de commandements:

  • Jacques 1:2 dit: « Regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés. »
  • 1 Thessaloniciens 5:8 dit: « Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l'espérance du salut. »
  • Ephésiens 5:20 dit: « Rendez continuellement... »
  • Mathieu 5:41 dit: « Si quelqu'un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui. »
  • Ephésiens 5:25 dit: « Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle. »

Tout cela peut devenir très lourd après un certain temps, parce que nous essayons de le faire avec nos propres forces, et notre propre énergie et cela ne fonctionne pas. Mais pour ceux qui ont appris à s’approprier la vie de Dieu, les commandements de Dieu ne sont pas des fardeaux, c’est l’opposé qui est vrai. Lorsque vous trouvez un chrétien joyeux, vous avez trouvé quelqu’un qui a appris à mettre sa confiance dans le Seigneur, parce que c’est une des premières choses qui prend place.

La seconde indication qui montre que quelqu’un met sa confiance dans le Seigneur et qu'il vit par Sa vie se trouve dans les versets 5:4-5 qui dit: « parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi. Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? »

J’ai des amis qui ne pensent pas que tous les chrétiens sont des vainqueurs, mais que ce ne sont que les chrétiens les plus spirituels. Ils pensent que si vous n’êtes pas prêts lorsque le Seigneur reviendra, alors vous devrez passer par des temps de tribulations et vous serez laissés derrière et ce genre de choses. Je sais qu’ils tirent beaucoup de choses du livre de l’Apocalypse, où l’on trouve les sept églises dans lesquelles le Seigneur donne des promesses particulières à ceux qui vaincront.

Mais dans 1 Jean 5, qui est Le vainqueur, qui est Celui qui triomphe? 1 Jean 5:4-5 enseigne que tous les chrétiens sont des vainqueurs et je ne vois pas d’autre façon de lire cela. Tous les chrétiens qui sont nés de Dieu sont des vainqueurs et ont triomphé du monde. Peut-être que vous me demanderez: « Mais comment est-ce que cela est possible ? » La réponse est que cela nous est imputé. Est-ce que Jésus est juste? Bien entendu qu’Il est juste et donc vous êtes également justes. Est-ce qu’Il est le Fils de Dieu? Oui, et c’est la raison pour laquelle vous pouvez être appelés fils de Dieu. Est-Il le Christ? Oui, alors vous pouvez être appelés chrétiens. Le seul dans la Bible qui est appelé l’élu est Jésus-Christ dans le livre d’Esaïe. Est-ce que vous savez pourquoi vous êtes élus? Parce que vous êtes en Lui. Il est un vainqueur et vous êtes un vainqueur. Il dit: « Prenez courage, j'ai vaincu le monde. » Vous êtes en Lui et vous êtes un vainqueur. Je ne peux pas voler mais l’avion peut voler, et si je suis dans l’avion je vole. C’est parce que je partage les caractéristiques de Celui en qui je suis. Par conséquent, tous les croyants sont des vainqueurs.

Tous les croyants sont des vainqueurs sinon cela serait basé sur les œuvres. Selon ma petite lumière je pense que lorsque le Seigneur Jésus viendra vous ne resterez pas derrière si vous avez mis votre confiance dans le Fils, parce que cela dépend de Lui et non pas de nous.

Les versets 5:6-13 qui suivent sont vraiment difficiles et je ne veux pas prétendre que je sais de quelle manière expliquer tous les détails. J’ai un jour entendu quelqu’un dire: « J’ai des amis qui pensent de cette manière et j’ai des amis qui pensent de cette autre manière. Et je suis d’accord avec mes amis. » Eh bien je ne suis pas beaucoup plus avancé que cela sur ce sujet.

