lundi 24 septembre 2018

(10) La poursuite de Dieu par A. W. TOZER


X. Le sacrement de la vie 
 
Que vous mangiez, ou que vous buviez, ou quoi que vous fassiez, faites tout
pour la gloire de Dieu. (1 Corinthiens 10:3)

                    L'un des plus grands obstacles à la paix intérieure que les chrétiens rencontrent est l'habitude de diviser leurs vies en deux domaines, le sacré et le profane. Comme ces zones exister indépendamment les unes des autres pour être moralement et spirituellement incompatibles, nos vies intérieures sont brisées. Et nous vivons une vie divisée au lieu d'une vie unifiée.

                    Notre trouble vient du fait que nous qui suivons le Christ habitons à la fois deux mondes, le spirituel et le naturel. En tant qu'enfants d'Adam, nous vivons notre vie sur la terre soumise aux limitations de la chair et aux faiblesses et aux maux auxquels la nature humaine est héritière. Simplement vivre parmi les hommes exige de nous des années de dur labeur et beaucoup de soin et d'attention aux choses de ce monde. En contraste avec ceci est notre vie dans l'Esprit. Là nous apprécions un autre type de vie plus élevé. Nous sommes enfants de Dieu. Nous possédons un statut céleste et jouissons d'une communion intime avec le Christ.

                    Cela tend à diviser toute notre vie en deux départements. Nous venons inconsciemment reconnaître deux séries d'actions. Les premiers sont accomplis avec un sentiment de satisfaction et une ferme assurance qu'ils sont agréables à Dieu. Ce sont les actes sacrés et on pense généralement à la prière, à la lecture de la Bible, au chant des hymnes, à la présence à l'église et à d'autres actes qui découlent directement de la foi. Ils peuvent être connus par le fait qu'ils n'ont aucun rapport direct avec ce monde.


Une compréhension plus parfaite de la vérité chrétienne

                   Au-dessus de ces actes sacrés sont les laïques. Ils comprennent toutes les activités ordinaires de la vie que nous partageons avec les fils et les filles d'Adam: manger, dormir, travailler, s'occuper des besoins du corps et accomplir nos devoirs ennuyeux et prosaïques ici-bas. Nous faisons souvent ceux-ci à contre-cœur, nous excusant souvent auprès de Dieu par ce que nous Le considérons comme une perte de temps et de force. Résultat : Nous sommes mal à l'aise la plupart du temps. Nous accomplissons nos tâches communes avec un sentiment de frustration profond, en nous disant que demain sera meilleur quand nous nous débarrasserons de cette coquille terrestre et ne seront plus dérangés par les affaires de ce monde.

                    La plupart des chrétiens sont pris dans leurs propres pièges. Ils ne peuvent pas obtenir un ajustement satisfaisant entre les revendications des deux mondes. Ils essaient de marcher la corde raide entre deux royaumes et ils ne trouvent pas la paix non plus. Leur force est réduite, leurs perspectives confuses et ils perdent leurs joies.

                    Je crois que cet état est totalement inutile. Nous nous sommes mis dans un dilemme, c'est vrai, mais le dilemme n'est pas réel. C'est un malentendu. L'antithèse sacrée-séculière n'a aucun fondement dans le Nouveau Testament. Une compréhension plus parfaite de la vérité chrétienne nous en délivrera.

                    Le Seigneur Jésus-Christ Lui-même est notre exemple parfait, et Il ne connaissait aucune vie divisée. Il a vécu sur la terre de la petite enfance jusqu’à Sa mort sur la croix, dans la Présence de Son Père sans effort. Dieu a accepté l'offrande de sa vie totale. "Je fais toujours les choses qui lui plaisent", était le bref résumé de sa vie avec le Père.

                     L'exhortation de Paul à "faire tout pour la gloire de Dieu" est plus qu'un idéalisme pieux. C'est une partie intégrante de la révélation sacrée et doit être acceptée comme la Parole même de la Vérité. Elle ouvre devant nous la possibilité de faire que chaque acte contribue à la gloire de Dieu.


