dimanche 29 juillet 2012

PARTAGES de Chip BROGDEN : CHRIST ( 2 )

    Chip Brogden s'est converti à l'âge de huit ans et a commencé à prêcher à treize ans. Il a été pasteur et responsable de la louange pendant plusieurs années avant que le Seigneur ne l'emmène hors de l'église institutionnelle à travers une série de rencontre avec le « vrai Jésus ! » Son témoignage est celui de quelqu'un qui a été délivré de la religion!
Le site TheSchoolOfChrist.org (L'École de Christ) a été fondé en 1997 dans le but de publier ses articles sur internet. Ses enseignements ont pour but d'encourager les chrétiens de différents arrières plans et affiliations qui recherchent le Seigneur Jésus en toute simplicité, et en particulier ceux qui se trouvent dans « le désert ».
Nous avons choisi de proposer ses articles au public francophone, car il nous semble que son message clair est un des plus christocentriques que nous puissions trouver parmi les auteurs contemporains.
Chip vit et travaille en Caroline du Nord avec son épouse Karla et leurs deux enfants. Il voyage occasionnellement pour des conférences, des réunions ou des retraites.



CONFIEZ-VOUS DANS MA VIE par Chip Brogden

     J'apprends de façon grandissante la nécessité de laisser Dieu agir comme Il le désire avec moi.
    Cela ne signifie pas qu'en tout temps, je Lui permets de vivre à travers moi comme je le devrais. S'il en était ainsi, je Lui manifesterais une soumission sans faille. Cependant, dans les domaines où je Lui ai permis de répondre à travers moi, les résultats ont été stupéfiants. C'est à travers ces choses que je sais qu'Il est vivant. Je peux Le voir à l’œuvre à travers moi, comme si j'observais la chose en étant à l'extérieur de moi-même.
    Afin de rendre concrète et pratique mon expérience, laissez-moi prendre un incident ordinaire et montrer la façon dont Sa Vie répond à notre place, si nous le Lui permettons. Je ne suis pas une personne patiente par nature, et je suis incliné à la paresse et l'irritabilité. Je peux être parfois difficile à vivre, comme ma femme pourra certainement en témoigner. En une occasion, j'étais particulièrement furieux et sur le point de réagir comme je l'ai toujours fait, en laissant s'exprimer ma nature adamique au lieu de la nature de Christ. Mais afin de tester la suffisance de la Vie de Christ en moi, je me suis tourné intérieurement vers le Seigneur en Lui confessant avec franchise mon incapacité à contrôler ma colère et ma langue. Pour agir ainsi, je ne Lui ai pas demandé Son aide, ni de la force ou de la patience. J'ai simplement déposé cela devant le Seigneur en disant « Puisque moi je ne peux pas, par conséquent Toi, Tu dois. Cela me dépasse, c'est pourquoi je dépends de Toi pour faire ce que je ne peux pas. Si Tu ne veux pas, alors je ne peux pas. » Je ne l'ai pas fait de façon arrogante, mais d'un ton neutre qui se bornait à simplement relater la situation telle qu'elle était. Tant que nous pensons que NOUS pouvons, et même si nous croyons que Dieu va nous rendre capables de faire la chose, nous sommes encore en train d'agir par nous-mêmes et d'essayer de faire notre possible. Nous devons cesser de faire et Lui permettre de faire. Je savais déjà la façon dont cela tournerait si j'essayais de le gérer moi-même.
    Après avoir fait cette simple prière, je n'y ai plus pensé, mais j'ai attendu pour voir ce que le Seigneur allait faire en moi. Chaque fois que mon esprit essayait de s'en occuper, la douce et petite voix disait « Confie-toi dans Ma Vie. » Toujours à nouveau durant ces dernières semaines, cette gentille voix m'a guidé à travers des situations impossibles et m'a conduit bien au-delà d'une victoire à court terme, que je n'aurais pas pu remporter avec mes propres efforts. Nous savons que Christ a été tenté dans tous les domaines tout comme nous le sommes, mais sans pécher. Il est au-delà de toutes choses et il n'y a pas une seule situation, un seul problème ou circonstance, qu'Il n'ait pas déjà maîtrisé. Nous ne pensons pas que Christ puisse tomber, ou pécher, ou être pris au dépourvu par l'Ennemi. Pourquoi? Nous avons confiance dans Sa Vie; nous connaissons l'Homme; nous croyons qu'Il est suffisant pour répondre à tous les tests, difficultés, ou tentations. Comme Il vit en moi et que je suis comme un récipient qui contient Sa Vie, pourquoi ne me confierais-je pas dans Sa Vie qui agit en moi, avec la même confiance que j'aurais eu en Lui quand Christ était sur la terre ? N'est-ce pas le même esprit ? Décidez qu'il en est ainsi.
    « Confiez-vous dans Ma Vie », voilà ce que l'Esprit nous conseille vivement. Arrête d'essayer, fais-Moi confiance, regarde ce qui arrive. En faisant ainsi, je peux dire que dans ce cas particulier, mon mauvais tempérament fut comme inexistant; mes paroles furent calmes; mon comportement doux, le Christ vivant s'exprimait Lui-même à travers moi, et ma part se réduisait seulement à me soumettre et à regarder abasourdi la façon dont Sa Nature commençait à s'engouffrer dans ma personnalité. Qui d'autre pouvait montrer autant de patience ? Autant d'amour ? Autant de paix ? Cela ne peut pas être simulé, ni dupliqué en se demandant « Que ferait Jésus à ma place ? » puis en essayant de copier Son exemple. Essayer de copier Jésus, c'est le chemin de la frustration et du désespoir. Laissez-moi vous dire de façon incontestable que vous ne rencontrerez jamais un Homme comme Jésus. Essayez pendant un million d'années et vous ne pourrez pas copier Sa personnalité! Votre meilleure tentative pour « être plus comme Jésus » est autant vouée à l'échec que d'essayer de faire pousser une plante sur un rocher. Il n'y a que les personnes fières et ignorantes qui peuvent penser qu'elles pourront être presque comme Jésus.
    Non, la réponse est : « ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu ». Si je vis, ce n'est pas moi mais Christ. Ce n'est pas Jésus qui est reproduit en moi, c'est Jésus à ma place. Ce n'est pas ma vie, mon travail, mes efforts pour être saint. C'est Christ ma Sagesse, ma Justice, ma Sanctification, et ma Rédemption.
    Quand j'apprends à me confier dans Sa Vie pour toutes choses, je me rends compte que les choses lourdes sont moins lourdes. Ce n'est qu'une question de levier. Quand vous souhaitez soulever une charge lourde avec un levier, plus vous appuyez près de la charge, moins vous avez de force pour la soulever. Mais faire confiance à Sa Vie, c'est appuyer d'une telle façon que vous exercez peu de force, alors que le Levier (Christ) fait tout le travail. Nous arriverons bien sûr finalement à un moment où nous serons totalement dans le repos et où nous n'exercerons plus du tout d'effort. « Demandez, et il vous sera accordé. »
    Une meilleure analogie est celle que Christ a faite Lui-même. « Prenez Mon joug sur vous, et apprenez de Moi... et vous trouverez du repos pour vos âmes. » Un joug est fait pour deux bœufs. Il était habituel d'atteler un bœuf faible avec un plus fort, afin de fortifier le plus faible des deux. Dans notre situation, nous ne pouvons pas devenir plus forts; nous devons devenir plus faibles. Tout notre problème, c'est que nous sommes trop forts par nous-mêmes. On ne nous demande jamais d'améliorer notre chair, car Dieu l'a jugée indigne d'être sauvée et Il l'a clouée sur la croix. Mais l'illustration du joug nous montre que Christ fait tout le travail pour nous alors que nous recevons les bénéfices de Son labeur. Il ne nous pousse pas par derrière, en nous forçant à faire des choses impossibles comme quelqu'un qui dirige un esclave. Il est à côté de nous, travaillant à nos côtés. Si je prends Son joug sur moi, je suis porté avec Lui. Nous pouvons nous reposer car Il porte toute la charge. Sa Vie n'a pas de limite ni de restriction. Le poids du monde entier n'est pas trop lourd pour Lui. Nous devons donc poser nos fardeaux sur Lui, parce qu'Il s'occupe de nous et Il peut très bien s'en occuper. C'est Son privilège d'agir ainsi.
    Paul pensait être quelqu'un de fort jusqu'à ce que Dieu l'ait affaibli. Maintenant Paul se réjouit de ses faiblesses, se vante de son incapacité, et se délecte de ses souffrances. Pourquoi? « Quand je suis faible, c'est alors que je suis fort. » Comment cela se fait-il? Il est enfin conscient que « sans moi vous ne pouvez rien faire », que la force humaine et les efforts personnels ne font que repousser pour un peu de temps l'inévitable défaite; que la vraie force se manifeste à travers le renoncement à soi-même et la confiance en Sa Vie. Car Sa Vie, c'est à dire, Son Être, Sa Nature, et Son Essence, c'est Christ Lui-même. Aujourd'hui nous avons peut-être besoin de force; Il est ma Force. Demain le besoin sera la patience; Il est ma Patience. La semaine prochaine la demande sera peut-être pour plus de contrôle de soi; Il sera mon Contrôle de Soi. Chaque nouvelle révélation d'une faiblesse et d'un besoin nous donne de nouvelles opportunités de mettre notre confiance dans Sa Vie et d'observer un Christ vivant s'exprimer Lui-même à travers nous.

