mercredi 7 novembre 2018

(25) Ce monde, aire de jeux ou champ de bataille Aiden Wilson Tozer

Transcrit, traduit et mis en ligne par : http:www.eglisedemaison.com


Quelle est la " Vie profonde " ?

 

                     Il apparaît de plus en plus clairement chaque jour qu'il se produit depuis ces dernières années aux États-Unis un mouvement certain vers une vie chrétienne plus élevée. Au moment où les églises de « sainteté » ont été réduites à l'impuissance et que la majorité du fondamentalisme a vendu son droit d'aînesse pour une soupe de lentilles, un contre-mouvement s'est profilé parmi les chrétiens contemporains. Apparemment ce mouvement n'a pas été initié par un homme ou une femme en particulier ni à un endroit géographique précis. Cela a plutôt été une insurrection spontanée de désir spirituel parmi les chrétiens de différents arrière-plans religieux. Le mouvement n'est pas organisé – il ne possède aucun siège local, aucun dirigeant, ni aucun membre. Son influence s'est imprégnée si silencieusement et si mystérieusement dans le monde évangélique moderne que son action peut être comparée au vent qui « souffle où il veut » sans agent terrestre et sans connaissance humaine préalable. Bien que le mouvement ne possède pas de nouvelle doctrine ni d'idées particulières, ses membres se reconnaissent là où ils se croisent et se tendent la main chaleureusement à travers les murailles dénominationelles et chuchotent « Frère ! » « Sœur ! »

 

                     L'intérêt grandissant pour la vie profonde au sein du nombre grandissant de personnes religieuses est significatif. Le terme en lui-même n'est pas nouveau, et il n'appartient pas à un groupe particulier ni à une école d'interprétation particulière. Ces mots, à quelque chose près, ont été utilisés à différents moments dans l'histoire de l'église pour identifier une révolte contre l'expérience chrétienne ordinaire, et la faim insatiable de quelques âmes mécontentes pour la profonde essence spirituelle et la puissance intérieure du message chrétien.

 

                   Le fait qu'autant de chrétiens s'intéressent à la « vie profonde » prouve que leur expérience spirituelle n'a pas été satisfaisante. Beaucoup se sont regardé et sont repartis déçus. Lorsqu'ils ont parlé avec d'autres chrétiens, ils ont découvert que les autres n'étaient pas mieux qu'eux. Sans doute, ont-ils raisonné, il doit y avoir quelque chose de plus doux, et plus profond que ce qu'ils expérimentaient quotidiennement. Ils se sont donc tournés avec empressement vers les partisans de la vie profonde et ont demandé sincèrement ce que cela signifiait réellement, et où cela se trouvait dans les Sainte Écritures.

 

                   Par la vie plus profonde il faut comprendre une vie dans l'Esprit qui est largement au-dessus de la moyenne, et plus proche de la norme du Nouveau Testament. Je ne sais pas vraiment si c'est le meilleur terme que nous pourrions choisir, mais, faute de mieux, nous allons continuer de l'employer. Il y a bon nombre d'expressions bibliques qui représentent le sens que nous cherchons à faire passer, mais ceux-ci ont été interprétés à la baisse, de façon à les faire correspondre à la médiocrité spirituelle que nous connaissons aujourd'hui. La conséquence, c'est que quand ils sont employés par la plupart des enseignants bibliques aujourd'hui, ils n'ont pas du tout le sens qu'ils avaient lors de leur première utilisation par les écrivains inspirés. Telle est la peine que nous devons porter pour avons fait conformer la Parole de Dieu à notre expérience, au lieu d'élever notre expérience pour la conformer à la Parole de Dieu. Quand des termes scripturaires élevés sont utilisés pour décrire une vie spirituelle basse, il y a besoin de trouver de nouveaux termes plus tranchants. Ce n'est qu'en s'entendant préalablement sur les termes qu'il peut s'établir une vraie communication entre enseignant et enseigné. D'où, cette définition de la vie plus profonde.

 

                    Certains appellent la vie plus profonde « la vie victorieuse, » mais je n'aime pas ce terme. Il me semble que cette expression-là se focalise exclusivement sur un seul aspect de la vie chrétienne, à savoir, la victoire personnelle sur le péché, alors qu'en fait c'est n'est là qu'un seul aspect de la vie plus profonde – un aspect important, il est vrai, mais un seul. Cette vie dans l'Esprit que l'on entend par l'expression « la vie plus profonde » est bien plus vaste et plus riche que simplement la victoire sur le péché, tout vitale que soit cette victoire. Elle comprend aussi l'idée de Christ demeurant en nous, d'une vive conscience de Dieu, d'une union interne avec la Trinité, de la pratique de la présence de Dieu, de la communion des saints et de prier sans cesse.

 

                     Pour entrer dans une telle vie, les chercheurs doivent tout d'abord être prêts à accepter sans équivoque le Nouveau Testament comme l'autorité finale et absolue en matières spirituelles. Ils doivent être prêts à faire de Christ le seul Seigneur et dirigeant suprême dans leur vie. Ils doivent rendre leur être tout entier à la puissance destructrice de la croix, pour mourir non seulement à leurs péchés, mais aussi à leur justice et à tout ce de quoi ils s'enorgueillissaient jusqu'alors.

 

                    Si cela paraît être un sacrifice lourd, souvenons-nous que Christ est Seigneur, et qu'Il peut exiger de nous ce que bon Lui semble, même au point de nous charger de nous renier nous-mêmes et de porter notre croix quotidiennement. L'onction puissante du Saint Esprit qui en découle restaurera à l'âme infiniment plus qu'elle n'a perdu. C'est une voie difficile, mais glorieuse. Ceux qui en ont connu la douceur ne se plaindront jamais de ce qu'ils ont perdu. Ils seront trop ravis de ce qu'ils ont gagné.

 

Fin

Enregistrer un commentaire