Notre pouvoir que Dieu nous as donné
 
                   Cette haine monacale du corps qui figure si éminemment dans les œuvres de certains premiers écrivains dévotionnels n’est pas soutenue dans la Parole de Dieu. La modestie commune se trouve dans les Saintes Écritures. Le Nouveau Testament accepte naturellement que dans son incarnation, notre Seigneur a pris sur lui un véritable corps humain, et aucun effort n'est fait pour s'interroger sur les implications directes d'un tel fait. Il a vécu dans ce corps ici parmi les hommes et n'a jamais accompli un acte non sacré. Sa présence dans la chair humaine balaie pour toujours la notion maléfique qu'il existe sur le corps humain quelque chose d'inoffensif pour la Divinité. Dieu a créé nos corps. Il n'a pas honte du travail de ses propres mains.

                   La perversion et l'abus de nos pouvoirs humains nous donne assez de raisons pour avoir honte. Les actes corporels accomplis dans le péché et contraires à la nature ne peuvent jamais honorer Dieu. Partout où la volonté humaine introduit le mal, nous perdons notre pouvoir que Dieu nous as donné, due à notre innocence; nous avons à la place une chose tordue qui ne peut jamais apporter la gloire à son créateur.

                   Supposons cependant que la perversion et l'abus ne soient pas présents. Pensons à un croyant chrétien dans la vie duquel les jumelles du repentir et de la nouvelle naissance ont été forgées. Il vit maintenant selon la volonté de Dieu tel qu'il le comprend de la Parole écrite. De celui-là, on peut dire que tout acte de sa vie est ou peut être aussi sacré que la prière ou le baptême ou le Repas du Seigneur. Dire cela, ce n'est pas ramener tous les actes à la mort; c'est plutôt de faire de chaque acte un royaume vivant et de transformer toute la vie en un sacrement.

                    Si un sacrement est une expression extérieure d'une grâce intérieure, nous n'avons pas besoin d'hésiter pour accepter la thèse ci-dessus. Par un acte de consécration total à Dieu, nous pouvons faire en sorte que chaque acte ultérieur exprime cette consécration. Nous pouvons rendre gloire au Seigneur et donner l'occasion aux multitudes de crier: "Hosanna au plus haut des cieux".


Vivre avec détermination pour la gloire de Dieu

                     Cette vérité ne suffit pas. Si nous voulons échapper aux difficultés du dilemme sacré-séculier, la vérité doit «couler dans notre sang» et conditionner nos pensées. Nous devons vivre avec détermination pour la gloire de Dieu. En méditant sur cette vérité, en la répétant souvent dans nos prières, en la rappelant fréquemment à notre esprit pendant que nous nous déplaçons parmi les hommes, un sens de sa signification merveilleuse commencera à nous prendre. La vieille dualité douloureuse va tomber devant une unité de vie reposante. La connaissance que nous sommes tous des Dieu, qu'Il a tout reçu et n'a rien rejeté, unifiera nos vies intérieures et rendra tout sacré pour nous. 

                   Ce n'est pas tout. Les habitudes de longue date ne meurent pas facilement. Il faut une pensée soutenu et beaucoup de prière pour échapper complètement à la psychologie sacro-séculière. Par exemple, il peut être difficile pour le chrétien moyen d'avoir l'idée que ses travaux quotidiens peuvent être accomplis comme des actes de culte acceptables par Dieu. L'ancienne antithèse apparaîtra parfois dans sa tête pour troubler sa tranquillité d'esprit. Il sera là dans le taxi ou au bureau ou sur le terrain pour rappeler au chrétien de donner la plus grande partie de son temps aux choses de ce monde et de consacrée seulement une petite partie de son temps à ses devoirs religieux. Et cela créera de la confusion et apportera du découragement  et de la lourdeur de cœur.