Copyright ©1997-2011 TheSchoolOfChrist.Org  Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse


IL DOIT GRANDIR  par Chip Brogden

« Il doit grandir, mais je dois diminuer. » (Jean 3:30)

    Ces quelques simples mots de Jean 3:30 contiennent tout le mystère de ce que Dieu veut faire avec les hommes depuis l'éternité passée jusqu'à l'éternité future. « Il [Christ] doit grandir. » Tout ce que Dieu fait est en relation avec cette fin qui consiste à faire grandir Christ. En d'autres termes, tout ce que Dieu a fait, fait, et fera vise à révéler Son Fils et à nous conduire dans la pleine connaissance (epignosis) de Christ. Le but est que Christ ait la prééminence en toutes choses, en commençant par nous individuellement en tant que disciple, en continuant avec l’Église, et en terminant avec toute la création, « Qu’Il puisse être Tout en Tous. »
    Il DOIT grandir. Esaïe nous dit qu'il n'y aura pas de fin à la croissance de Son Gouvernement et de Sa Paix. Au commencement était la Parole, et nous voyons comment Dieu a travaillé constamment depuis l'origine pour faire grandir Christ. Dans les types et les ombres de l'Ancien Testament, nous voyons apparaître Christ. Ensuite la Parole est faite chair et elle habite parmi nous, et Christ grandit à nouveau. Ensuite Il vient habiter en nous, et c'est une croissance majeure. Finalement, Il commence à nous conformer à son Image à travers sa Vie qui habite en nous. Si nous grandissons en Lui alors Il grandit chaque jour. Un jour tout genou fléchira et toute langue confessera que Jésus-Christ est Seigneur. Après cela, on nous dit que Dieu continuera de nous révéler Son Fils dans les temps à venir, nous emmenant dans les profondeurs et les dimensions de Christ que nous ne pouvons sonder.
    Dieu ne recule pas, mais dans le Fils et à travers le Fils, Il avance constamment. Christ DOIT grandir. C'est la Loi de l'Esprit de Vie en Jésus-Christ. Tout comme nous n'avons pas de gravité sans la loi de la gravité, de même il est impossible d'avoir la Vie du Seigneur sans avoir la Loi de cette Vie. Et la Loi de la Vie est que Christ doit grandir.
    « Mais je dois diminuer. » Pourquoi Dieu ne nous révèle-t-Il pas Son Fils dans toute Sa Gloire d'un seul coup ? Qu'est-ce qui empêche Christ de remplir toutes choses et d'avoir la prééminence dès maintenant ? Pourquoi ne voyons nous pas que toutes choses Lui soient déjà soumises ? Parce que nous devons être diminués. S'Il doit devenir plus grand alors je dois diminuer. Quand Paul dit, « Pas Moi, mais Christ, » il dit « Il doit grandir, mais je dois diminuer. »
    De la même manière que toutes choses travaillent ensemble vers l'objectif de Dieu de faire grandir Christ, de la même manière elles travaillent ensemble dans le but de nous faire diminuer. Que nous le comprenions ou pas, ce n'est pas l'important. Cela ne change rien si vous le croyez ou êtes d'accord avec cela ou pas. Vous êtes diminué de toute façon et Christ grandit. Cela DOIT être ainsi, et donc C'EST comme cela. Les scientifiques appellent cette décroissance « l'entropie », et cela signifie, « une détérioration constante et inévitable ». Nous pouvons observer cela dans la création. Les choses présentes gémissent et sont dans les douleurs de l'enfantement, se détériorant avec pour objectif de faire de la place pour un nouveau ciel et une nouvelle terre. Nous commençons à mourir dès que nous naissons. Nous pouvons regarder nos corps pour y trouver les évidences «d'une inévitable et constante détérioration » alors que nous allons vers un corps racheté. Mais plus important, NOUS, le « MOI », l'Ego , est diminué pour que Christ puisse nous remplir.
    Comment sommes-nous diminué ? Disons le tout de suite, ce n'est pas notre rôle de nous diminuer nous-même, de devenir un ascète, de vivre dans une sale et abjecte pauvreté. Ce n'est pas une diminution extérieure, mais une diminution intérieure, en arriver à la fin de nous même. Le Royaume de Dieu appartient aux pauvres en esprit. Un peu avant, Jean a dit « Un homme ne peut rien avoir si ce n'est ce qui lui est donné du ciel ». Nous pouvons avoir des choses mais si nous les recevons d'une source autre que Christ, cela n'est rien. Seuls ceux qui sont suffisamment diminués, les pauvres en esprit, peuvent le voir. Cette pauvreté ne peut pas être atteinte par nos propres efforts. En fait, une partie de ma diminution vient quand je réalise que je ne peux rien faire par moi-même, notamment me diminuer moi-même. De la même façon que je ne peux me suicider par la crucifixion, de la même manière je ne peux crucifier ma chair. Le seul chemin pour connaître cela est de tomber des centaines, des milliers de fois. Ensuite nous apprendrons à dire, « Je ne mets pas ma confiance dans la chair. »
    Dans le monde, nous expérimenterons des tentations, des tests, et des épreuves. Nous subirons des persécutions, des tribulations et des afflictions dans notre âme et notre corps. Nous expérimenterons des mauvais traitements et de l'incompréhension. La question n'est pas de savoir si Dieu permet ou ne permet pas que cela arrive. Cela fait partie de la vie. Il y a des choses que nous nous faisons à nous même, d'autres que les autres nous font. Notre Père connaît tous les oiseaux qui tombent au sol, mais Il ne les empêche pas toujours de tomber.
    Quelle leçon devons-nous en tirer? Que notre réponse à ce qui arrive est plus importante que ce qui arrive. C'est ici le mystère: l'expérience d'un homme peut le conduire à maudire Dieu, alors que l'expérience identique d'un autre homme peut l'amener à bénir Dieu. Notre réponse à ce qui arrive est plus importante que ce qui arrive.
    Si nous comprenons que les problèmes arriveront un jour ou l'autre, et qu'il n'y a pas de moyen pour éviter d'être confronté à ce qui arrive dans le monde, alors nous devons voir que la différence entre vaincre et ne pas vaincre est liée à la réponse que nous donnons.
    Paul ne priait pas pour être faible afin de pouvoir être fort. De façon naturelle, nous détestons la faiblesse. Nous préférons la force. Mais la force de l'homme est une illusion. Ce n'est pas la vraie force. Le Seigneur nous montre que Sa grâce est rendue parfaite (ou mature) à travers notre faiblesse. A cause de cela, Paul se réjouit dans sa faiblesse, de ce qu'il est diminué: car « quand je suis faible, c'est alors que je suis fort ». C'est dans la mesure où nous acceptons la diminution de nous-même que nous expérimenterons l'accroissement de Christ.
    Nous ne pouvons marcher sur le chemin étroit à moins d'être entrés par la porte étroite. Mais nous pouvons penser que parce que nous sommes passés par la porte étroite nous sommes maintenant arrivés. La plupart des personnes mettent l'accent sur la porte, et leur but est de juste faire rentrer les gens par la porte pour qu'ils puissent proclamer être sauvés. C'est là où se situent la plupart des églises aujourd'hui, juste à l'intérieur de la porte étroite, se réjouissant de leur salut futur, d'un ciel futur, du retour futur de Jésus, et de la récompense future. Mais la porte étroite n'est que le début. La porte étroite ne permet que d'entrer sur le chemin étroit. C'est le chemin étroit qui mène à la Vie, et peu le trouvent. Peu marchent jusqu'au bout sur ce chemin.
    Ce dont nous parlons est autant un événement qu'un processus. Il y a une décision une-fois-et-pour-toute de suivre Christ, mais nous devons continuer à Le suivre. Entrer par la porte est un événement une-fois-pour-toute, mais marcher sur le chemin est un processus. Nous gagnons tout lorsque nous entrons par la porte, mais avons besoin de continuer sur le chemin dans le but de vivre ce que nous avons. Nous sommes de nouvelles créations, mais nous sommes changés quotidiennement à l'image de Christ. Nous sommes morts avec Christ une fois : pourtant nous mourrons chaque jour. Nous avons été crucifiés une fois : pourtant nous portons notre croix quotidiennement. Nous sommes ressuscités avec Lui une fois : pourtant nous expérimentons chaque jour sa Vie. Nous sommes montés avec Lui et nous nous sommes assis avec Lui dans les lieux célestes une fois : pourtant nous expérimentons notre position dans les lieux célestes dans notre vie quotidienne, nous élevant au-dessus de la terre, au-dessus du naturel, pour nous asseoir avec Lui sur Son trône en tant que vainqueur.
    Dieu veut « que tous les hommes soient sauvés (porte étroite) et qu'ils arrivent à la pleine connaissance [epignosis] de la Vérité (chemin étroit). » Ceux qui entrent par la porte étroite doivent encore satisfaire le cœur de Dieu. Il y a de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, mais comme Arthur Katz l'a dit, « Beaucoup sont sauvés, mais peu sont convertis. » C'est la volonté de Dieu, Son désir, que nous arrivions à la fin de nous-même pour que Christ puisse avoir la prééminence en nous. Jésus a dit: « Si vous m'avez vu, vous avez vu mon Père. » Hébreux nous dit que Christ est l'éclat de la gloire de Dieu, et l'expression de Son image (ou l'exacte représentation) de Sa personne. De la même manière, la but de Dieu pour Ses disciples (et par extension, de l’Église) est « si vous avez vu les disciples, vous avez vu Jésus. » Le chrétien doit être l'éclat de la gloire de Christ, l'exacte représentation de Sa personne. Je manque de vocabulaire pour expliquer cela de façon adéquate, mais je me confie dans le Seigneur pour qu'Il nous le montre.
    Cela va au-delà de simplement « être sauvé », c'est la conversion, c'est la conformité à l'image de Christ. Il n'a sûrement pas la prééminence en nous maintenant, pourtant « Il doit grandir, mais je dois diminuer. »
    Nous avons depuis si longtemps mis l'accent sur l’Église que nous avons perdu de vue le disciple individuel dont est constituée l’Église. Si un membre manque, tout le corps souffre. Le problème n'est pas tant l’Église qui ne vit pas dans toute sa plénitude que le disciple individuel du Seigneur qui a oublié d'évaluer le coût, d'être prêt à tout perdre, et de progresser le long du chemin vers Christ en tant que Tout en Tous. Comme va le disciple, ainsi va l’Église. Si Christ n'a pas la prééminence dans l’Église, c'est parce que Il n'a pas la prééminence en nous en tant que disciples.
    Si nous sommes réellement passés par la porte et que nous avançons sur le chemin, si nous Lui avons réellement soumis nos vies et voulons Le connaître, alors tout ce que nous expérimentons sert à faire grandir Christ et à nous diminuer. Du côté positif, le Saint-Esprit travaille en nous pour nous amener à une connaissance de Christ. L'Esprit Le fait grandir en nous, nous conduisant dans «toute la vérité » vers l'Epignosis. Du côté négatif, le principe de la croix travaille pour nous diminuer, pour nous amener au bout de nous-même, pour nous réduire à rien. Les mystiques de l'Orient sont depuis longtemps conscients du côté positif et négatif de l’œuvre, ils ont simplement mal compris ce que cela signifie et en ont fait un objectif autre que Christ. Ils ont observé un principe mais la Vérité pour l'expliquer leur a fait défaut.
    Nous devons voir que chaque fois que le Moi est diminué, Christ grandit. Même dans nos discussions, nous gémissons intérieurement parce que nous devons mourir quotidiennement, ayant à abandonner nos façons de faire et notre volonté. Nous devrions au contraire être enthousiastes en voyant Christ qui grandit, et combien Il peut gagner en nous et à travers nous. Il DOIT grandir, mais vous DEVEZ diminuer. C'est bien de renoncer à tout maintenant, sur une base volontaire, et de perdre nos vies dans le but de gagner notre vrai Vie. Il est plus glorieux d'entrer dans le Royaume avec le désir de donner à Christ la prééminence que d'entrer en boitant et en criant parce que nous nous aimons trop nous-mêmes. Ne faites pas d'erreur, si vous cherchez le Royaume, le Royaume vous trouvera, mais vous devez être changés pour y rentrer. Si vous cherchez la puissance de Dieu, vous devez accepter la faiblesse en vous-même. Si vous voulez régner avec Lui vous devez souffrir avec Lui. Si vous voulez Sa Vie vous devez abandonner votre propre vie. Vous pouvez avoir l'une ou l'autre mais vous ne pouvez pas avoir les deux en même temps. Il n'y a pas de croissance sans diminution, et il n'y a pas de diminution sans croissance.
Que le Fils puisse grandir à travers ces quelques paroles. Amen

 Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org  Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse


DEVONS-NOUS EN ATTENDRE UN AUTRE ?  par Chip Brogden

« Du fond de sa prison, Jean apprit tout ce que faisait le Christ. Il envoya auprès de Lui deux de ses disciples. Ils lui demandèrent: - Es-tu celui qui devait venir ou bien devons-nous en attendre un autre? » (Matthieu 11:2,3)

    Vous vous rappelez que Jean Baptiste est celui qui a été envoyé par Dieu pour prêcher dans le désert, le prophète qui a précédé Jésus pour préparer Son chemin et annoncer le Royaume à venir. Jean a souligné que celui qui viendrait après lui était Celui Qui était plus grand que lui. C'est Jean qui nous révèle ce grand mystère du plan de Dieu en sept mots très simples : « Il doit grandir, mais je dois diminuer » (Jean 3:30).
    Le ministère de Jean a atteint son apogée lorsque Jésus est descendu dans le Jourdain pour être baptisé. Là, Jean a vu le ciel ouvert, l'Esprit de Dieu descendre sur Jésus comme une colombe, et il a entendu une voix qui disait: « Celui-ci est mon Fils bien aimé, en qui je mets toute mon affection. » Avec de telles preuves, il lui était difficile de douter; et donc, avec beaucoup de conviction et d'autorité, Jean a déclaré: « Je L'ai vu de mes yeux, et je l'atteste solennellement: cet homme est le Fils de Dieu » (Jean 1:34).
    Jean savait que son objectif était accompli, et avec beaucoup d'ardeur il a passé les rênes à Celui qu'il avait si puissamment annoncé. Il avait préparé le chemin, et maintenant Celui dont il avait préparé la venue était arrivé.
    Peu de temps après, Jean fut arrêté et mis en prison. Son travail était achevé, sa course arrivait à son terme, et comme il l'avait dit, Jésus grandissait et lui diminuait. Mais quelle diminution ! Son ministère était terminé, la foule s'en était allée, et Jean restait seul en prison avec seulement quelques disciples pour lui rendre visite.
    Quand tout vous abandonne, vous restez seul avec juste vos propres pensées. En prison, Jean avait beaucoup de temps pour réfléchir. Et ses pensées ressemblaient un peu à cela : Ai-je fait une erreur ? Jésus est-Il ou non le Fils de Dieu? S' Il est le Messie alors où est Son Royaume ? Pourquoi Jésus ne fait-Il rien ? Ai-je vraiment vu l'Esprit et vraiment entendu une Voix, ou était-ce simplement le fruit de mon imagination ? Et s'Il n'est pas Celui que nous attendons, devons-nous rechercher quelqu'un d'autre ?
    Nous pouvons tous trouver du réconfort en voyant que même le plus grand prophète qui ait jamais vécu (Luc 7:28) peut avoir des pensées troublées, des moments de doute et traverser une crise dans sa foi. Nous expérimentons tous des moments où les ténèbres nous environnent et les circonstances veulent nous convaincre que la meilleure chose à faire est de « maudire Dieu et de mourir » (comme la femme de Job l'a si clairement dit). Alors que nous servons près du Jourdain, nous pouvons philosopher sur le fait que Jésus doit grandir et que nous devons diminuer, mais en prison la vérité de ce que nous avons proclamé est mise à l'épreuve. Malheureusement beaucoup d'entre nous échouent à ce test. Jésus ne fait tout simplement pas ce que nous attendons de Lui - et cela nous dérange!
    Les crises de foi que nous vivons sont toutes dans la lignée de cet homme. Nous pouvons tous être en désaccord avec une doctrine biblique et l'interprétation des Écritures. Mais que ferons-nous avec Jésus ? Il ne changera pas Qui Il est, pour se conformer à ce que nous croyons Qu'Il est. Il est celui qu'Il est. Nous devons soit accepter Jésus tel qu'Il est, soit vivre avec l'idée qu'Il est quelqu'un de moindre ou d'autre. « Il est le même hier, aujourd'hui, et pour toujours » (Hébreux 13:8). La question à laquelle nous devons tous répondre est la suivante : Jésus est-Il suffisant ? Est-Il suffisant simplement comme Il est ? Ou a-t-Il besoin de faire quelque chose de plus pour nous satisfaire ? Intellectuellement nous pouvons dire: « Oui, Jésus est suffisant. Amen. Je le crois. » Mais je suis surpris par le nombre grandissant de personnes qui suggèrent ouvertement que Jésus n'est pas suffisant pour elles! Nous avons besoin de communion, disent-elles. Ou nous avons besoin de la bénédiction de Dieu. Ou nous avons besoin des dons spirituels et d'une onction plus puissante. Croire que Jésus est Suffisant (disent-elles) est trop simple, trop mystique, en décalage avec la réalité - peu importe ce que Colossiens 2:10 dit.
    Je suggère, frères et sœurs, que si Jésus n'est pas assez pour nous alors au pire nous ne L'avons pas vraiment encore rencontré, et au mieux nous ne Le connaissons pas encore assez bien. Corrie Ten Boom a dit « Vous ne saurez jamais que Jésus est tout ce dont vous avez besoin tant qu'Il ne sera pas tout ce que vous avez. » C'est cela le but de Dieu dans toutes Ses interventions envers nous dans le domaine de notre diminution (ou comme j'aime à le dire « de notre réduction à Christ »). Jésus n'est pas tout ce que nous AVONS, nous sommes donc peu disposés à dire que Jésus est tout ce dont nous avons BESOIN. Le problème, chers amis, n'est pas que nous avons trop peu, mais que nous avons trop. Ce n'est pas que nous ayons besoin de davantage du Seigneur; je crois que nous L'avons déjà entièrement. Nous avons juste besoin de moins des autres choses. Comme les gens de Laodicée, nous nous considérons comme riches, largement pourvus de biens, et comme n'ayant besoin de rien (Apocalypse 3:17). Comme Marthe, qui était préoccupée par « beaucoup de choses », nous avons trop de choses religieuses, trop de choses chrétiennes, trop de choses spirituelles, trop de choses d'église, trop de choses qui nous distraient de la Seule Chose nécessaire (Luc 10:42). Personne ne peut être préoccupé, rendu soucieux, par La Seule Chose. Ce sont toujours les « beaucoup de choses » qui nous perturbent, toutes « ces choses » en dehors de Jésus sans lesquelles nous pensons ne pas pouvoir vivre, toutes « ces choses » dont nous pensons avoir besoin parce que nous ne voyons pas que Jésus est suffisant.
    Nous risquons tous de devoir faire face à la même tentation que Jean. Quelle est-elle? Là, en prison, il s'est mis à réfléchir, et une question a surgi. Si vous examinez bien cette question, vous verrez d'où elle peut venir, et vous pouvez même encore en entendre l'écho de temps en temps. La question est: « Es-tu celui que nous attendons, ou devons nous en attendre un autre? » Et notez que Jean n'est pas le seul à avoir ce dilemme. En disant « Nous » il inclut lui et tous les autres qui s'interrogeaient pour savoir si oui ou non Jésus était celui qu'ils attendaient.
    L'essence de cette question est: tout ce que nous sommes, tout ce que nous avons, et tout ce que nous croyons, est basé sur Jésus, Celui que nous attendons; mais Jésus nous a déçu, pas tant par ce qu'Il a fait que par ce qu'Il n'a pas fait. Nous pensons que Son Royaume doit être comme ceci et comme cela, nous pensons que Jésus devrait être comme ceci et comme cela, et rien n'est comme nous l'avons pensé. Nous pouvons continuer de croire en Celui Qui nous a tant frustré, en Celui qui semble réagir si lentement, ou nous pouvons en chercher un autre, quelqu'un dont pourrions dépendre, quelqu'un qui a un sens, quelqu'un qui nous répond toujours selon nos pensées, désirs, besoins et plannings. Quelqu'un qui n'attend pas de nous que nous diminuions pour que Lui puisse grandir, quelqu'un qui ne nous demande pas de nous renier nous-même et de prendre notre croix, mais qui va simplement nous aimer dans notre façon d'être et nous laisser tels que nous sommes. Es-tu Celui que nous attendons, Jésus? Vas-Tu accepter que nous fassions de Toi ce que nous voulons que Tu sois, ou devons nous en chercher un autre?
    Cette « recherche d'un autre » est l'objectif de notre adversaire, l'esprit de l'Antéchrist, qui essaie depuis toujours de nous détourner de « la simplicité de Christ » (2 Corinthiens 11:3), toujours en train d'essayer de nous faire abandonner « Celui qui nous a appelé » pour suivre « un autre Évangile » (Galates 1:6), qui n'est pas un autre, mais en a juste l'apparence. Quelque chose d'autre, ou quelqu'un d'autre. Au moins Pierre, malgré les défauts qu'il pouvait avoir, était assez intelligent pour déclarer qu'il n'y avait personne d'autre que Lui: « A qui irions-nous Tu as les paroles de la Vie Éternelle » (Jean 6:68). Mais cela n'empêche pas les gens, même les chrétiens qui en savent plus à priori , de « chercher quelqu'un autre ». Ils recherchent un autre pasteur, un autre prédicateur, un autre enseignant, un autre prophète, un autre ministère, un autre signe ou parole ou prophétie ou enseignement, ou manifestation, ou rencontre, ou miracle. La simplicité de Christ, la réalité de qui Il est, ne suffit pas à capter leur attention très longtemps.
    Ailleurs Jésus a demandé « Qui cherchez-vous? » (Jean 18:4). En d'autres termes, qui recherchez-vous? Cette foule l'entourait pour L'arrêter et Le mettre à mort. La veille, la foule L'entourait et proclamait « Hosanna », et avant cela, elle voulait même Le faire roi de force (Jean 6:15). A d'autres moments, le peuple L'entourait pour entendre la parole de Dieu; à d'autres moments encore, le peuple voulait être guéri de ses maladies. Avez-vous remarqué que chacun voulait quelque chose, qu'il y a plus de demandeurs que de donneurs dans ce monde ? L'entourant, Le pressant, en voulant toujours plus sans jamais être satisfait. Peu nombreux sont ceux qui savent rester assis à Ses pieds et juste écouter Sa Parole. Peu nombreux sont ceux qui sont prêts à verser le meilleur onguent sur Lui, et l'ayant fait, à être sévèrement critiqués pour un tel gaspillage. Peu nombreux sont satisfaits « de simplement être avec Lui » (Marc 3:14). Au lieu de cela, celui-ci veut un morceau de viande, celui-là une guérison, celui-ci un enseignement, celui-là un signe, celui-ci une réponse à sa question, celui-là des preuves de Sa divinité, celui-ci quelque chose pour L'accuser. Est-ce que quelqu'un Le recherche pour Son intérêt ? Est-ce que quelqu'un L'entoure non pas pour ce qu'Il peut donner mais qui Il est ? Est-ce que quelqu'un Le recherche non pour recevoir quelque chose, mais pour « pour pouvoir Le connaître Lui » (Philippiens 3:10) ?
    Qui recherchez vous ? L'avez-vous découvert, est-Il suffisant, ou en cherchez-vous un autre ? Nous ne proclamons pas la Prééminence de Christ parce que c'est une belle doctrine à croire; pour nous, c'est une question de vie ou de mort, parce que tout dépend de ce fait: Jésus est-Il prééminent ou pas. S'Il est prééminent, alors Il est suffisant, et il n'y a rien d'autre que Lui, et il n'y a rien d'autre à proclamer que Lui. A Jean en prison et à nous où que nous soyons, Jésus dit: « Non, vous n'avez pas fait erreur. Je suis Celui-là, mais Je suis plus que ce que vous pouvez imaginer, plus que ce que vous pouvez rêver. Bénis sont-ils, ceux qui ne sont pas rendus confus par Moi. »