Les versets 5:6-13 disent: « C'est lui, Jésus-Christ, qui est venu avec de l'eau et du sang; non avec l'eau seulement, mais avec l'eau et avec le sang; et c'est l'Esprit qui rend témoignage, parce que l'Esprit est la vérité. Car il y en a trois qui rendent témoignage dans les cieux, le Père, la Parole et le Saint-Esprit, et ces trois sont d’accord. Et il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre: l'Esprit, l'eau et le sang, et les trois sont d'accord. Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand; car le témoignage de Dieu consiste en ce qu'il a rendu témoignage à son Fils. Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage en lui-même; celui qui ne croit pas Dieu le fait menteur, puisqu'il ne croit pas au témoignage que Dieu a rendu à son Fils. Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie. Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. »


Cela ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un passage difficile et de nombreuses personnes pensent que cela ne peut pas être compris en dehors de l’arrière-plan du gnosticisme. Les gnostiques ont disséqué le nom de Jésus-Christ, c’est-à-dire qu’ils pensaient que le nom de Jésus signifiait homme et que le nom de Christ signifiait Dieu. Ils pensaient donc que lorsqu’Il est né Il n’était que Jésus, Il n’était que homme. Ils disent qu’Il est devenu Jésus-Christ à son baptême, c’est-à-dire Dieu homme. Ils disent aussi que lorsqu’Il est mort sur la croix, Dieu est reparti et qu’Il n’est que mort en tant que Jésus.

Certains commentateurs disent donc que Jean réagit à cela et nous dit ici que nous ne pouvons pas le découper de cette façon et que Celui qui est venu avec l’eau, c’est-à-dire le baptême est le même qui est aussi mort. Ils disent que Celui qui est venu par l’eau, l’incarnation, la première naissance est le même qui est mort sur la croix.

Il est clair que la Bible enseigne que Jésus-Christ est un parfait Seigneur et inséparable Dieu homme. Mais je ne suis pas sûr que Jean se battait contre cette erreur à ce moment-ci. Je pense qu’il y a une façon plus simple de considérer les choses. Je parle d’une façon plus simple parce que je ne pense que toucher la surface sans m’arrêter à tous les détails.

Voici ce que je pense que Jean nous dit. Il nous dit: « Pendant cinq chapitres je vous ai parlé de la communion avec Dieu, au sujet de la possibilité d’avoir une intimité avec Dieu et de connaître le Seigneur. Je vous ai montré de quelle manière Dieu est lumière, Dieu est juste et Dieu est amour et maintenant comment Dieu est vie et cette vérité de ce que nous pouvons marcher avec Dieu est partout affirmée. »

Le verset 5:7 dit que cette vérité est confirmée dans les cieux. Il est question de Dieu le Père, de Dieu le Fils, la Parole et de Dieu le Saint-Esprit et ces trois témoignent que cela est vrai. Non seulement cela est confirmé dans les cieux, mais considérez le verset 5:8. C’est également confirmé sur la terre dans l’histoire de la rédemption. Il s’agit de toute l’histoire de Christ. L’Esprit de Dieu nous dit qu’Il est venu par l’eau, l’incarnation. L’Esprit de Dieu nous dit qu’Il est mort sur la croix par le sang. Par conséquent, vous regardez dans le ciel et Dieu dit: « Je sais que cela est vrai et l’histoire de Christ dit que cela est vrai. » Puis le verset 5:10 dit: « Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage en lui-même. »

Comment est-ce que je sais que cela est vrai? C’est parce que le ciel dit que c’est vrai, parce que l’histoire humaine dit que cela est vrai, et parce que notre cœur dit que cela est vrai. Il y a un témoignage dans mon cœur. « Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. » 1 Jean 5:13 dit: « Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. » Ou est-ce qu’il a écrit cela? La réponse est dans ce livre, dans la Bible.

En d’autres termes, Jean nous demande: « De quelle façon est-ce que vous savez que cela est vrai? » Eh bien, parce que le ciel dit que cela est vrai, parce que l’histoire dit que cela est vrai, parce que notre cœur dit que cela est vrai et parce que la Bible dit que cela est vrai. Jean empile donc une assurance sur une autre afin que nous puissions savoir que ces choses sont vraies. Dans les versets 5:7-11, Jean utilise dix fois le mot témoignage.