                     Nous ne pouvons y parvenir que par l'exercice d'une foi agressive. Nous devons offrir tous nos actes à Dieu et croire qu'il les accepte. Puis tenir fermement à cette position et insistez pour que chaque acte de chaque heure du jour et de la nuit soit inclus dans la transaction. Continuez à rappeler à Dieu dans nos moments de prière privée que nous entendons chaque acte pour sa gloire; Puis, complétez ces moments par mille prières. Pratiquons l'art de faire de chaque œuvre un ministère sacerdotal. Croyons que Dieu est dans toutes nos actions simples et apprenons à le trouver là.


La sainteté de l’Éternel

                     Une erreur dont nous avons discuté est l'antithèse sacro-séculière appliquée aux lieux. Il est étonnant que nous puissions lire le Nouveau Testament et croire encore en la sacralité inhérente des lieux comme étant distingués des autres lieux. Cette erreur est si répandue qu'on se sent tout seul quand on essaie de la combattre. Il a agi comme une sorte de colorant pour colorer les pensées des personnes religieuses et a également coloré leurs yeux, de sorte qu'il leur est presque impossible de détecter leurs erreurs.

                    Voici les faits tels que je les vois. Pendant quatre cents ans, Israël avait habité en Égypte, entouré de l'idolâtrie. Par la main de Moïse, ils furent enfin sortis et commencèrent à marcher vers la terre promises. Ils avaient perdu l'idée même de la sainteté. Pour corriger cela, Dieu a commencé au fond. Il s'est localisé dans le nuage et le feu et plus tard quand le tabernacle avait été construit, Il a habité dans la manifestation ardente dans le Saint des Saints.

                     Par d'innombrables distinctions, Dieu a enseigné à Israël la différence entre saint et profane. Il y avait des jours saints, des vases sacrés, des vêtements sacrés. Il y avait des lavages, des sacrifices, des offrandes de toutes sortes.

                    Par ces moyens, Israël a appris que Dieu est saint. C'était cela qu'Il leur enseignait. Pas la sainteté des choses ou des lieux, mais la sainteté de l’Éternel était la leçon qu'ils devaient apprendre.

                    Puis vint le grand jour où le Christ est apparu. Immédiatement, il se mit à dire: «Autrefois, vous avez entendu qu'il a été dit – mais moi, je vous le dis». L'école de l'Ancien Testament était terminée. Quand le Christ est mort sur la croix, le voile du temple a été déchiré du haut vers le bas. Le Saint des Saints était ouvert pour tous ceux qui entreraient par la foi. On se souvient des paroles de Christ: "L'heure vient, où vous ne serez ni dans cette montagne, ni à Jérusalem pour adorer le Père ... Mais l'heure vient, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité, car le Père cherche ceux qui L'adorent: Dieu est Esprit, et ceux qui l'adorent doivent l'adorer en esprit et en
vérité.


L'hérésie

                    Peu de temps après, Paul déclara toutes les viandes propres, tous les jours saints, tous les lieux sacrés et tous les actes agréables à Dieu.

                    La spiritualité du culte resta la possession de l'Église jusqu'à ce qu'elle se soit lentement perdue au fil des ans. Alors le comportement naturel des cœurs déchus a commencé à introduire les anciennes distinctions. L'Église est venue observer à nouveau les jours, les saisons et les temps. Certains endroits ont été choisis et marqués comme saints dans un sens particulier.

                    Des différences ont été observées entre un jour ou lieu ou personne, "Les sacrements" étaient les deux premières heures, puis trois, puis quatre jusqu'à ce que, avec le triomphe du romanisme, ils étaient fixés à sept heures.

                     En toute charité, et sans aucun désir de penser méchamment à un chrétien, aussi égaré soit-il, je ferais remarquer que l'église catholique romaine représente aujourd'hui l'hérésie sacro-laïque portée à sa conclusion logique.