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org  Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse

 
IL NE POUVAIT PAS RESTER CACHE  par Chip Brogden

« Il [Jésus] entra dans une maison, désirant que personne ne le sût; mais Il ne put rester caché. » (Marc 7:24b).

    Le but et l'intention ultime de Dieu est de faire grandir Son Fils et de faire diminuer tout le reste pour que Christ puisse être TOUT EN TOUS. Jean-Baptiste a expliqué cela de façon très succincte en résumant le But Éternel de Dieu en ces quelques mots: « Il doit grandir, mais je dois diminuer » (Jean 3:30).
    Nous devons voir que tout ce que Dieu a fait, tout ce que Dieu fait, et tout ce qu'Il fera a pour but de faire GRANDIR Jésus et de faire DIMINUER toutes les autres choses qui ne sont pas de Lui.
    Ce principe est si puissant qu'il importe peu que vous soyez d'accord avec ou pas, que vous le compreniez ou pas, que vous y croyez ou pas, que vous l'aimiez ou pas. Il DOIT grandir, et donc Il VA grandir, Il EST en train de grandir. Dans le même temps, je DOIS diminuer, et donc je VAIS diminuer, et je SUIS en train de diminuer.
   C'est une loi spirituelle, et elle est à œuvre alors que nous en parlons. Pour le Chrétien qui cherche d'abord le Royaume de Dieu et Sa Justice, c'est une nouvelle formidable. Pour les chrétiens charnels centrés sur eux-même, c'est une chose effrayante, car il s'agit de perdre sa vie, de prendre sa croix et de se renier soi-même. C'est pour cela que vous entendez tant parler de puissance spirituelle et si peu de brisement spirituel.
    « Il doit grandir. » Quand nous considérons le ministère terrestre du Seigneur, nous voyons qu'Il n'a pas essayé de grandir de Lui-même. En fait Il s'est humilié Lui-même et a essayé de ne pas se faire remarquer. Même ainsi, quand Il essayait de se cacher Lui-même, Il ne pouvait rester caché. J'aimerai que vous réfléchissiez à cela. Quand Dieu fut prêt à Le révéler, Il ne put rester caché. Il ne put même pas se cacher Lui-même.
    Je vous le dis, cette idée de Christ qui grandit est la réalité la plus puissante de l'Univers! Rien ne peut s'y opposer, rien ne peut y résister, rien ne peut l'arrêter.
    Voici un fait incroyable: la Bible dit que nous portons ce Trésor (Jésus) dans des vases de terre. En d'autres termes, le Christ Vivant habite en nous. Nous sommes Sa Maison, son Temple, La Place où Il habite, Son Corps. Je doute que nous comprenions vraiment cela. Savons-nous réellement que nous sommes en Lui, et Lui en nous ? Et ce Jésus, Qui vit en nous, Qui grandit toujours, ne peut rester caché. Pensez à ce que cela signifie.
    Mes amis, je ne sais pas comment vous êtes venus au Seigneur. Cela a pu être un moment très solennel et paisible. Cela a pu être une chose personnelle et tranquille. Beaucoup de prédicateurs disent, « Pendant que tout le monde se courbe et ferme les yeux, si vous voulez donner votre cœur à Jésus, levez rapidement votre main et rabaissez là. Louez soit Dieu, je vois votre main. Oui! Oui! Rabaissez-la, je vois votre main. Quelqu'un d'autre ? Prions cette prière à voix haute. » Il se peut que cela se soit passé comme cela pour vous, et s'il en est ainsi, je ne veux surtout pas le dénigrer ou le minimiser.
    Voilà ce que je veux souligner: vous avez peut-être invité Jésus à rentrer dans votre maison par la porte de derrière pendant que tout le monde avait les yeux fermés, et Il a sûrement accepté cette invitation à rentrer. Mais cher frère et chère sœur ! Il ne peut pas rester caché! Il doit grandir! Il doit grandir, Il grandit de Lui-même et vous étire, vous pousse, ce qui fait que vous êtes de moins en moins à l'aise. Que veux-je dire ? Je veux dire que Son Royaume s'est établi en vous, et les frontières de ce Royaume grandissent. Il ne peut rester caché.
    Le sous-titre d'un livre que j'ai lu un jour était: « L'illusion d'un Dieu manipulable ». Il va à l'encontre de l'idée de pouvoir contrôler Dieu, de pouvoir Le manipuler avec certains chants ou prières. Il repousse l'idée que Dieu est comme un génie tout puissant que vous pouvez mettre dans votre poche. C'est une illusion, oui, et plus qu'une illusion -c'est une déception et une fantaisie. Il ne peut être manipulé, Il ne peut être contrôlé, Il ne peut être contenu, Il ne peut être caché.
    Je pense à des pasteurs qui voient la vérité mais qui ont peur de la dire, parce que cela va mettre leur congrégation en colère et leur coûtera leur place.
    Je pense à ceux qui ont des responsabilités et qui voient la vérité mais qui ont peur de parler parce cela leur coûtera leur place dans l'équipe de louange, dans le groupe de jeunes, dans l'école du dimanche ou dans le collège des diacres.
    Je pense à ces précieux frères et sœurs qui sont assis dans l'église et qui voient la vérité mais qui ont peur de parler parce que l'on pourrait leur demander de quitter l'église et ils pensent qu'ils n'ont pas d'autre endroit où aller.
    Je pense aux apôtres, prophètes, et évangélistes qui voient la vérité mais ont peur de parler parce qu'on ne leur demandera plus de venir servir nulle part et on ne leur enverra plus de dons.
    Combien de temps allez vous nier la vérité et être lié par la peur des hommes ? Combien de temps allez-vous résister au Seigneur et à Son inévitable croissance ? Niez la vérité pendant un certain temps et vous commencerez à perdre votre capacité à dire la vérité.
    Il n'y a qu'une seule chose à faire: arrêter de combattre avec Dieu comme l'a fait Jacob, et commencer à coopérer avec Dieu comme l'a fait Daniel. Si cela signifie la fosse aux lions alors qu'il en soit ainsi. Si cela signifie la fournaise alors qu'il en soit ainsi. « Notre Dieu est capable de nous délivrer... mais même s'Il ne le fait pas, nous ne nous inclinerons jamais devant des idoles. Jamais! Jamais! Jamais!
    Nicodème est venu voir Jésus de nuit. Il a probablement pensé que c'était la chose la plus sage et la plus sûre à faire. Que se passerait-il si ses collègues du Sanhédrin s'en étaient rendus compte ? Ne prenons pas le risque d'être vus avec Jésus en plein jour! Jésus, je sais que tu es de Dieu, et je sais que tu dis la vérité, mais peux-tu s'il te plaît garder notre rencontre secrète.
    Et il y avait aussi Joseph d'Arimathée qui était disciple de Jésus, mais « en secret, par peur des juifs. » Lui et Nicodème (l'autre disciple secret dont nous venons de parler) sont venus pour prendre la dépouille du Seigneur après qu'Il fut crucifié. Plus tard nous retrouvons tous les disciples rassemblés derrière des portes fermées « par peur des juifs ». Une réunion en secret à minuit derrière des portes fermées. C'est ainsi que l’Église a commencé et ce n'était pas très prometteur, n'est-ce pas ?
    Je veux que vous sachiez que Jésus est apparu juste là au milieu d'eux. S'Il avait frappé à la porte, ils auraient été trop peureux pour ouvrir. Alors Il a simplement traversé le mur. Il ne peut plus être arrêté, Il ne peut plus être tué, Il ne peut être caché!
    Que la paix soit avec vous! Ne soyez pas effrayés. Arrêtez de douter. Croyez! Comprenez-vous que je ne peux être caché ! Je ne vous ai pas appelé pour être des disciples en secret. Je ne vous donne pas la Lumière pour que vous la cachiez sous un panier. Une ville sur une colline ne peut être cachée. Le royaume de mon Père s'étend, et j'ai besoin de vous pour faire des disciples de toutes les nations et pour les préparer pour le Ciel sur la Terre, pour un monde où la Justice demeure. Maintenant, allez par tout le monde et apportez ce message : Je viens bientôt! »
    Et ainsi, quelques semaines plus tard, quand Pierre et Jean ont été sommés de ne plus parler à quiconque dans ce Nom Merveilleux, ils ont répondu, « Nous ne POUVONS pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu » (Actes 4:20). N'est-ce pas un miracle ? Quel puissant témoignage. Il ne peut être caché!
    Si Dieu peut trouver un homme ou une femme qui Lui donne la prééminence et la liberté de grandir alors il n'y a pas de limite à ce que Dieu peut faire à travers un vase soumis. Et s'Il peut trouver une poignée de personnes comme cela, alors Il les utilisera pour bouleverser le monde. Cela s'est déjà produit une fois et je suis sûr que cela peut à nouveau arriver.
    Le Père recherche ceux qui L'adoreront en ESPRIT et en VÉRITÉ. A-t-Il trouvé ce qu'Il recherche en toi ? Seras-tu un de ceux-là ? Seras-tu choisi ?
    Jésus est la Vérité, et la Vérité est vivante, elle respire, elle s'étend et grandit. Une fois que vous ouvrez la porte et que Jésus rentre, ce n'est qu'une question de temps pour qu'Il soit découvert. Il ne pouvait rester caché avant, Il ne peut rester caché maintenant.