Il y a encore deux choses que j’aimerais mentionner avant que nous terminions l’étude de ce merveilleux livre. Premièrement, même si les versets 1 Jean 5:16-17 sont aussi difficiles, il y a une précieuse vérité là-dedans. Je ne connais peut-être pas tous les détails mais j’y ai vu une vérité. Deuxièmement, j’aimerais considérer les versets 1 Jean 5:18-21 qui sont une belle conclusion et une apogée à ce grand livre sur la communion avec Dieu.

1 Jean 5:16-17 dit: « Si quelqu'un voit son frère commettre un péché qui ne mène point à la mort, qu'il prie, et Dieu donnera la vie à ce frère, il la donnera à ceux qui commettent un péché qui ne mène point à la mort. Il y a un péché qui mène à la mort; ce n'est pas pour ce péché-là que je dis de prier. Toute iniquité est un péché, et il y a tel péché qui ne mène pas à la mort. »

Mais de quoi est-ce que l’apôtre est en train de nous parler? Il y est question de péchés qui mènent à la mort et de péchés qui ne mènent pas à la mort. Premièrement, ne faites pas de confusion entre 1 Jean 5:16 et ce qui a été appelé le péché impardonnable dont il est question en Matthieu 12, Luc 12 et Marc 3. Le péché qui mène à la mort n’est pas la même chose que le péché impardonnable. Vous vous rendrez compte de cela si vous étudiez les évangiles.

Le péché impardonnable dont on parle en Marc 3:29 est le rejet final du Seigneur Jésus-Christ. Si quelqu’un dit non au dernier moment et ensuite meurt, la raison pour laquelle elle ne peut pas être pardonnée est parce que cela est un péché éternel. Cette personne a rejeté le Seigneur pour l’éternité.

Une des raisons pour laquelle je sais que Jean ne parle pas de cela est à cause du verset 5:16. Il nous dit que nous n’avons pas besoin de prier pour ceux qui commettent ce péché. Il parait clair que si nous sommes encouragés à ne pas prier pour ce genre de péché, nous devons savoir si la personne a commis ce péché. Et je sais avec certitude que nous ne savons pas si quelqu’un a dit son « non » final au Seigneur ou pas. Il peut nous paraître comme si une personne a dit son « non » final, mais vous ne savez jamais si c’est le cas ou pas. Personne sur la terre n’a le droit de regarder dans le livre de la vie. Dieu ne nous l’a pas montré. Nous ne connaissons pas les personnes qui ont commis le péché impardonnable. Dieu seul sait qui a commis le péché impardonnable.

Mais dans ce passage Jean nous dit qu’il y a deux péchés. Il y a un péché qui conduit à la mort et il y a un péché qui ne conduit pas à la mort. Qu’est-ce que le péché qui conduit à la mort et le péché qui ne conduit pas à la mort?

Avant que je réponde à cette question, veuillez noter que la prière n’est pas interdite pour les personnes qui ont commis un péché qui conduit à la mort. Si quelqu’un commet un péché qui conduit à la mort, Dieu ne dit pas que nous ne devons pas prier pour lui. Il est juste dit que Dieu n’a pas dit que nous devrions prier pour cette personne. Dieu ne nous commande pas de ne pas prier, mais Il ne nous demande pas non plus de prier pour cette personne. Il y a une bonne raison pour ne pas prier pour cette personne.

Ce que Jean fait ici est qu’il retourne au début du livre. Lorsque nous avons étudié le chapitre 1, nous avons parlé de la différence entre marcher imparfaitement dans la lumière et marcher dans la lumière. Celui qui marche de manière imparfaite dans la lumière, dit fondamentalement « oui » à Dieu. Il Lui dit: « Je veux T’aimer. Je veux Te servir. Autant que je le sache je vis de la façon dont Tu aimerais que je vive. » Mon cœur dit: « Oui. » Cela ne signifie pas que cette personne est parfaite. Il y a encore beaucoup de péché dans sa vie, mais le sang de Christ l’a lavée parce qu’elle vit selon la lumière qu’elle a. Cette personne est imparfaite mais elle est dans la lumière.