                   Son effet le plus meurtrier est le clivage complet qu'il introduit entre la religion et la vie. Ses enseignants tentent d'éviter ce piège par de nombreuses notes de bas de page et de nombreuses explications, mais l'esprit de la logique est trop fort. Dans la vie pratique, le clivage est un fait.

                    De cette servitude, les réformateurs, les puritains et les mystiques ont travaillé pour nous libérer. Aujourd'hui, la tendance dans les cercles conservateurs est le retour vers cette servitude. On dit qu'un cheval, après avoir été conduit hors d'un bâtiment en flammes, se détachera parfois, par une étrange obstination, et se précipitera de nouveau dans le bâtiment pour périr dans la flamme. Par une telle tendance obstinée à l'erreur, le fondamentalisme, de nos jours, revient à l'esclavage spirituel. L'observation des jours et des temps devient de plus en plus important parmi nous.

                    "Carême" et "semaine sainte" et "bon" vendredi sont de plus en plus des paroles entendues sur les lèvres des chrétiens évangéliques. Nous ne savons pas quand nous sommes bien nantis.


De véritables actes de culte

                    Pour que je puisse être bien compris, je mettrais en relief les implications pratiques de l'enseignement dont j’ai parlé, c'est-à-dire la qualité sacramentelle de la vie quotidienne. Au-delà de ses significations positives, je voudrais souligner quelques petites choses que cela ne veut pas dire.

                    Cela ne signifie pas que tout ce que nous faisons a la même importance. Un acte de la vie d'un homme juste peut différer largement d'un autre en importance. La couture de tentes de Paul n'était pas égale à son écriture d'une épître aux Romains, mais les deux étaient acceptés de Dieu et les deux étaient de véritables actes de culte. Certes, il est plus important de conduire une âme à Christ que de planter un jardin, mais la plantation du jardin peut être un acte aussi saint que la victoire d'une âme.

                   Encore une fois, cela ne signifie pas que chaque homme est aussi utile que tous les autres hommes. Les dons diffèrent dans le corps du Christ. Billy Bray  ne doit pas être comparé à Luther ou à Wesley pour son utilité à l'Église et au monde; mais le service du frère le moins doué est aussi pur que celui des plus doués, et Dieu accepte les deux avec un plaisir égal.

                    Le «profane» n'a jamais besoin de penser à sa tâche comme étant inférieure à celle de son ministre. Que chaque homme demeure dans l'appel où il est appelé et son travail sera aussi sacré que l’œuvre du ministère. Ce n'est pas ce que fait un homme qui détermine si son travail est sacré ou profane, c'est pourquoi il le fait. Le motif est tout. Que l'homme sanctifie le Seigneur Dieu dans son cœur et qu'il ne puisse plus faire d'acte commun par la suite. Tout ce qu'il fait est bon et acceptable pour Dieu par Jésus-Christ. Pour un tel homme, le fait de vivre sera sacramentel et le monde entier sera un sanctuaire. Sa vie entière sera une administration sacerdotale. Comme il accomplit sa tâche jamais si simple, il entendra la voix des séraphins disant: "Saint, Saint, Saint, est le Seigneur des armées: toute la terre est pleine de sa gloire".

Prière

                    Seigneur, je te ferais entièrement confiance. Je serais tout à toi. Je t'exalterais avant tout. Je désire rien posséder en dehors de Toi. Je veux constamment être conscient de Ta Présence ombrageuse et entendre ta Voix parlante. Il me tarde de vivre dans la sincérité reposante du cœur. Je veux vivre si pleinement dans l'Esprit que toute ma pensée peut être comme de l'encens doux qui monte vers Toi et chaque acte de ma vie peut être un acte d'adoration. C'est pourquoi je prie dans les paroles de ton grand serviteur d'autrefois: «Je te prie de nettoyer ainsi l'intention de mon cœur avec le don ineffable de ta grâce, afin que je t'aime parfaitement et que je te loue dignement. Et tout ce que je crois avec confiance, Tu m'accorderas par les mérites de Jésus-Christ ton Fils. Amen.

FIN


Enregistrer un commentaire