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org  Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse




dimanche 22 juillet 2012

PARTAGES DE Chip BROGDEN : CHRIST (1)

    Chip Brogden s'est converti à l'âge de huit ans et a commencé à prêcher à treize ans. Il a été pasteur et responsable de la louange pendant plusieurs années avant que le Seigneur ne l'emmène hors de l'église institutionnelle à travers une série de rencontre avec le « vrai Jésus ! » Son témoignage est celui de quelqu'un qui a été délivré de la religion!
Le site TheSchoolOfChrist.org (L'École de Christ) a été fondé en 1997 dans le but de publier ses articles sur internet. Ses enseignements ont pour but d'encourager les chrétiens de différents arrières plans et affiliations qui recherchent le Seigneur Jésus en toute simplicité, et en particulier ceux qui se trouvent dans « le désert ».
Nous avons choisi de proposer ses articles au public francophone, car il nous semble que son message clair est un des plus christocentriques que nous puissions trouver parmi les auteurs contemporains.
Chip vit et travaille en Caroline du Nord avec son épouse Karla et leurs deux enfants. Il voyage occasionnellement pour des conférences, des réunions ou des retraites.


 C'EST UNE VIE MERVEILLEUSE!  par Chip Brogden

    Dieu est Amour, Lumière et Vie. Ce sont les mots les plus profonds des Écritures. Les écrits de Jean sont les écrits de quelqu'un qui est spirituellement mature. Il a trouvé une façon d'exprimer l'inexprimable, une façon de résumer tout ce que Dieu est. Vous n'arriverez jamais à en sonder toute la profondeur. Vous n'en verrez jamais la fin.
    J'aimerai parler quelques instants de cette Vie. Pendant plusieurs années, Dieu s'est occupé de moi au sujet de Sa Vie, et j'ai beaucoup écrit sur la Vie et beaucoup parlé au sujet de la Vie. Mais même actuellement, je comprends à peine ce dont je parle. J'ai juste commencé à en gratter la surface. Mes amis, vous n'avez aucune idée sur ce qui est vôtre! Vous portez en vous la même vie qui a ressuscité Jésus d'entre les morts! Elle a créé le monde et elle maintient la création dans une parfaite cohésion. Cette Vie peut vaincre le péché, la mort et l'enfer. Nous avons la Vie parce que nous avons le Fils. Celui qui a le Fils a la Vie. VOUS AVEZ LA VÉRITABLE VIE DE DIEU LUI-MÊME.
    Frères et sœurs, pourquoi nous contentons-nous toute la journée, semaine après semaine, mois après mois, année après année, d'avancer péniblement, de nous battre tout le temps les uns contre les autres, de lutter avec les mêmes vieux et habituels péchés, de nous quereller sur les mêmes vieilles doctrines créées par les hommes, de réutiliser les mêmes vieux arguments, d'écouter les mêmes vieux sermons hérités de nos aïeux? Nous avons des choses plus grandes à discuter! Cher homme, chère femme, si Christ est vôtre, alors vous êtes rempli de la VIE! Et si vous vous soumettez à cette Vie, elle vous transformera et vous remplira, en mettant de côté votre Moi, en vous modelant et vous façonnant à l'image de Celui Qui vous a appelé! N'est-ce pas plus merveilleux?
    Laissez-moi vous parler de cette Vie. J'ai expérimenté plus d'échecs que de victoires durant ma marche chrétienne. Mais maintenant, la tendance a changé. Après plus de vingt ans de vie chrétienne, je réalise que la défaite permanente est impossible parce que la Victoire est tellement réelle. Laissez-moi vous dire qu'être victorieux ou battu dépend entièrement de votre choix et de votre décision. Si vous voulez être totalement et complètement victorieux tout le temps, alors vous avez simplement à décider de l'être. Comment cela peut-il être si simple? Parce que la Vie est suffisante. La Vie! Elle est plus que suffisante. La Victoire vit en vous ; la Victoire a une personnalité. Avez-vous rencontré l'Homme appelé Victoire, ou recherchez-vous encore cela comme une expérience? Arrêtez de chercher car la Victoire est Christ, et Il est déjà présent en vous en tant que la Vie. La Vie vous portera quand vous ne pourrez plus continuer. La Vie vous donnera les paroles à dire quand vous serez à court de mots. La Vie vous inspirera quand les circonstances vous déprimeront. Faites confiance à la Vie, soumettez-vous à Elle, reposez-vous sur Elle, faites d'Elle votre délice, réjouissez-vous d'Elle. Parlez à votre Victoire! « Bonjour Victoire, comme je suis reconnaissant de ce que je sois à Toi et de ce que Tu es à moi! Jésus est Ton Nom, et Tu es Ma Vie!»
    Pouvez-vous voir cela? Le voyez-vous? Demandez au Seigneur de vous ouvrir les yeux et de vous montrer la Vie qui est la vôtre. Allez vers Lui et dites, « J'ai entendu parler de cette Vie, mais Je ne sais pas comment cela fonctionne ou ce que je dois faire. Montre-moi s'Il te plaît, enseigne-moi et révèle-moi cette Vie. » Et Il le fera. Si seulement vous faites cela, juste une fois, vous découvrirez le secret de la vie chrétienne. Vous secouerez votre tête et direz « J'ai pensé toutes ces années que je vivais vraiment la vie chrétienne, et pourtant tout ce que j'ai fait, c'est de jouer au chrétien. La Vie que j'ai reçue est plus grande, plus importante, et plus merveilleuse que ce dont j'ai rêvé. »
    Comment fera-t-Il cela? Comment démontrera-t-Il la toute suffisance de Sa Vie pour faire toute chose à votre place? La prochaine fois où vous sentez que vous allez perdre votre sang-froid, ou qu'une personne vous agace, ou que les choses ne vont pas bien, ou que vous avez envie d'abandonner, pourquoi ne pas décider qu'au lieu de réagir de la façon habituelle, vous allez vous confier dans Sa Vie, attendre et ensuite regarder ce qui va arriver. Si vous êtes un chrétien, la Vie est là, elle doit juste être mise en mouvement. Les choses que nous appelons tentations, tests, et épreuves sont en fait des choses à travers lesquelles Dieu désire activer la Vie qu'Il a placée en nous! Sinon comment pourrions-nous nous réjouir de nos afflictions? Sinon comment pourrions-nous accepter avec joie d'être confronté à beaucoup de tentations et d'épreuves pour notre foi? Humainement parlant, cela est impossible! Mais ce qui est impossible à l'homme est possible avec Dieu, et même facilement réalisable si nous nous confions dans Sa Vie pour faire ce que nous ne pouvons pas faire nous-mêmes.
    Je le redis à nouveau: La Victoire dépend de votre choix, et si vous possédez le Trésor de la Vie et que vous êtes encore vaincu, c'est que vous avez choisi d'être vaincu. Je sais que cela est dur à entendre, mais au lieu de devenir aigri, réalisez que si vous pouvez choisir d'être vaincu, vous pouvez aussi décider d'être vainqueur! Cette Vie est là endormie, attendant d'être appelée, attendant que vous l'activiez, mais Elle ne prendra jamais le pouvoir sans une décision consciente de vous soumettre à Elle. Cédez devant cette Vie! Confiez-vous dans cette Vie! Voilà ce que signifie perdre sa vie pour que vous puissiez gagner votre Vie. Oui! Avez-vous déjà trouvé votre Vie? Vous dites que c'est la Vie de Dieu, pas la vôtre. C'est vrai, mais c'est aussi VOTRE Vie, si vous le voulez, car le sarment est un avec le Cep. Si vous ne la voulez pas, alors elle restera là, à dormir, en attendant le jour et l'heure où vous vous déciderez à l'appeler.
    Certains chrétiens pensent qu'ils doivent avoir le bon livre ou le bon homme de Dieu, ou la bonne formule ou la bonne église ou ceci ou cela avant d'être vainqueur. Mes amis, vous avez déjà toutes les ressources dont vous avez besoin pour vivre la vie chrétienne victorieuse. La même vie qui a ressuscité Christ d'entre les morts habite en vous! Si la Vie peut faire cela, quelle peut être votre excuse? Qu'auriez-vous besoin de plus que la Vie que vous possédez déjà?
    Voici une vérité en or: s'Il possède tout ce que vous avez, alors vous posséderez tout ce qu'Il a. Laissez cette vérité pénétrer profondément dans votre cœur. Inspirez là, et expirez là. Laissez le Saint-Esprit pénétrer dans tous les pores de votre âme et vous serez incapable de contenir Sa joie et Sa paix qui émaneront de vous. Vous commencerez à abandonner des choses que vous n'auriez jamais pu abandonner avant. Vous renoncerez à tout avec joie.
    Chaque fois que vous perdrez une partie de votre vie, vous remarquerez que sa Vie est là pour combler le vide. Chaque fois. C'est une vérité spirituelle, et il n'y a pas d'exception à cette règle. Pensez à ce que cela signifie. Plus je donne à Dieu, et plus Il me donne. Je Lui donne ma vie en échange de Sa Vie. Laquelle préférez-vous avoir? Voulez-vous votre vie, vos échecs, vos problèmes, vos frustrations, vos péchés? Ou préférez-vous abandonner cela en échange de Sa Vie? Vous pouvez avoir celle que vous voulez mais vous ne pouvez pas avoir les deux.
    Que se passe-t-il si nous avons peur de nous soumettre totalement et sans condition à la Vie? Nous voulons la Vie du Seigneur, mais nous voulons aussi garder un peu de notre vie. Cela ne marchera jamais. C'est pour cela que vous avez tant de hauts et de bas, simplement parce que vous aimez encore votre vie, et que vous ne vous confiez dans Sa Vie que dans les moments très difficiles. Dans les moments difficiles, vous vous appuyez sur Lui, et Il vous porte, mais dans les situations de tous les jours, vous vivez selon votre vie. A la place, apprenons à nous confier dans Sa Vie à chaque moment de la journée. Si nous Lui soumettons tout, Sa vie produit en nous quelque chose de plus efficace, qui nous transforme graduellement, qui nous renouvelle, qui nous fortifie, et qui nous soutient de l'intérieur vers l'extérieur.
    Permettez-moi de partager avec vous une autre vérité en or: marcher par l'Esprit, se confier dans Sa Vie, doit devenir une habitude. Une fois que vous avez découvert comment cette Vie est censée fonctionner et que vous avez obtenu un petit succès sur quelque chose qui avait l'habitude de vous vaincre, restez soumis à la Vie dans ce domaine jusqu'à ce que cela devienne complètement naturel pour vous. Ensuite, explorez d'autres domaines et confiez-vous dans Sa Vie aussi pour ceux-là. Habituez-vous à vous confier dans Sa Vie, à perdre votre propre vie pour que vous puissiez retrouver votre Vie. Il n'y a pas beaucoup de choses garanties dans ce monde, mais en voilà une dont je suis sûr: la Vie n'échouera jamais. La Vie de Jésus ne faillira jamais pour répondre à la difficulté la plus élevée qu'elle puisse rencontrer. Vous pouvez rater, mais Il ne le peut pas. Si vous ne me croyez pas, regardez comment Jésus s'est comporté à la croix. Pas une seule trace d'amertume, d'apitoiement sur soi-même, de haine, de désir de revanche. Rien d'autre que de l'amour, de la compassion, et du pardon. Ne croyez-vous pas qu'Il est suffisant pour venir à bout de vos petites difficultés?
    Invariablement, quand nous échouons, c'est parce que nous ne nous sommes pas confiés dans Sa Vie pour qu'elle nous porte. Toujours. Alors quand cela arrive, demandez simplement pardon, et retournez à l'habitude de vous confier dans Sa Vie. Comme les autres habitudes, cela sera une lutte la première fois, mais si vous persistez, ce sera une lutte par la suite pour agir autrement. Se confier dans Sa Vie sera pour vous la chose la plus naturelle à faire, aussi naturelle que de respirer. Vous ne vous arrêterez même plus pour y penser. Et si quelqu'un vous loue d'être un si bon Chrétien, un croyant si mature, ou un si bon exemple, vous ne pourrez rien faire d'autre que de tomber sur votre face et vous exclamer, «ce n'est pas moi, mais Christ: car sans Lui je ne peux rien faire. C'est Dieu qui produit en moi le vouloir et le faire selon Son bon plaisir. » Il n'y a pas de place pour la glorification de la chair.
    C'est incroyable de voir cela se manifester de façon pratique. Prenons l'exemple de la mauvaise humeur, qui fait perdre son sang-froid à la plupart d'entre nous, nous faisant faire et dire des choses qu'on a à regretter plus tard. C'est une habitude n'est-ce pas? Je peux dire avec assurance que je n'ai jamais perdu mon sang-froid quand je me suis confié dans le Seigneur. Ah, mais je perds mon sang-froid tout le temps. Pourquoi? Parce que je ne me confie pas toujours dans la Vie du Seigneur! Je décide d'être fâché, ou déprimé, ou sur la défensive. Comme j'ai fait le choix de garder ma vie, je perds la Vie du Seigneur dans cette situation particulière. Ce que je veux dire, c'est que j'ai choisi de m'occuper de mon tempérament moi-même. J'agis indépendamment du Seigneur. Donc j'échoue.
    La prochaine fois que vous vous rendrez compte que vous perdez votre sang-froid, avec une autre personne par exemple, prenez quelques secondes et priez comme cela: « Seigneur, je suis si aigri et je suis sur le point de perdre mon sang-froid. Je te confesse que je ne peux me contrôler moi-même. Mais je me confie dans ta Vie, pour faire ce que je ne peux pas faire moi-même! Comme je ne peux pas m'humilier moi-même, ou être doux et humble, je m'appuie sur Toi pour le faire à ma place. Je me confie dans ta Vie. » Ensuite ne vous inquiétez plus de rien. Si les problèmes arrivent, rappelez-vous simplement que vous vous confiez dans la Vie du Seigneur pour répondre à cela, et continuez votre travail. Vous voyez, la clé c'est de réaliser que la seule chose que vous pouvez faire est de vous confier dans Sa Vie. Aussi longtemps que vous penserez pouvoir vous débrouiller tout seul, l'Esprit permettra que vous fassiez à votre guise et que vous soyez défait.
    Mais si votre prière est sincère et que vous faites cela assez tôt (avant de perdre le contrôle), la prochaine fois que vous rencontrerez cette personne agaçante, vous remarquerez que quelque chose qui peut être qualifié de surnaturel se manifeste en vous.     
    Vous serez peut-être conscient d'avoir de la compassion. Peut-être que lorsque vous verrez cette personne face à face, vous éclaterez en sanglot et vous demanderez pardon. Ou, vous recevrez simplement une paix extraordinaire qui vous permettra de rester silencieux alors que l'autre personne vous maudira en face. En vérité, la Vie en vous pourra même avoir un effet sur l'autre personne, qui pourra être brisée, vous permettant de lui manifester de l'amour. On ne sait jamais comment la Vie répondra à la demande qui lui est faite, mais ensuite vous serez étonné par la façon dont vous avez pu rester calme, rempli de paix, et si doux.
    Cette sorte de réponse ne peut pas être inventée ou fabriquée. Elle ne peut en aucun cas être imitée. Nous n'avons pas non plus à imaginer ce que Jésus ferait à notre place et essayer de faire de notre mieux pour L'imiter. Non, non, non, et non! Nous ne pouvons pas imiter Sa Vie, nous ne pouvons que nous confier dans Sa Vie! Confions-vous dans Sa Vie, pour qu'elle fasse en nous, à travers nous et à notre place, ce que nous ne pouvons pas faire nous-mêmes! Et je vais vous dire autre chose: si vous pouvez vous confier dans Sa Vie une fois pour vous empêcher de perdre votre sang-froid, vous pouvez le faire un million de fois. Écoutez ce que je dis. Même si vous n'avez, qu'une seule fois, eu confiance en Sa Vie pour vous empêcher de perdre votre sang-froid, vous pouvez vous confier dans Sa Vie chaque fois que vous y êtes confronté, et Il vous aidera à aller de l'avant. Sans exception.
    Je peux dire en toute confiance que si vous vous confiez dans Sa Vie pour contrôler votre tempérament, vous pouvez vous confier dans Sa Vie pour toutes les autres choses. De quoi avez-vous besoin? Vous faites-vous trop de souci? Êtes-vous craintif? Êtes-vous aigri? Sa Vie habite en vous maintenant, et veut faire de vous quelqu'un de complètement différent, pour vous transfigurer en quelqu'un d'entièrement différent de ce que vous êtes maintenant. Merci au Seigneur de ce que je ne suis pas obligé d'être ce que je suis, mais il y a de l'espoir pour moi, et il y a de l'espoir pour le pire des pécheurs sur la surface de la terre, parce que cela ne dépend pas de mes propres efforts, mais de Sa toute suffisance!
    Une autre chose: imprimez dans votre esprit dès maintenant que Sa Vie est suffisante. Quand vous allez vers le Seigneur, ne dites pas, « Oh Seigneur, aide-moi à me confier dans ta Vie. » Cela ne marchera jamais. Nous devons aller vers le Seigneur et dire, « Seigneur, je me confie dans Ta Vie pour faire ce que je ne peux pas faire. » Si vous dites, « aide-moi à avoir confiance » alors vous dites en fait que vous n'êtes pas encore convaincu que Sa Vie se manifestera quand l'occasion se présentera. Si vous restez incrédule, alors demandez à Dieu de vous révéler Son Fils en tant que votre Vie. Parcourez les Écritures, regardez ce qui concerne la Vie de Dieu, en particulier dans l’Évangile et les épîtres de Jean, Romains et Ephésiens. Donnez au Saint-Esprit quelque chose avec quoi Il puisse travailler. Avec ces versets en mains et dans le cœur, vous serez rapidement convaincu, si vous ne l'êtes pas encore, que Jésus peut tout faire. Il le peut vraiment. S'Il peut mourir sur la croix tout en pardonnant à ses bourreaux, je suis sûr qu'Il peut s'occuper de votre situation. Si la mort, l'enfer, et la tombe n'ont pu Le retenir, vous n'avez pas à craindre que vos problèmes soient trop difficiles pour qu'Il s'en occupe.
    Paul avait beaucoup à dire sur la souffrance et l'affliction, et il a écrit, « Nous sommes les circoncis, nous adorons Dieu par l'Esprit, et nous nous réjouissons en Jésus-Christ, et n'avons pas de confiance en la chair. » Avez-vous encore confiance en vous, en votre capacité de faire les choses par vous-même? Continuez. Le Seigneur permettra que vous rencontriez échec sur échec, mais quand vous abandonnerez, Sa Vie vous submergera et vous comprendrez alors pourquoi Son joug est facile et Son fardeau léger.
    Prions aujourd'hui, « Seigneur, jusqu'à maintenant je ne suis venu à toi qu'en dernier recours. Mais tu m'as enseigné à ne pas avoir confiance dans la chair. Aujourd'hui, je me confie en toi pour être ma Vie, car j'ai appris à croire que tu es plus que suffisant, et que ta Grâce est plus que suffisante. » Amen

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org  Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse
 

CHRIST : L'OBJET DE NOTRE DÉSIR par Chip Brogden

« ...Tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. » (Genèse 3:16b)

« Quel autre ai-je au ciel que toi! Et sur la terre je ne prends plaisir qu'en toi. » (Psaumes 73:25)

    Dès le commencement, Dieu a décrété que l’Épouse de Christ, l’Église, devrait avoir son désir uniquement tourné vers le Christ. Nos désirs sont très puissants. Les hommes sont tiraillés dans bien des directions différentes et sont poussés par leur volonté, leurs besoins, désirs, et influences. Par nature, nos désirs sont entachés par le péché.

« L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. » (Genèse 6:5)

    Dieu affirme à travers l’Écriture que le désir de l'homme est mauvais et méchant dès sa jeunesse (Genèse 8:21; Job 5:7, 14:1) Il nous est naturel de penser qu'une fois devenus des chrétiens, nos désirs spirituels sont maintenant bons et saints, corrects et purs, et que nous pouvons plaire à Dieu (Luc 18: 11). Néanmoins nous découvrons bientôt que quelque chose nous empêche de faire le bien que nous désirons.

« Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. » (Romains 7:19)

    Et nous apprenons aussi que notre « vertu » est souvent trompée.

« Les disciples Jacques et Jean, voyant cela, dirent: Seigneur, veux-tu que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume? Jésus se tourna vers eux, et les réprimanda, disant: Vous ne savez de quel esprit vous êtes animés .» (Luc 9:54, 55)

    Nous pouvons nous trouver nous-mêmes en compétition avec nos frères et sœurs, essayant d'être le plus spirituel, le plus mûr, ou le mieux informé sur les choses de Dieu. En privé, et parfois publiquement, nous nous comparons nous-mêmes avec un autre et nous estimons être plus avancés, alors qu'en réalité nous sommes plus charnels.

« Il s'éleva aussi parmi les apôtres une contestation: lequel d'entre eux devait être estimé le plus grand? » (Luc 22:24)

« Accorde-nous, lui dirent-ils, d'être assis l'un à ta droite et l'autre à ta gauche, quand tu seras dans ta gloire. » (Marc 10:37)

   Remerciez Dieu pour la Croix de Jésus-Christ! Parce que c'est là-bas que mes péchés sont pardonnés; c'est là-bas que le « vieil homme » est mort. Mais il est vrai qu'il y a encore quelque chose d'aussi méchant, sinon plus, que le péché, c'est le Moi. Il est vrai que chaque péché est enraciné dans le Moi. De même que nous avons dû initialement accepter Sa mort pour le péché, nous devons quotidiennement accepter notre mort au Moi. Comme nous avons été une fois crucifiés avec Lui pour la rémission des péchés, nous devons quotidiennement prendre notre Croix, nous renier, et Le suivre. Nous marchons sur le Chemin Étroit tout comme nous sommes passés par la Porte étroite - à travers la Croix.    

« Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus-Christ, marchez en lui. » (Colossiens 2:6)


BEAUCOUP DE DÉSIRS SPIRITUELS SONT ÉGOÏSTES

    Les disciples du Seigneur désirent beaucoup de choses. Un certain nombre désirent le pouvoir sur leurs ennemis, ou le pouvoir de faire des miracles au Nom de Jésus. D'autres désirent être libérés de la maladie ou de l'oppression. Beaucoup désirent la bénédiction sur le travail de leurs mains, leur ministère, ou leurs finances. Certains désirent la compréhension et la sagesse dans les choses spirituelles.
    Comme c'est surprenant alors pour l'enfant de Dieu d'apprendre que le Seigneur n'approuve pas nécessairement beaucoup de ces désirs, bien qu'ils semblent indéniablement bons et corrects au premier abord. Pourquoi? Parce que le Moi règne dans le sanctuaire de notre cœur. Pourquoi désirons-nous le pouvoir? Pour pouvoir en tirer gloire et être remarqués les autres. Pourquoi désirons-nous être libérés de la maladie et de l'oppression? Parce que nous sommes prêts à régner avec Christ, mais nous ne sommes pas prêts à souffrir avec Lui. Pourquoi désirons-nous la bénédiction sur notre travail? Pour pouvoir paraître réussir devant les hommes. Pourquoi désirons-nous la sagesse dans les choses spirituelles? Pour que les autres puissent nous trouver sages et rechercher notre opinion et nos conseils. Nous ne nous rendons pas compte de quel esprit nous sommes animés, le Moi est réellement la racine de toutes nos demandes et prières.

« Vous convoitez, et vous ne possédez pas; vous êtes meurtriers et envieux, et vous ne pouvez pas obtenir; vous avez des querelles et des luttes, et vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas. Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions. » (Jacques 4:2,3)

    Le verset deux du chapitre quatre de Jacques parle de la façon dont l'homme s'attache à son désir coupable. Le verset trois décrit comment l'homme s'attache à son désir spirituel. Dans le premier cas nous essayons d'obtenir en prenant de l'autre. Dans le deuxième cas nous essayons d'obtenir en demandant à Dieu. Nous savons qu'il est mauvais de convoiter, tuer, et lutter pour ce que nous voulons. C'est un péché. Mais beaucoup d'entre nous ne savent pas encore que demander à Dieu ce que NOUS voulons c'est pécher aussi - le péché du Moi. C'est pourquoi nous ne recevons pas ce que nous demandons, parce que nous désirons nous plaire à nous-mêmes. Nous « demandons mal. »
Jésus n'a jamais demandé ce qu'Il voulait.

« Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. » (Luc 22: 42)

« Je ne puis rien faire de moi-même: selon que j'entends, je juge; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. » (Jean 5:30)

« Car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. » (Jean 6:38).

    Combien faisons-nous de prières, intercessions, demandes, appels, recherches, et espérances en vue d'obtenir de Dieu qu'Il fasse ce que NOUS voulons qu'Il fasse? J'ai bien peur que nous prenions cette approche avec Dieu: nous analysons prudemment la situation, déterminons ce que nous voulons qu'il arrive, recherchons le verset biblique approprié, allons vers Dieu et nous Lui disons exactement ce que nous voulons qu'il arrive et quand, et nous devenons ensuite anxieux de voir s'Il pourra répondre selon notre propre pensée.
    Mes frères et sœurs, ce n'est pas la bonne façon de nous approcher du Seigneur. Nombreux sont les exemples où l'on voit de simples hommes essayer d'instruire le Seigneur Jésus, de le réprimander, de trouver des erreurs dans sa façon de faire et dire les choses, de mettre en doute Ses méthodes, et de discuter avec Lui. Ne tombons pas dans le même piège. Le Seigneur connaît Son affaire, et n'a pas besoin d'être instruit par nous. C'est plutôt à nous de suivre Son instruction et Lui permettre de devenir notre seul Désir. Alors nos mauvaises prières et demandes cesseront.
    Comment pouvons-nous renier le Moi et avoir le désir approprié? La solution est assez simple, mais elle n'est pas simpliste. C'est profond, mais pas compliqué. Dieu a décrété que notre « désir se portera vers notre Époux, et Il gouvernera sur elle. » Dieu en Christ remplit tout en tous (Ephésiens 4:6). Jésus est le seul désir légitime qu'un Chrétien puisse avoir (Psaumes 73:25). S'Il est le centre d'intérêt et d'attention alors toutes les autres choses prendront leur place correcte (Matthieu 6:33). Si nous sommes satisfaits en Dieu, nous ne pouvons pas être mécontents. Si notre besoin est pleinement satisfait en Christ, nous ne pouvons pas éprouver de manque.

« Cantique de David. L’Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien! » (Psaumes 23:1)

    C'est une vérité difficile à accepter et je me considère comme incapable d'expliquer la façon dont cela fonctionne dans la vie d'un croyant. Alors regardons dans les Écritures pour être éclairé, et puissions-nous apprendre à faire de Christ l'objet de notre désir.

LA « FEMME PÉCHERESSE » ET LE PHARISIEN

    Luc 7:36-50 raconte l'histoire d'une « certaine femme » qui a lavé les pieds de Jésus avec ses larmes, les a essuyés avec ses cheveux, embrassés, et oints avec un onguent précieux. S'il vous plaît, lisez tout le passage des Écritures et voyez combien elle était brisée et honnête dans son adoration du Christ.
    Observez maintenant les pensées du Pharisien qui était assis pour le repas avec Jésus. Alors que cette adoration en vérité et en esprit est déployée devant ses yeux, il n'a qu'une pensée: si cet Homme était un prophète il saurait que cette femme est une pécheresse. Autrement dit, Jésus ne devrait pas permettre à cette femme coupable de le toucher et de verser autant d'amour sur Lui. Le Pharisien jugeait que Jésus n'était pas digne d'un tel amour et était offensé par cette effusion d'affection.

MARIE ET MARTHE

   Dans Luc 10:38-42 nous trouvons l'histoire de Marie et de sa sœur, Marthe. Marthe avait invité Jésus dans sa maison et commença à faire les préparatifs pour le dîner. Marie, au lieu d'aider sa sœur, était assise aux pieds de Jésus et écoutait Ses paroles. Voyant cela, Marthe manifesta de l'irritation contre Marie parce qu'elle ne l'aidait pas, et contre Jésus pour ne pas lui demander de l'aider.
    Elle dit, « Seigneur, cela ne te fait-il rien que ma sœur me laisse seule pour servir? Dis-lui donc de m'aider. » (verset 40). Non seulement Marie a tort, mais Jésus a tort de permettre cette situation. Telles sont les pensées de Marthe.


MARIE ET JUDAS ISCARIOT

    Marc 14:1-9 ainsi que Jean 12:1-9 rappelle un épisode crucial dans le ministère terrestre de Christ la semaine avant Sa mort et Sa résurrection. En mettant ensemble les deux récits du même événement, nous avons une vision complète de tout ce qui est arrivé. C'est encore un souper. Marthe est à nouveau en train de servir. Mais sa sœur Marie fait une chose étrange : elle verse un parfum très cher sur les pieds du Christ et les essuie avec sa chevelure, puis en verse sur Sa Tête. Le parfum est très cher, au moins la valeur de plusieurs mois de salaire. Tout le monde exprime de l'indignation face à ce gaspillage apparent de ressources - les invités ainsi que les disciples sont d'accord pour dire que c'était une chose insensée de faire cela. Ce n'était pas de la « bonne intendance. » Étant celui qui avait la charge de la bourse, Judas Iscariote réprimanda Marie et demanda à voix haute pourquoi elle n'avait pas plutôt vendu l'onguent et donné l'argent aux pauvres.