D’un autre côté la personne qui est dans les ténèbres dit: « Je ne m’intéresse pas à ce que Dieu dit. Je gère ma vie comme je l’entends. Ne me dites pas ce que Dieu fait, je ne veux pas l’entendre. Je vais mon propre chemin. » Cela est appelé le péché qui mène à la mort parce qu’il arrive parfois que Dieu prend parfois cette personne avec Lui au ciel. Si cette personne est chrétienne, qu’elle se rebelle continuellement, Dieu préférera l’avoir au ciel avec Lui que sur la terre en train de pécher. Il y a de nombreuses références où l’on voit que Dieu prend parfois des personnes avec Lui au ciel.

Qu’est-ce que Jean nous dit ici au sujet de la prière? Je pense que l’on a totalement raté le point du verset 5:16. Nous sommes si concernés avec le péché qui mène à la mort, que nous oublions qu’il est aussi question d’une prière pour que Dieu donne la vie. C’est dans le même verset. Imaginons que j’ai décidé de suivre le Seigneur selon la lumière que j’ai reçue, cela ne signifie pas que je marche de façon parfaite dans la lumière mais autant que je le sache mon cœur est ouvert.

Il se peut que vous ayez une différence d’appréciation dans votre connaissance de Dieu. En me voyant vivre, il se peut que vous secouiez votre tête en vous disant: « Qu’est-ce qui ne va pas avec Ed Miller? Regardez cet homme il dit être un chrétien, mais il se permet cela et ceci dans sa vie. Il semble si fainéant, dur, égoïste et insensible. Moi je connais le Seigneur et je profite du Seigneur et je vois que ces choses le gênent dans sa vie. » Eh bien, si vous voyez que je pèche et que cela ne conduit pas à la mort, parce que mon cœur est ouvert, alors priez pour moi. C’est ce que ce verset signifie. Si vous rencontrez des personnes comme cela, alors priez pour elles et Dieu leur accordera la vie.

Imaginez que je connaisse une personne qui ait très peu de patience et qui lutte avec cela. Eh bien cette personne n’a pas besoin d’une étude ou d’un verset qu’on lui envoie à la figure. Cette personne est ouverte envers le Seigneur, elle marche avec le Seigneur mais parfois elle s’emporte tellement fortement. Il ne s’agit pas de rapporter des ragots sur cette personne. Nous devons prier pour elle, voilà ce que ce passage nous dit. Il y a des péchés qui ne mènent pas à la mort et si nous voyons des péchés de cette sorte dans la vie de quelqu’un qui marche avec le Seigneur alors nous devons prier. Ce verset dit que si nous voyons cette personne manquer de patience, Dieu ne lui donnera pas de la patience ou de la force, mais j’aime comme c’est écrit. Il est dit Dieu lui donnera la vie. Qu’est-ce que la vie? La vie c’est l’union. La vie c’est la communion avec Dieu. Dieu emmènera cette personne plus loin dans la connaissance de sa personne.

Je suis si reconnaissant que cela se termine de cette façon. Le livre commence en disant que nous pouvons marcher dans la lumière ou dans les ténèbres. Et ce verset dit que nous ne devons pas prier pour ceux qui marchent dans les ténèbres. Une des raisons est que Dieu ne forcera pas la volonté des gens. Si nous prions pour ces personnes nous prions en vain. Une autre raison est que ces personnes doivent prier pour elles-mêmes, elles doivent se repentir, revenir au Seigneur et confesser leur péché. Ou alors il se peut que Dieu les reprenne auprès de Lui. Vous ne devez donc pas vous faire de soucis pour ces personnes. Mais nous pouvons prier pour les personnes qui marchent dans la lumière dans le Seigneur. Prions les uns pour les autres pour que Dieu nous donne la lumière.

