samedi 1 décembre 2018

(12) Articles tirés du livre LE COÛT DE LA NEGLIGENCE A.W. TOZER

Transcrit, traduit et mis en ligne par : http:www.eglisedemaison.com

Il y a deux aspects à la vie chrétienne (chapitre 12)

                   Les auteurs anciens disaient qu'il y a deux types de vie chrétienne, la vie active et la vie contemplative. Et leur illustration favorite était l'histoire de Marie et de Marthe.

                    Marthe représentait la vie active, et Marie la vie contemplative. La première se concernait du service pratique, et la deuxième de l'adoration. Et naturellement, la vie contemplative illustrée par Marie était préférée. Marthe représentait une vie chrétienne utile mais superficielle et l'accent était placé sur la supériorité de la vie de prière et de méditation telle que Marie la vivait. Bien-entendu, c'était elle, et non Marthe, qu'on devait imiter.

                    Mais le fait est que les chrétiens ne peuvent être clairement divisés en deux catégories, comme si Marthe ne faisait rien que cuisiner, et Marie s'asseyait sans cesse aux pieds de Jésus. Les êtres humains ne sont pas si simples que cela. La personne la plus céleste doit bien interrompre de temps en temps sa méditation pour vaquer à des occupations terrestres urgentes, et le chrétien le plus actif doit parfois se retrancher pour recharger ses batteries spirituelles. Nous ne sommes pas forcés de choisir entre l'un et l'autre, entre prier et agir, comme s'il était impossible de faire les deux. En réalité, chaque vrai chrétien fait l'un et l'autre dans une certaine mesure. Le problème est de trouver le bon équilibre.

                    L'auteur anonyme du célèbre livre « La nuée de l'inconnu, » quoi qu'il penche fortement du côté de la vie détachée et adoratrice, admet néanmoins que les deux aspects de la vie chrétienne peuvent être fusionnés en un. « Il y a, » écrit-il, « deux types de vies dans la Sainte Église. L'une est la vie active, l'autre la vie contemplative. L'active est inférieure, et la contemplative est supérieure. La vie active a deux niveaux, une supérieure et une inférieure : de même, la vie contemplative a deux niveaux, une supérieure et une inférieure. De plus, ces deux vies sont tellement couplées ensemble, que ni l'une ni l'autre ne peut exister totalement sans aucune trace de l'autre. Pourquoi ? Parce que la partie supérieure de la vie active, est en même temps la partie inférieure de la vie contemplative. Ainsi, un homme ne peut être pleinement actif qu'en étant en partie contemplatif ; et il ne peut être pleinement contemplatif qu'en étant en partie actif. »

                    En termes modernes, cela signifie simplement que chaque vrai chrétien, aussi pragmatique qu'il soit, est aussi un peu mystique, son mysticisme demeurant dans la partie supérieure de sa vie. Il prie, il médite, sur les choses spirituelles, et il communie avec Dieu et le monde invisible. De même, chaque chrétien, aussi dévoué qu'il soit à l'art sacré de la prière et de l'adoration, doit nécessairement redescendre pour travailler et manger et dormir et payer ses impôts et se débrouiller un peu dans le monde dur autour de lui. Et s'il continue dans la connaissance du Seigneur, il doit servir de toutes les manières utiles qui lui sont indiquées dans les Écritures de la vérité. Pour être un chrétien, il faut servir sa génération ainsi que son Dieu.

                    Le grand problème, c'est de maintenir le bon équilibre entre les deux aspects de la vie chrétienne. Marthe et Marie sont des sœurs et il nous faut les deux. Durant les années depuis la Pentecôte, l'une comme l'autre a eu ses moments de gloire à l'exclusion de l'autre. La pendule a basculé plusieurs fois entre le pragmatique et le mystique au fil des années, et bien que les deux aspects de la vie religieuse ont toujours été présentes, c'est généralement l'un seul des deux côtés qui recevait l'attention à un moment donné. C'est dommage que même la religion soit influencée par la mode intellectuelle et spirituelle.

                    Aujourd'hui, l'accent des chrétiens est fortement sur la vie « active ». Les gens sont plus concernés par la terre que par le ciel ; ils préfèrent « faire quelque chose » que d'être en communion avec Dieu. Le chrétien moyen se sent beaucoup plus proche de ce monde que du monde céleste. La vogue actuelle préfère « l'action chrétienne. » Le type de christianisme préféré est celui qui est motivé par un homme pressé, agressif, et toujours prêt avec des répliques à propos. Nous négligeons la partie supérieure de notre âme. La lumière dans la tour luit faiblement, tandis que nous nous empressons dans les conduits souterrains, faisant un grand vacarme et donnant l'impression d'une extraordinaire dévotion à notre tâche.

                   Ce qui est difficile, c'est de faire réaliser aux gens ce qui nous arrive actuellement. Le chrétien moyen a accepté la tendance spirituelle du moment comme étant la norme, et il risque fort de s'indigner si quelqu'un ose remettre en question sa validité ou suggérer que la religion chrétienne telle que nous l'expérimentons aujourd'hui n'est pas identique en tous points à la religion des apôtres.

                  Il est temps que nous examinions avec prières la saveur du christianisme actuel et que nous comparions sa qualité spirituelle à celle du Nouveau Testament. Je pense que nous trouverons que l'élément de l'adoration mystique en est quasiment absent. Je dis quasiment absent, car il ne peut jamais être totalement absent. Partout où se trouve l'Esprit de Christ, il y aura un certain degré d'adoration, aussi faible soit-il.

                    Il est regrettable que nous ne soyons pas capables de vivre des vies pleines et bien symétriques, incorporant dans nos personnalités rachetées le service pratique de Marthe et la vision adoratrice de Marie. Nous ne semblons pas souhaiter avoir les deux sœurs en même temps. En ce moment, Marthe est partout, mais où est Marie ? J'espère que quelqu'un la retrouvera bientôt.


à suivre...

Enregistrer un commentaire