TROIS ILLUSTRATIONS, UNE LEÇON

   L’Esprit nous a laissé trois événements distincts dans la vie de Jésus dans le but de nous enseigner quelque chose, puissions-nous avoir des oreilles pour entendre ce que dit l'Esprit! Simplement ceci : nombreux sont ceux qui s'assiéront pour manger avec Jésus, communieront et dîneront avec Lui, discuteront des choses spirituelles avec Lui. Mais ils ne pourront pas et ne voudront pas s'abaisser eux-mêmes à laver Ses pieds. Ils ne s'humilieront pas eux-mêmes jusqu'au sol pour écouter, ils préféreront plutôt « servir beaucoup ». Ils n'abandonneront pas leur « ministère pour les pauvres » dans le but de se « gaspiller » eux-mêmes pour « juste faire du bien » à Jésus. Ils aiment être vus cheminant avec le Seigneur, mais ils répugnent à verser trop d'eux-mêmes sur le Christ.
    Notez bien que dans ces trois cas, il y a nourriture et boisson - cela parle de communion. Dans les trois cas, l'action est centrée autour des pieds de Christ - cela parle de soumission. Le Christ estime la soumission plus importante que la communion. Dans les trois cas, celui qui faisait de Christ son seul désir est critiqué comme trop pêcheur, trop paresseux, ou trop gaspilleur. Dans les trois cas, ils n'ont pas seulement trouvé à redire à l'adorateur mais aussi au Christ. Dans les trois cas, Christ réprimande celui qui réprimande; le Pharisien, pour ne pas L'aimer assez ; Marthe, pour être trop à cheval sur les détails ; Judas et les disciples, pour n'avoir pas de justes priorités (et nous découvrons que Judas était un voleur et ne se souciait pas des pauvres de toute façon).
    Notons également qu'à aucun moment, cette adoration n'a été gâchée par une requête ou une prière de demande. Le Moi est complètement englouti par l'adoration. En fait aucun mot n'est exprimé, il y a seulement acquiescement au Christ. Il n'y a aucun désir non satisfait, car le désir a été remplacé par Christ. En l'ayant Lui, elles sont satisfaites. Leur humilité ne se trouve pas dans le fait de dédaigner le Moi, mais en ne regardant pas du tout au Moi. Le centre est en dehors, sur Christ, et ainsi il n'y a plus de place libre pour considérer le Moi. Donc, il n'y a rien à dire de plus, aucune défense à donner aux critiques, rien de plus à faire. Jésus indique plutôt qu' « une seule chose est nécessaire ». Malgré les « nombreuses choses » que Marthe était occupée à faire pour le Seigneur, elle n'est pas complimentée pour son travail. C'est plutôt Marie qui est estimée pour avoir choisi « la bonne part. » Est-ce mauvais de beaucoup servir le Seigneur? Aucunement, mais la «bonne part » était d'être avec Lui, pas de travailler pour Lui, et la « bonne part » de s'asseoir à Ses pieds ne devait pas être abandonnée en faveur du travail.
    Enfin, les trois exemples impliquent des femmes comme un type de l’Épouse de Christ, L’Église triomphante, dont le désir se porte vers son Époux, qui l'a soumise à Lui.


ABANDONNER LE MAL ET CRUCIFIER LE « BIEN »

    Nous savons que nous devons abandonner le péché parce que nous pouvons voir combien il est horrible. Mais nous ne perdons pas aussi rapidement « notre propre justice » parce que nous pensons que d'une manière ou d'une autre, elle a été « purifiée ». Remarquez bien cependant que Dieu ne répare pas le vieil homme, mais le détruit. Il ne nous dit pas de nettoyer notre vie, mais de la renier. Il n'est pas suffisant d'abandonner le mal: nous devons Lui permettre de crucifier le bien. C'est à dire que nous devons apprendre à haïr nos pensées pour avoir Ses pensés. Nous devons abandonner nos désirs spirituels dans le but d'avoir Christ comme notre Tout.
    Nous devons permettre à notre Époux de gouverner, et notre désir doit seulement être pour Lui. Certaines personnes veulent un « Contrat Prénuptial » avec leur Époux. En d'autres termes, ils sont prêts à venir à Jésus, mais ils ne sont pas prêts à Lui amener tout ce qu'ils ont, à tout mettre à Son Nom, à abandonner toutes autres choses jusqu'à ce que la mort les séparent. Ce sont des vierges insensées. Ils veulent les bénéfices de la chambre à coucher sans les responsabilités de la mariée. Ils disent, « je te suivrai où que tu ailles, » mais à la dernière minute ils veulent « retourner et dirent au revoir » à ceux de leur maison.
    Le Pharisien pensait qu'il était suffisant d'avoir Jésus pour le dîner et de discuter de Dieu. Marthe pensait que c'était suffisant de servir beaucoup et de faire des préparatifs. Les disciples pensaient que c'était assez d'employer un peu de parfum pour Jésus et d'économiser le reste pour les pauvres. En apparence il semblerait qu'ils aient raison, mais Jésus nous montre une voie plus excellente. Nous devons nous renier nous-mêmes, mais nous ne devons jamais Le renier. Avec Lui, nous ne pouvons jamais dire, « Assez. » Il est digne de tout, pas moins que tout, plus que ce que nous avons: donc Il devrait recevoir tout ce que nous avons et tout ce que nous sommes.
Que Christ puisse être l'objet de notre désir. Amen.

Copyright ©1997-2008 TheSchoolOfChrist.Org  Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse


CHRIST : LE LIEU SECRET DU TRÈS HAUT par Chip Brogden

« Celui qui demeure dans le lieu secret du Très-Haut habitera à l'ombre du Tout-Puissant. » (Psaumes 91:1 KJF 2009)

    Si la Bible est d'abord un livre spirituel, inspiré par le Saint Esprit, qui doit être interprété avec discernement par des hommes et des femmes spirituels, alors l'explication naturelle des choses n'est pas suffisante pour recevoir la Vérité contenue dans ses pages.
    Pour le Saint-Esprit, tout nous dirige vers Christ - il n'y a pas de compartiments - il n'y a pas de «chose » qui ait du sens en elle-même. Tout est connecté et nous dirige vers une réalité plus profonde, et cette réalité vers laquelle nous sommes constamment dirigés est la Personne de Jésus-Christ. Il est le thème, le sujet de tout ce qui a été écrit, illustré, énoncé, et relaté dans la Bible.
    Ainsi le Temple révèle quelque chose de Christ. Le jour du Sabbat révèle quelque chose de Christ, et il en est de même pour le Pays Promis. Chaque saint de la Bible nous révèle quelque chose de Christ. Chaque symbole, chaque type, chaque ombre, tout dirige vers une Personne très réelle, une substance très réelle  :

« C'est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles! Amen! » (Romains 11:36 ) 

    L'interprétation naturelle des choses, la perspective historique, ne sont que le niveau superficiel des choses. Les réelles richesses, le vrai trésor, ne peuvent être trouvés que sous la surface. Il vous faut aller au-delà de la compréhension charnelle, naturelle, et cela nécessite une vision spirituelle, du discernement spirituel.
    Dans notre lecture des Écritures, quand nous arrivons à un sujet comme « Le Lieu Secret du Dieu Très-Haut », nous qui sommes spirituels, - qui sommes enseignés par le Saint Esprit - nous devrions être suffisamment exercés par le Saint Esprit pour être capables de reconnaître immédiatement que c'est une image de Christ. Il est ici, et je vois encore une autre dimension de Lui ici.
    Permettez-moi de poser la question, comment pouvez-vous faire du Seigneur votre habitation, l'endroit dans lequel vous demeurez? Comment est ce possible? Cela ne peut être interprété que spirituellement, car c'est absolument impossible, et difficilement concevable si nous pensons à ces choses de façon naturelle. Comment le Seigneur peut-Il être mon habitation? Comme puis-je vivre en Christ? ou comme le disait Nicodème: « Comment un homme peut-il entrer dans le ventre de sa mère et naître à nouveau? »
    Comment faisons-nous du Seigneur notre habitation? Comment peut-Il devenir pour nous un endroit où habiter? Hé bien, pour ceux de l'Ancien Testament, c'était un mystère. Ils pouvaient se rendre au Temple, et ils savaient que le prêtre pouvait entrer dans le Saint des Saints. C'était ce qui ressemblait le plus au fait d'habiter et de demeurer dans le Seigneur ou au moins dans la présence du Seigneur. Mais ce n'était réservé qu'à quelques prêtres, ce n'était pas possible pour tous.
    Nous en arrivons donc aux merveilleuses paroles de Jésus dans Jean 15, et nous commençons à comprendre. Cela dépasse les explications humaines, cela reste un mystère, une porte fermée, jusqu'à ce que le Seigneur Jésus Lui-même vienne à nous, nous révèle le mystère et déverrouille la porte. « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. » (Jean 15:4 ) Il n'y a pas besoin d'être brillant pour faire le lien entre le Psaume 91 et Jean 15. Le langage est le même, Lisez Jean 15, puis lisez encore le psaume 91. Tous ces mots - habiter, demeurer, vivre - signifient tous la même chose. «Celui qui demeure dans le lieu secret du Très-Haut habitera à l'ombre du Tout-Puissant. » va de pair avec « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. »
    Oui, le lieu secret dans lequel nous habitons est Christ Ce n'est pas quelque chose ou quelque endroit en dehors de Christ, mais un endroit en Christ Lui-même. IL EST LE LIEU SECRET DU DIEU TRÈS HAUT, Il est ce lieu qui a été préparé pour nous.
    Maintenant si nous lisons le psaume 91, il prend un sens bien plus grand. Si vous vous appuyez sur le Psaume 91 pour votre protection physique, je ne veux pas vous en dissuader ni personne d'autre. Mais je vous encourage à creuser plus profondément afin de saisir quelque chose de bien meilleur. Il s'agit d'un refuge spirituel, d'une protection spirituelle, d'un endroit où le mal ne peut vous atteindre, parce que vous êtes cachés en Christ. Un lieu où le corps peut être affaibli ou même détruit, décapité comme Jean le Baptiste, lapidé comme Étienne, crucifié comme Pierre, - mais l'esprit lui ne peut être atteint. La communion fraternelle et la présence de Christ Lui-même vous gardent dans Sa propre Victoire, une Victoire qui survit à tout, qui va au-delà de votre propre mortalité, au-delà de vos années ici bas sur terre, et vous élève au-dessus du terrestre, du physique et du temporel - pour vous faire entrer dans l'éternité.

Copyright ©1997-2011 TheSchoolOfChrist.Org  Distribution (libre) non commerciale possible à condition que cette mention apparaisse