Considérons maintenant les versets finaux qui sont comme une apogée. Les versets 5:18-20 disent: « Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas. Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin. Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu'il nous a donné l'intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. C'est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. Petits enfants, gardez-vous des idoles. »
Laissez-moi vous montrer trois raisons pour lesquelles cela est une merveilleuse conclusion et ensuite nous terminerons avec ce livre.
Premièrement, le verset 5:19 souligne la puissance que Dieu a pour nous garder. Le verset 5:19 dit: « Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin. » N’est-ce pas une phrase puissante? Le monde entier est sous la puissance du malin. Ce serait une chose merveilleuse si le monde entier était sous la puissance du malin et que vous puissiez être préservés de la puissance du malin. Mais cela est mieux que cela. Est-ce que vous avez noté ce que dit le verset 5 :18? Non seulement nous sommes gardés de la puissance du malin, mais selon le verset 5:18, le malin ne peut même pas nous toucher.
Quelle grande puissance que cela est. Nous sommes gardés de la puissance du malin et il ne peut même pas nous toucher sans la permission du Seigneur Lui-même.
J’aime le verset 5:18. Qui est-ce qui vous garde? La réponse est: c’est celui qui est né de Dieu qui me garde. C’est Jésus qui nous garde. Celui qui est né de Dieu garde ceux qui sont nés de Dieu. Ainsi Dieu ne nous garde donc pas seulement de la puissance du malin, mais même du fait qu’il ne peut pas nous toucher sans une permission divine. Même Satan ne peut pas m’empêcher d’avoir la communion avec Dieu.
Deuxièmement considérez les versets 5:20-21: « Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu'il nous a donné l'intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. C'est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. »
Nous trouvons les quatre titres de Dieu dans ces deux versets. Dieu est lumière, l'intelligence pour connaître. Dieu est juste, Il nous a donné l'intelligence pour connaître le Véritable. Dieu est amour, nous sommes dans le Véritable. Dieu est la vie, c'est Lui qui est le Dieu véritable et la vie éternelle.
Lorsque Jean arrive à la fin, il fait comme un résumé du livre en entier, mais pas avec la vérité de la communion mais avec la personne de Son Fils.
Troisièmement, la dernière partie du dernier verset dit: « Petits enfants, gardez-vous des idoles. » Pourquoi est-ce que c’est un merveilleux verset pour terminer 1 Jean? Rappelez-vous du premier commandement dans la Bible, « Tu n’auras pas d’autre dieu devant moi. » Le plus grand commandement est d’aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée. L’idolâtrie est l’opposé de cela. Tout ce qui est moins que la communion avec Dieu, est de l’idolâtrie.
En arrivant à la fin du livre, Jean aurait pu simplement dire: « Dieu désire être votre seul et unique. » Parce que c’est l’idée qu’il y a derrière ce dernier verset. Dieu désire être notre seul et unique. Petits enfants, gardez-vous des idoles. Gardez-vous de toutes choses qui peuvent prendre la place du Seigneur dans votre cœur. Dieu désire simplement marcher avec vous. Marchez dans la lumière comme Il est dans la lumière. Et si vous marchez dans la lumière Dieu vous changera, vous deviendrez justes. Marchez dans la justice et alors qu’Il vous transforme, vous commencerez à refléter le Seigneur. Marchez dans l’amour et alors que vous reflétez le Seigneur, vous commencerez à vivre de Sa vie par la foi et Sa vie se manifestera à travers vous. Petits enfants, gardez-vous des idoles.
Voici un petit aperçu de ce merveilleux livre, je suis conscient que nous avons sûrement laissé de côté de nombreuses choses.
Prions:
Père nous Te remercions tellement pour le message de 1 Jean. Nous prions que nous puissions comprendre de façon expérimentale ce que cela signifie de marcher en communion avec le Seigneur. Délivre-nous de regarder à notre foi et à la place apprends-nous comment regarder à Christ qui est notre vie. Nous Te demandons Seigneur de nous garder de l’idolâtrie sous toutes ses formes subtiles afin que Tu sois notre seul et unique. Nous Te prions de manifester cela dans notre cœur. Au nom de Jésus. Amen.

1 Mouvement très populaire dans les années 1990. Une expression biblique plus juste de WWJD pourrait être « Watch What Jesus Does » c’est-à-dire regarde ce que Jésus fait. (NdT)
Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse